6 min de lecture Militaires

L'opération Sentinelle vivement critiquée, des spécialistes expliquent pourquoi

DÉCRYPTAGE - En 2017, les attaques terroristes en France ont principalement visé des forces militaires déployées sur le territoire dans le cadre de l'opération Sentinelle. Cette dernière est fortement critiquée.

Des militaires de l'opération Sentinelle à la Défense en juillet 2017
Des militaires de l'opération Sentinelle à la Défense en juillet 2017 Crédit : M.ASTAR/SIPA
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

C'est devenu une habitude pour les citoyens français. Croiser des militaires en treillis, armés jusqu'aux dents, dans la rue, les transports, sur la plage... Depuis le déploiement de l'opération Sentinelle sur le territoire français en janvier 2015, civils et militaires se côtoient plus que d'ordinaire.

En tout, ce sont entre 7.000 et 10.000 hommes et femmes qui patrouillent dans les rues pour protéger les Français du terrorisme. C'est en tout cas la réponse qu'a notamment trouvé l'État après les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher il y a deux ans pour répondre à l'insécurité. 

À lire aussi
Un orque sauvé par des militaires en Nouvelle-Zélande animaux
VIDÉO - Nouvelle-Zélande : des militaires sauvent une orque échouée sur la plage

Mercredi 9 août, pour la sixième fois depuis le début de l'année, des militaires ou représentants des forces de l'ordre sont pris pour cible par des présumés terroristes. Vers 8 heures du matin, une voiture renverse 6 militaires à Levallois-Perret, ne faisant aucune victime sérieuse. Un nouvel événement qui remet le débat autour de l'opération Sentinelle au devant de la scène. Une opération coûteuse en moyens humains et financiers, vivement critiquée dans le milieu.

L'objectif de l'opération Sentinelle pas défini

Elle est jugée "coûteuse", "inutile", "inefficace" mise en doute par l'institut IFRI (Institut français des relations internationales) dans une étude critique. Mais la question que pose Cédric Mas, joint par RTL.fr, membre d'Action résilience, think-tank sur la radicalisation et le terrorisme, c'est d'abord : "Quel est l'objectif de l'opération Sentinelle ?" Comment répondre à la question de savoir s'il est efficace si on ne connaît pas son but ? Devant les députés, lors des questions au gouvernement du 9 août, Édouard Philippe a tenté de répondre à cette question. Selon lui, l'opération Sentinelle "rassure, protège" les citoyens contre une menace qui "est toujours élevée". L'autre motif mis en avant, c'est la dissuasion.

Pourtant, comme le souligne Bénédicte Chéron à RTL.fr, "il est impossible de savoir si le dispositif dissuade car on ne sait pas si certains terroristes ont finalement renoncé à une attaque grâce à la présence de militaires". Et à l'argument "il protège", l'historienne spécialiste des relations armées-société répond que, pour le moment, les "seules attaques qui ont été évitées les visaient eux, pas des civils". "Je ne saisis pas nettement l’intérêt de déployer dans nos rues des unités afin de les exposer à une menace dont elles se sortent à chaque fois plus ou moins indemnes", renchérit Jacques Raillane, observateur aguerri des questions terroristes qui tient un blog sur Le Monde.

Les militaires pour cibles et pots de miel

"Depuis 2017, 100% des attaques sont contre des militaires ou des policiers, pas des civils", insiste Florent de Saint-Victor, spécialiste des questions de Défense. Il explique alors à RTL.fr que les militaires n'ont plus pour mission d'être un bouclier mais sont devenus "des pots de miel" qui attirent les assaillants. 

Au départ placés statiquement devant les lieux sensibles, de culte ou encore les écoles, la stratégie a changé pour plus de mobilité. Mais le problème reste le même. Les militaires sont devenus des cibles pour les terroristes. "On a offert entre 7.000 et 10.000 cibles à nos adversaires"analyse sur RTL Michel Goya, spécialiste des questions de Défense et ancien colonel de Marine.

Comme le souligne également Cédric Mas, les militaires et les forces de l'ordre représentent des cibles "plus honorables" que des civils pour l'ennemi. "Si les terroristes pensent qu'ils vont gagner en réputation en tuant des policiers (comme ça a été le cas dès Charlie Hebdo, ndlr) est-ce une solution de mettre des militaires à la place ?", interroge encore le membre d'Action résilience. Étant donné qu'aucune autre attaque n'a visé de civils depuis plus d'un an, comment savoir si en absence de militaires, des attaques auraient eu lieu ?

Plus il dure moins il est efficace

L'exceptionnel est donc devenu une habitude, et c'est justement l'un des points critiqués par nos différents interlocuteurs. Si au début son utilisation est justifiée par "l'aveuglement face à la menace et dans une situation d'urgence", comme le souligne Bénédicte Chéron, son prolongement est devenu inefficace. "Le but du terrorisme est de contourner" et désormais, "les terroristes ont plus de temps pour repérer", explique Florent de Saint-Victor en illustrant son propos avec l'attaque de Levallois

On peut les prendre par surprise dans une mission où la routine tue

Florent de Saint-Victor, spécialiste des questions de Défense
Partager la citation

Le véhicule bélier stationnait en effet depuis quelques temps avant de foncer sur la voiture des militaires. Alors que les victimes, elles, "n'ont même pas eu le temps de sortir leurs armes", note Florent de Saint-Victor. Il explique que dans une mission qui dure dans le temps "on baisse son niveau de vigilance plus que dans d'autres opérations. On peut les prendre par surprise dans une mission où la routine tue".

Une mise en danger des citoyens ?

Certains vont jusqu'à poser la question de l'erreur humaine et de la pertinence de mettre en permanence des hommes lourdement armés au milieu des citoyens. "Jusqu'ici tout va bien, note Florent de Saint-Victor, mais l'erreur humaine ne peut être exclue. Ils ont un pouvoir de destruction important, dans les rues, au milieu des civils". Loin l'idée de remettre en cause le professionnalisme des militaires, mais d'insister sur le caractère humain d'une mission, où le risque zéro n'existe pas.

Si instaurer l'état de siège ça arrêtait des attentats, ça se saurait

Cédric Mas, membre d'Action Résilience
Partager la citation

De plus, pour Michel Goya les militaires ont adopté un quotidien de travail de forces intérieures, à savoir le travail de la police. Ce ne sont donc pas forcément les plus adéquates pour ce genre de mission. D'autant, que, comme le rappelle Cédric Mas, "si instaurer l'état de siège ça arrêtait des attentats, ça se saurait, il n'y en aurait dans aucune dictature".

L'opération Sentinelle, "un piège", voire une "victoire de l'EI"

Pour toutes ces voix critiques, une même constatation : "C'est un piège". En prolongeant cette situation d'exception dans le temps, "les politiques font croire qu'ils font quelque chose et regardent ailleurs, critique Cédric Mas. Si on enlève tout, sans rien faire, les gens vont penser qu'on enlève un filet, mais ce n'est pas un filet".

Même avis pour Bénédicte Chéron : "C'est une solution politique facile d'affichage et ça devient compliqué d'expliquer que l'on doit sortir de ce dispositif alors que la menace, elle, n'a pas diminué, voire a augmenté". Montrer des militaires qui défilent, ça impressionne, ça montre qu'on fait quelque chose, mais Florent de Saint-Victor dénonce un effet "médicamenteux, il est rentré dans les mœurs." 

C'est une solution politique facile d'affichage

Bénédicte Chéron, historienne spécialiste des relations armées-société
Partager la citation

Une solution politique qui a de plus un coût, ou un surcoût, que Michel Goya estime à 1 milliard d'euros. Selon lui, cet argent aurait pu être redistribué dans le renseignement, la police. Bénédicte Chéron ne partage ici pas son avis estimant que "le budget des Armées ne peut pas être raboter davantage". Elle préfère imaginer que les "10.000 recrutements" puissent être utilisés pour avoir "une armée plus efficace".

Encore pire qu'un piège, ils qualifient l'opération Sentinelle de victoire de l'État islamique (EI), car c'est une victoire, selon eux, de faire que les Français s'habituent à la présence militaire. Mais aussi parce que c'est "une victoire de faire mobiliser 7.000 militaires en France et pas ailleurs". D'autant que les attaques de militaires - populaires dans le milieu - participent à l'effet d'attraction et de recrutement dans les rangs du jihad.

Inefficace dans la lutte contre le terrorisme

Comme expliqué plus haut, ce sont également des cibles privilégiées et populaires pour le recrutement, comme le souligne Jean-Charles Brisard, directeur du CAT (Centre d'analyse du terrorisme). Car, l'un des objectifs d'une attaque terroriste, c'est de "montrer sa puissance vis-à-vis d'autres groupes", ajoute Cédric Mas.

Il y a un problème de légitimité de l'État, et si l'État n'est pas légitime, on a un gros problème

Cédric Mas, membre d'Action Résilience
Partager la citation

Ce dernier préconise alors de "remettre tout à plat et regarder les causes profondes de ces attaques dans notre société" en interrogeant, justement, la popularité de ces cibles et du coup, l'impopularité des forces qui représentent l'État. "Il y a un problème de légitimité de l'État, et si l'État n'est pas légitime, on a un gros problème", résume-t-il. "Je pense que le cœur de la réponse est au niveau de la société", rejoint Florent de Saint-Victor qui prône une vraie réflexion sur les causes profondes, complexes et multiples de ces attentats. 

Quelles solutions alternatives ?

Pour répondre à la problématique de l'inefficacité de l'opération Sentinelle, plusieurs solutions sont alors envisageables, à commencer par "définir une stratégie et donner des objectifs", clame Cédric Mas mais aussi une politique étrangère cohérente qui "arrête de vendre des armes à des dictateurs qui soutiennent le terrorisme". Ici, il cite en exemple l'Égypte qui, selon lui, sera à nouveau un foyer de jihadistes d'ici 10 ans". En 2015, la France a vendu 24 Rafale au Caire.

En matière de relations internationales, Florent de Saint-Victor mise sur la "multiplication des forces en Syrie et en Irak pour taper le problème à la racine". Et tous s'accordent à dire que, même si c'est une décision compliquée à prendre politiquement, l'opération Sentinelle doit prendre fin. "Il faut une décision politique forte. On ne va pas attendre la fin du terrorisme pour mettre fin à l'opération Sentinelle", conclut le spécialiste des questions de Défense.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Militaires Armée Défense
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789668193
L'opération Sentinelle vivement critiquée, des spécialistes expliquent pourquoi
L'opération Sentinelle vivement critiquée, des spécialistes expliquent pourquoi
DÉCRYPTAGE - En 2017, les attaques terroristes en France ont principalement visé des forces militaires déployées sur le territoire dans le cadre de l'opération Sentinelle. Cette dernière est fortement critiquée.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/l-operation-sentinelle-vivement-critiquee-des-specialistes-expliquent-pourquoi-7789668193
2017-08-10 16:34:00
http://media.rtl.fr/cache/HLZd6nziBayB4PfvP_ZBDg/330v220-2/online/image/2017/0809/7789668138_des-militaires-de-l-operation-sentinelle-a-la-defense-en-juillet-2017.jpg