5 min de lecture La Belle et la Bête

"La Belle et la Bête" : le film avec Emma Watson dépoussière le conte original

NOUS L'AVONS VU - La nouvelle version du dessin animé Disney sort en salles mercredi 22 mars. Entre féerie, nostalgie, et vraies nouveautés, on fait le point sur "La Belle et la Bête".

"La Belle et la Bête", de Bill Condon avec Emma Watson et Dan Stevens, en salles mercredi 22 mars
"La Belle et la Bête", de Bill Condon avec Emma Watson et Dan Stevens, en salles mercredi 22 mars
lucie valais
Lucie Valais
Journaliste

"C'est la fête !" La Belle et la Bête revient au cinéma, pour le plus grand bonheur des petits comme des grands. Disney dépoussière la mythique histoire d'amour en un long métrage en live-action, soit une adaptation de son célèbre dessin animé en chair et en or. Sorti aux États-Unis vendredi 17 mars, La Belle et la Bête bat déjà tous les records. En l'espace d'un week-end, le budget du film - de 160 millions de dollars - est remboursé, puisque ses bénéfices dans le peu de pays où il est déjà sorti s'élèvent à 350 millions de dollars en seulement quelques jours. 

Le nouveau long-métrage Disney, réalisé par Bill Condon (Twilight, Le Cinquième pouvoir), arrive en salles mercredi 22 mars. La Belle est la Bête est sans nul doute l'une des histoires d'amour les plus emblématiques du 7ème art. La romance de cette jeune fille espiègle, avec un prince maudit et transformé en une terrifiante bête a fait le tour du monde et enchanté petits et grands de plusieurs générations. Des dizaines de versions différentes ont vu le jour depuis l'incontournable film de Jean Cocteau, avec Josette Day et Jean Marais, sorti en 1946.

Adapté en près de 30 langues, le Disney sorti en 1991 remporte même en l'année suivante un Oscar, un Golden Globe et un Grammy Award dans les catégories Meilleure musique et Meilleure chanson. La bande-originale, composée par Alan Menken, est d'ailleurs totalement reprise (et enrichie) dans cette nouvelle adaptation du conte de La Belle et la Bête.

À lire aussi
Luke Evans et Josh Gad incarnent Gaston et Le Fou dans "La Belle et La Bête" La Belle et la Bête
"La Belle et la Bête" : les acteurs ont dû affronter un cheval "qui les méprisait"
>
Beauty and the Beast – US Official Final Trailer

Une adaptation fidèle au Disney

La Belle et la Bête, histoire inspirée du conte de l'auteure Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, est notamment passée à postérité grâce à l'adaptation Disney, sortie en 1991. Un dessin animé qui devient rapidement l'un des plus célèbres de la maison mère de Mickey. 

Le mythe créé autour de cette histoire ne s'est pas éteint puisque La Belle et la Bête, qui avait enchanté les salles obscures dès 1946 avec le film de Jean Cocteau, a donné lieu à une version en comédie musicale, à Broadway ou au théâtre parisien de Mogador, mais aussi en 2014, dans une adaptation de Christophe Gans avec Léa Seydoux et Vincent Cassel.

Et Bill Condon, le réalisateur de La Belle et la Bête nouvelle génération, relève le défi d'une énième adaptation, avec brio. Cette version moderne est en effet plus que fidèle à l'histoire originale, dont elle reprend les chansons - composées par Alan Menken - et les personnages. Le cinéaste a réussi son pari, celui de redonner toute sa magie à un conte pourtant vu et revu, porté par des effets spéciaux impeccables et un casting sans faute.

Un casting juste et cohérant

Emma Watson (Hermione dans Harry Potter) incarne divinement Belle, cette héroïne indépendante et courageuse, tandis que Dan Stevens (Downton Abbey) offre une Bête plus vraie que nature, dont l'humanité et les expressions sont décuplées par l'image de synthèse. Luke Evans (Le Hobbit) campe quant à lui un Gaston fidèle au chasseur narcissique à l'ego surdimensionné du Disney. Le Fou, joué par Josh Gad (La Reine des Neiges) est aussi suiveur et bêta que dans le dessin animé.

Quant aux objets vivants incarnés par Ewan McGregor (Lumière), Ian McKellen (Big Ben), Emma Thompson (Mme Samovar), Audra McDonald (l'Armoire), Gugu Mbatha-Raw (Plumette) ou Nathan Mack (Chip), leurs apparitions à l'écran, bien que trop furtives, apportent quelques apartés tantôt poétiques, tantôt humoristiques essentielles au film.

Outre leur jeu d'acteur, chacun réalise une jolie performance en chanson. Emma Watson, Luke Evans, Josh Gad ou Dan Stevens - qui chantaient déjà, en public ou non - se réapproprient avec justesse les mythiques musiques d'Alan Menken. Mention spéciale pour la chanson de Gaston, qui offre une scène très réussie dans l'auberge. Les binômes Emma Watson (Belle) - Dan Stevens (la Bête), Luke Evans (Gaston) - Josh Gad (Le Fou) et Ewan McGregor (Lumière) - Ian McKellen (Big Ben), fonctionnent à merveille.

Un personnage gay dans "La Belle et la Bête"

La Belle et la Bête de Bill Condon n'est pas un simple copié-collé du dessin animé Disney. Outre la reprise fidèles des chansons et des personnages du dessin animé, le réalisateur a pris quelques libertés. Trois nouveaux morceaux, également composés par Alan Menken, ont été ajoutés au Disney, sans toutefois apporter de nouveauté suffisante au film pour le démarquer de la production de 1991. 

Mais la principale initiative de l'équipe de Bill Condon est l'introduction - pour la première fois dans un Disney - d'un "moment gay", comme le réalisateur le mentionne lui-même, qui est loin de plaire à tout le monde. C'est une courte scène, à la fin du film, qui a lancé une vaste polémique aux quatre coins du monde.

Le Fou, bien que vouant déjà une admiration sans bornes à Gaston dans l'histoire originale, fait son coming-out dans cette nouvelle adaptation. "Un jour, il veut être Gaston et le lendemain, il veut Gaston", explique Bill Condon, interviewé par RTL. Un passage rapide - et drôle - qui a valu au film d'être censuré en Alabama aux États-Unis et interdit aux moins de 16 ans en Russie. Après l'annonce de la suppression pure et simple de la scène en Malaisie, le film sera finalement interdit aux moins de 13 ans.

>
"Gaston" Clip - Disney's Beauty and the Beast

On en sait plus sur la Bête et la vie de Belle

Si les passages inédits semés au cours du film, et notamment ces trois chansons, différencient (trop peu ?) le film de l'adaptation Disney, ils n'étaient pas forcément indispensables, sûrement car ils ont été trop peu développés. On découvre grâce à ces passages ajoutés : l'enfance de la Bête, maltraitée par son père, ou la raison du décès de la mère de Belle, avec un flash-back dans le moulin familial à Paris. 

Des scènes légèrement kitschs, qui ne sont pas forcément synonymes de plus-value. Les images de synthèses, même si très réalistes, sont également parfois trop présentes. Il est difficile de se laisser emporter par le film, au moins jusqu'à l'arrivée de Belle dans le château ensorcelé. Cette entrée en matière est un peu longue.



Toutefois, mis à part ces quelques légères fausses notes, et même si l'on connait l'histoire par cœur suite aux dizaines d'adaptations, on a tout de même du mal à ne pas avoir des frissons - voire une petite larme à l’œil - et des étoiles dans les yeux à la sortie du cinéma, que l'on soit petit ou grand.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La Belle et la Bête Cinéma Emma Watson
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787561853
"La Belle et la Bête" : le film avec Emma Watson dépoussière le conte original
"La Belle et la Bête" : le film avec Emma Watson dépoussière le conte original
NOUS L'AVONS VU - La nouvelle version du dessin animé Disney sort en salles mercredi 22 mars. Entre féerie, nostalgie, et vraies nouveautés, on fait le point sur "La Belle et la Bête".
http://www.rtl.fr/culture/cine-series/la-belle-et-la-bete-le-film-avec-emma-watson-depoussiere-le-conte-original-7787561853
2017-03-22 08:01:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/XoF8d0cxjaVSJvirZon4ow/330v220-2/online/image/2017/0320/7787745232_la-belle-et-la-bete-de-bill-condon-avec-emma-watson-et-dan-stevens-en-salles-mercredi-22-mars.jpg