1. Accueil
  2. Sport
  3. France - Pays-Bas : les Néerlandais sont repartis de zéro
3 min de lecture

France - Pays-Bas : les Néerlandais sont repartis de zéro

DÉCRYPTAGE - Après sa déroute lors de l'Euro 2012, les Pays-Bas ont intégralement reconstruit leur équipe, en faisant beaucoup de place aux jeunes.

L'équipe des Pays-Bas le 11 octobre 2013. De gauche à droite et de haut en bas : Bruma, Vorm, Janmaat, Vlaar, Strootman, van der Vaart, Blind, van Persie, Robben, Lens, de Jong.
L'équipe des Pays-Bas le 11 octobre 2013. De gauche à droite et de haut en bas : Bruma, Vorm, Janmaat, Vlaar, Strootman, van der Vaart, Blind, van Persie, Robben, Lens, de Jong.
Crédit : Koen van Weel / ANP / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon

On ne change pas une équipe qui gagne, le poncif est connu. La preuve avec l'Espagne, double championne d'Europe et championne du monde en titre, qui maintient son projet de jeu avec les mêmes cadres. Mais une équipe qui perd, ou plutôt qui n'arrive pas à gagner, ça se modifie.

Si l'équipe de France n'a jamais tout remis à plat depuis son cuisant échec à l'Euro 2008 et n'a ensuite rien montré en 2010 et 2012, d'autres n'ont pas attendu d'être au fond du trou pour effectuer des changements en profondeur. C'est notamment le cas de l'Italie, mais surtout des Pays-Bas. L'adversaire des Bleus pour le match amicalde ce mercredi 5 mars s'est complètement transformé en quelques mois.

Van Gaal ne regarde pas le CV des jeunes

Il ne reste plus grand-chose de leurs onze quasi similaires ayant perdu la finale du Mondial 2010 puis complètement raté l'Euro 2012 en terminant dernier de leur groupe sans le moindre point au compteur. Le sélectionneur Bert van Marwijk avait alors logiquement remis sa démission, laissant la place à Louis van Gaal.

Avec son retour, puisqu'il avait déjà porté le costume entre 2000 et 2002, l'équipe néerlandaise a radicalement changé de visage. Fini les statuts de titulaires indiscutables pour Grégory van der Wiel ou Wesley Sniejder. Exit les vieux briscards Maarten Stekelenburg, John Heitinga, Joris Mathijsen, Nigel de Jong, Mark van Bommel. Aujourd'hui, place à la jeunesse. Pour preuve, la défense, composée le plus souvent de Janmaat, De Vrij, Martins Indi et Blind, atteint seulement 21 ans de moyenne d'âge.

À lire aussi

"Je ne m'intéresse pas aux CV des joueurs quand j'élabore mon équipe. Seuls le talents et la forme du moment m'intéressent", expliquait récemment le sélectionneur batave. Robin van Persie ajoutait pour sa part : "Ces 18 derniers mois, nous avons découvert de nombreux jeunes joueurs. Ils n'ont pas encore d'expérience sur la scène internationale mais le monde entier va bientôt découvrir des nouveaux garçons très doués".

L'indispensable Strootman

Au milieu de terrain, les clés du jeu sont désormais entre les mains de Kévin Strootman, révélation de la Serie A avec l'AS Rome de Rudi Garcia. L'organisateur de 24 ans sait tout faire. Attaquer, répondre présent physiquement, harceler, défendre, trouver des ouvertures, fluidifier les constructions. Bref, c'est un cador. Mais pas que sur le terrain. Ce fort tempérament s'est aussi imposé dans le vestiaire. Van Gaal lui a en effet déjà confié le brassard de capitaine en l'absence de Van Persie ou Robben.

En parlant du secteur offensif, ces deux vedettes sont les grands rescapés de l'ère Van Marwijk. Alors qu'ils étaient auparavant régulièrement accompagnés par Wesley Sneijder, Dirk Kuyt, Rafael van der Vaart ou Ibrahim Afellay, aujourd'hui c'est Jeremain Lens, fougueux ailier de 26 ans, évoluant au Dynamo Kiev, qui les accompagne. Mais avec les nombreux forfaits à déplorer, le public du Stade de France pourrait découvrir les ailiers Quincy Promes, Jean-Paul Boëtius, appelés pour la première fois.

Les Oranje régalent

Comme une révolution ne se fait pas à moitié, la tactique a également été revue. Terminé le 4-2-3-1 avec les deux solides et agressifs milieux défensifs qu'étaient De Jong et Van Bommel. Louis van Gaal est revenu à un 4-3-3 très néerlandais, un système notamment élaboré pour le fameux football total des années 70 avec Johan Cruyff.

Et force est de constater que cette réinitialisation a porté ses fruits pour l'instant. C'est simple, depuis le match amical qui a suivi la déroute de 2012, les Oranje n'ont perdu aucun de leurs 17 matches. Lors des éliminatoires pour la Coupe du monde, ils n'ont abandonné que deux points, ont marqué à 34 reprises et n'ont encaissé que 5 buts.

Au Brésil, ils font donc logiquement partie des gros outsiders à la victoire finale. Mais il faudra d'abord se défaire d'un groupe B relevé dans lequel figurent l'Espagne, le Chili et l'Australie. Plus compliqué encore, ils devront vraiment répondre présent dès leur premier match, le 13 juin, contre la Roja, leur bourreau d'il y a quatre ans.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/