2 min de lecture Marcelo Bielsa

OM : Bielsa persiste et signe ses propos devant la presse

L'entraîneur de l'Olympique de Marseille est revenu sur les récentes polémiques dans la cité phocéenne tout en maintenant ses propos au sujet de son président Vincent Labrune.

Marcelo Bielsa, le 29 août 2014
Marcelo Bielsa, le 29 août 2014 Crédit : AFP/B.Langlois
Julien Quelen
Julien Quelen
Journaliste RTL

Présent en conférence de presse à l'avant veille du match de Ligue 1 face à Evian Thonon-Gaillard, Marcelo Bielsa a naturellement été cuisiné sur les polémiques engendrées par ses propos de la semaine passée. Alors qu'il avait directement incriminé son Président au sujet d'un mercato qu'il juge calamiteux et mensonger, le technicien argentin n'a infirmé aucun de ses propos

J'ai tout revu point par point et je n'enlève rien

Marcelo Bielsa
Partager la citation

Une fois n'est pas coutume à la Commanderie, les questions de l'auditorium ont bien plus tourné autour de l'extra sportif que de ce que l'OM produit sur le terrain. Curieux de connaitre l'issue du rendez-vous que doit avoir Bielsa avec Vincent Labrune, les journalistes ont tenté de savoir si l'ancien entraîneur de l'Atletico Bilbao ferait ses bagages en cas de sanction prise à son encontre. 

"Non, j'ai un engagement et il est peu probable que je ne le respecte pas. S'il y a une sanction, je ne connais pas sa nature (...) J'ai été convoqué à une réunion où je vais écouter ce qu'on a à me dire", a ainsi rétorqué "el loco" qui ne paraissait pas inquiet outre-mesure après avoir déclaré qu'il avait "tout revu point par point" et qu'il "n'enlevait rien" de ses propos accusateurs. 

Bielsa n'est pas diplomate

Malgré tout, la polémique gonflée autour des propos de Bielsa visant Labrune ont eu une portée que l'Argentin n'aurait peut-être pas soupçonné. De Jean Michel Aulas à Loïc Fery en passant par Bernard Tapie ou quelques anciens joueurs professionnels, tout le monde s'est rapidement accordé à dire que Bielsa avait franchi "une ligne jaune", selon l'expression qui va aux frondeurs par les temps qui courent. 

À lire aussi
L'Argentin Marcelo Bielsa en septembre 2017 Angleterre
VIDÉO - Quand Bielsa ordonne à ses joueurs de laisser marquer l'équipe adverse

Au sujet de ces réactions, celui que l'on surnomme le fou a formulé une parole sage : "Il y a deux choses importantes dans ce que j'ai dit. La première est de savoir si ce que j'ai dit est vrai, la seconde, de savoir si c'était bien de le dire. Ce que je constate, c'est que beaucoup ont considéré qu'il était plus important de savoir si c'était une bonne chose plutôt que de savoir si c'était vrai".

Le cas Doria

Bien évidemment, l'échange a également tourné autour du cas Doria, annoncé comme le dernier bijou du football brésilien et descendu en flèche par Bielsa qui s'était étonné qu'une pépite auriverde prenne la direction de Marseille. 

Néanmoins, l'entraîneur phocéen a tenu à désamorcer les conclusions tirées de sa propre intervention au sujet du jeune latéral : "Si Doria ouvre le journal, il lira que je ne voulais pas de lui. or je n'ai pas remis en cause ses qualités, j'ai simplement dit que je ne le connaissais pas. Je n'ai pas supervisé le joueur. Dire qu'un joueur n'est pas bon et dire qu'on ne le connait pas sont deux choses différentes". 

Quoi qu'il en soit, le jeune brésilien de 19 ans ne devrait pas figurer dans le groupe qui se déplacera à Annecy dimanche, au contraire d'Alessandrini, de Batshuayi ou de Barrada dont il a pris soin de rappeler qu'il avait validé leur recrutement. En Espagnol, puisqu'il "vaut mieux qu'il continue à s'exprimer dans la langue qu'il connait", les mots de Marcelo Bielsa sont toujours aussi aiguisés. 

Concours pronostics
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marcelo Bielsa Olympique de Marseille Ligue 1 Conforama
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants