1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Euro 2016 : Pogba, Griezmann, changement tactique... Ce que l'on peut attendre du match France-Albanie
4 min de lecture

Euro 2016 : Pogba, Griezmann, changement tactique... Ce que l'on peut attendre du match France-Albanie

DÉCRYPTAGE - L'équipe de France affronte l'Albanie ce mercredi 15 juin à 21h, avec sans doute une équipe remaniée dans sa composition et son animation tactique.

Kingsley Coman sous les couleurs de l'Équipe de France
Kingsley Coman sous les couleurs de l'Équipe de France
Crédit : AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani

La France s'apprête à jouer son deuxième match de l'Euro 2016, face à l'Albanie. Après avoir disposé de la Roumanie non sans avoir souffert, les hommes de Didier Deschamps veulent profiter d'une rencontre avec moins de pression pour enchaîner sur une deuxième victoire et assurer une qualification en huitièmes de finale. Après 5 jours de travail pour affiner les réglages et les quelques changements que pourraient bien faire le sélectionneur dans son schéma et son 11 de départ, on peut s'attendre à une équipe au profil différent et sans doute plus conquérant.

Les Bleus ont montré une certaine fébrilité pour leur entrée en compétition contre la Roumanie, manquant de fluidité et de relâchement. Entre le stress de débuter la compétition, un Stade de France jamais propice aux ambiances volcaniques et des joueurs moins en forme que d'autres dans un système pas toujours adapté, les ingrédients d'un match "champagne" n'étaient sans doute pas réunis. Ce mercredi 15 juin face aux Albanais battus lors du premier match, face à la Suisse, quelques blocages pourraient être levés.

Un adversaire obligé de se livrer un peu

Le match devrait être plus emballant. Même si la Roumanie n'a pas fermé le jeu, la défaite de l'Albanie lors de son entrée en matière l'oblige à tenter autre chose qu'un verrou avec deux lignes de défenseurs dans ses 30 derniers mètres. Difficiles à manœuvrer lorsqu'ils sont regroupés en défense (ils avaient battus les Bleus à domicile en juin 2015), les Albanais ne pourront pas rester éternellement dans leur camp pendant 90 minutes, sous peine d'être éliminés de la compétition sans avoir tenté leur chance. De plus, ils ont montré face aux Helvètes qu'ils pouvaient sortir et être tranchants lorsqu'il faut revenir au score et même à 10 contre 11. 

Tout ceci devrait donc laisser à la France quelques espaces pour enchaîner en attaque et voir ses joueurs prendre de la vitesse et déstabiliser la défense adverse. Au fur et à mesure de la rencontre, et avec un deuxième match en 4 jours pour l'Albanie, la France devrait avoir le loisir de faire flancher Berisha, le gardien adverse. D'ailleurs, il semblerait bien que l'équipe de France se présentera dans une configuration plus conquérante, avec quelques changements de joueurs

Place aux hommes en forme

À lire aussi

Ainsi, comme l'avait déjà indiqué un journaliste de L'Équipe dans RTL Grand Soir, Didier Deschamps pourrait changer la donne et redistribuer les cartes au sein de son équipe. Le pragmatisme du Bayonnais pourrait encore frapper avec l'entrée en jeu des hommes en forme et un schéma qui exploiterait au mieux leurs qualités. Exit le 4-3-3 et place au 4-2-3-1. Le premier est un schéma pour lequel trop peu de joueurs sont habitués et même adaptés. En club, Kanté ne joue pas seul devant la défense. Pogba joue à gauche dans le milieu de la Juve et Matuidi est entouré de joueur plus techniques au PSG. Griezmann, Payet et Giroud sont, eux aussi, alignés dans des schémas au sein desquels ils bénéficient de plus de soutiens. 

À en croire les informations du quotidien sportif, Didier Deschamps serait tenté de "proposer autre chose" pour "déstabiliser l'adversaire" selon les propres dires du sélectionneur en conférence de presse. Payet serait ainsi aligné en meneur de jeu libre derrière Olivier Giroud. Sur les côtés, Kingsley Coman très percutant en préparation et en grande forme, gagnerait sa place pour faire souffler un Griezmann fatigué et possiblement atteint par des soucis musculaires. À gauche, Anthony Martial prendrait la place qu'il occupe en club pour venir mettre le feu et animé un côté délaissé par Payet face à la Roumanie, et dans lequel Evra n'offre rien sur le plan offensif. 

Un système qui équilibre l'équipe

Dans un 4-2-3-1, le dispositif permet d'être sûr d'occuper toute la largeur du terrain avec des joueurs qui débordent et provoquent balle au pied, tout en combinant avec les montées éventuelles des latéraux. Coman et Martial apporteront du dynamisme. De plus, Dimitri Payet, meneur de jeu pur qui ne reste pas sur son côté gauche dans un 4-3-3, pourrait rester au cœur du jeu et laisser libre cours à son imagination. Le côté gauche rempli d'un point de vu offensif par Martial permet en outre de moins exposer un Patrice Evra en difficulté sur le plan défensif. Matuidi, lui aussi moins flamboyant, aurait moins de couvertures à effectuer. Il pourrait ainsi se projeter sans crainte. 

À ses côtés, N'Golo Kanté ne sera plus seul, aura lui aussi moins de travail de ratissage et restera plus en protection de la charnière centrale. Ce dispositif tactique serait donc un gage de stabilité. C'est la raison pour laquelle Didier Deschamps l'a souvent utilisé. Sous forme de 4-4-2 à Monaco ou de 4-2-3-1 à l'OM, la possibilité d'avoir une assise plus sûre permet aux attaquants d'être plus libres, moins contraints au repli pour défendre. Si ce ne sera certes pas un souci majeur contre l'Albanie, le calcul de Deschamps pourrait bien être aussi à moyen terme pour la suite de la compétition.

SERVICE
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

pub
pub
pub
pub
En Direct
/