5 min de lecture Premier League

Premier League : Arsenal, Manchester et Chelsea partent quasiment sur la même ligne

PRÉSENTATION - Le championnat d'Angleterre de football débutera ce samedi 8 août, avec un nombre conséquent de prétendants au couronnement final.

Manchester City a beaucoup misé sur Raheem Sterling pour conquérir le titre
Manchester City a beaucoup misé sur Raheem Sterling pour conquérir le titre Crédit : MAL FAIRCLOUGH / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Le plus gros championnat du monde va démarrer ce samedi 8 août. Le plus fort, cela reste à prouver. Le plus relevé, ça se discute. Mais le plus riche et le plus puissant certainement. La Premier League anglaise ouvrira ses portes et en bonne machine marketing, elle offrira un Manchester United-Tottenham pour le premier match de l'année. Les Red Devils ambitionnent un retour à leur place, celle de la lutte pour le titre, où ils retrouveront le tenant Chelsea, le riche voisin de City et un Arsenal qui voudrait enfin valider son long projet en décrochant le Graal. 

Un Big Four reconstitué, au sein d'une ligue à la puissance financière hallucinante qui se permet d'acheter un Jordan Amavi 13 millions d'euros sans sourciller, pour jouer le ventre-mou à Aston Villa. Mais en fin de compte, il semble bien que les mêmes clubs, mieux organisés et encore plus riches, se disputeront encore les premières places. 

Un Chelsea sage mais redoutable

Un rythme effréné, des stades modernes, des stars dans la moitié des équipes, des matches pendant la trêve des confiseurs. Revoilà la Premier League et son marketing impeccable, sa réalisation aux petits oignons et sans doute son suspense en cette édition 2015/2016. En effet, le Big Four semble enfin à un niveau plutôt homogène et pourrait offrir une course pleine de rebondissements. Entre continuité, construction qui arrive à son terme et renforts à coup de millions, les ogres du Royaume se livreront une lutte féroce. 

À tout seigneur tout honneur, le champion sortant ne lâchera pas son sceptre aussi facilement. José Mourinho, qui a prolongé son contrat, a déjà débuté sa communication en snobant Arsène Wenger lors du Community Shield, et en indiquant que ses concurrents sont en train "d'acheter le titre". Une allusion à peine voilée aux dépenses pharaoniques des deux Manchester. Car une fois n'est pas coutume, les Blues sont restés sages lors du mercato. Asmir Begovic est venu doubler Courtois dans les buts, et Falcao vient relancer sa carrière après une saison quelconque à United. Si la stabilité est une vertu, il ne faudrait pas avoir trop de blessés du côté de Stamford Bridge. 

À lire aussi
L'équipe de Manchester United qui a repris le flambeau après le crash de 1958, le 1er juin 1958. Harry Gregg est debout, 4e en partant de la gauche Manchester United
Harry Gregg, légende de Manchester United et héros du crash de 1958, est décédé

Mais s'il y a un gros départ en championnat, avec le sorcier Mourinho et un effectif plein de talents et d'expérience, il est impossible de ne pas mettre une petite pièce sur Chelsea. Les Blues seront redoutables et capables de gagner en faisant un mauvais match. Ce qui est parfois un atout. 

Arsenal enfin prêt après 12 ans ?

Si en 2015, Mourinho a dû composer avec une concurrence irrégulière, 2016 devrait offrir une toute autre résistance, à commencer par d'autres londoniens. Et si c'était l'année d'Arsenal ? Là encore, pas de mercato agité, mais une seule venue. Mais pour certains c'est le chaînon manquant des GunnersPetr Cech arrive pour garder les cages d'Arsenal et le visage de l'équipe en est changé. Cette équipe qui a fait une année 2015 de toute beauté devrait partir sur les même bases, mais avec cette fois-ci l'un des meilleurs gardiens du monde

Devant, Alexis Sanchez sera toujours aussi fort, et on espère voir un Mesut Özil digne de son talent, immense et hors du commun. Quant à Olivier Giroud, s'il n'est pas le meilleur "9" du monde, il empile sa quinzaine de buts sans sourciller. Pour les rotations (et plus), Welbeck, Oxlade-Chamberlain et Walcott restent des valeurs sûres si la santé suit. Sans compter que le nom de Fernando Llorente revient avec insistance du côté de l'Emirates Stadium. Certes, la charnière Mertesacker-Koscielny ne rassure pas sur le papier, mais pas plus que celles de United ou City. Et avec sa collection de milieux à tout faire (Ramsey, Coquelin, Cazorla, Wilshere), les Gunners sont armés pour le titre attendu depuis 2004.

City, l’antipathique toujours présent

En parallèle à la bataille de Londres, il y aura celle de Manchester. Les deux clubs de la ville ont affolé la rubrique mercato et ont surtout fait flamber leur chéquier. Le premier à dégainer a été Manchester City, le vice-champion d'Angleterre, en dépensant près de 70 millions d'euros pour enrôler la pépite de Liverpool Raheem Sterling. Un renfort technique de qualité, malgré le tarif hors marché, qui viendra s'ajouter aux qualités de David Silva, Sergio Agüero, et peut-être Kevin De Bruyne, autre cible prioritaire pour laquelle la cagnotte pourrait exploser. Une armada que devra gérer Manuel Pellegrini, au sein d'un club victime de son parcours toujours moyen en Ligue des champions et de son image de nouveau riche, que l'on oublie trop souvent de citer parmi les candidats au titre. 

Lors des 4 dernières éditions du championnat, les Citizens ont terminé deux fois champions et deux fois vice-champions. L'expérience du groupe et les recrues qu'espèrent encore les dirigeants ne pourront que rendre compétitive une équipe qui a chatouillé Chelsea la saison passée. La clé sera la faculté de Pellegrini à faire jouer son équipe d'une manière plus fluide que la saison passée, et la capacité de remporter les rencontres face aux grosses cylindrées. En 2014/2015, les Skyblues n'ont pas réussi à battre Chelsea et Arsenal, les rivaux directs pour le titre. 

Manchester United a mis les gros moyens pour revenir au top

Mais le rival historique reste le voisin, plus prestigieux et plus titré. Manchester United revient sur le devant de la scène après deux saisons loin de la lutte pour le titre. Pour revenir dans le coup, Louis Van Gaal a fait dépenser une fortune à son boardBastian Schweinsteiger (20 millions d'euros), Morgan Schneiderlin (35 millions), Memphis Depay (30 millions) ou encore Matteo Darmian (18 millions) sont venus étoffer l'équipe et offrir à l'entraîneur néerlandais une armada à la mesure des ambitions du club le plus riche du monde. Entre talents et expérience, les Red Devils seront redoutables, mais il faudra que l'amalgame se fasse vite tant le chantier est important. La concurrence au milieu sera colossale, et la défense reste sujette à caution. Rojo ou encore Luke Shaw devront montrer leur qualité après une première saison mitigée.  

Le 8 août à 13h45, une saison attendue débutera par un premier choc entre un favori et un challenger. Le genre d'affiche que la Premier League offrira chaque semaine tant les talents sont légion sur l'île. Et si les autres championnats tiennent par des duels, l'Angleterre sera une foire d'empoigne qui ne tolère pas les faux pas, sous peine de voir les concurrents passer devant. Et tout cela en faisant attention aux éventuelles surprises venues de Liverpool ou Tottenham. Vous avez dit passionnant ? 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Premier League Football Chelsea
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants