3 min de lecture Euro 2016

Euro 2016 : de Martial à Diarra, tout le monde ne pouvait pas gagner

LE WEEK-END DES BLEUS - Plusieurs des Bleus retenus dans la liste des 23 ou parmi les réservistes pour l'Euro disputaient samedi et dimanche les finales des Coupes d'Angleterre, d'Espagne, d'Allemagne, d'Italie et de France.

Yohan Cabaye à la lutte avec Anthony Martial samedi 21 mai 2016
Yohan Cabaye à la lutte avec Anthony Martial samedi 21 mai 2016 Crédit : James Marsh/BPI/Shutter/SIPA
Gregory Fortune
Gregory Fortune
et AFP

À respectivement 20 et 19 jours du coup d'envoi de l'Euro 2016 en France, ce week-end des 21 et 22 mai était consacré aux finales des coupes nationales dans les grands pays de football européen. Direction l'Angleterre, Londres et le stade de Wembley pour la première, entre Manchester United et Crystal Palace, entre Anthony Martial et Morgan Scheneiderlin d'un côté, et Yohan Cabaye de l'autre concernant les Français retenus par Didier Deschamps. Et la victoire est revenue aux premiers, après prolongation (2-1, 1-1 à l'issue du temps réglementaire).

Aucun des trois Bleus n'a marqué. Schneiderlin n'est d'ailleurs même pas entré en jeu. Martial était en revanche titulaire à gauche de l'attaque des Red Devil, puis a terminé dans l'axe après la sortie de Marcus Rashford (73e). Ses prises de balles n'ont pas semblé aussi tranchantes que ces derniers temps, mais son positionnement l'a rendu très dangereux. Seul au 2e poteau, il a ainsi vu sa frappe contrée (33e) et est parvenu à placer une tête sur l'extérieur du poteau (61e), avant de disparaître peu à peu en prolongations. Placé en soutien de l'attaquant Connor Wickham, Cabaye a de son côté fait un début de match volontaire mais a dû reculer ensuite face à l'incapacité de son équipe à tenir le ballon. Précieux pour couper des ballons et amorcer les contre-attaques, l'ancien Parisien et Lillois est sorti à la 73e minute.  

À l'Olympiastadion de Berlin, le Bayern Munich a eu raison du Borussia Dortmund à l'issue de la séance de tirs au but (4-3, 0-0 après prolongation). Entré en jeu à la 108e minute côté gauche à la place de Franck RibéryKingsley Coman a placé quelques accélérations mais sans parvenir à faire la différence avant d'assister à la séance de tirs aux buts aux côtés de ses coéquipiers. Dans un autre Stade Olympique, celui de Rome, Paul Pogba et Patrice Évra ont également soulevé le trophée décerné aux vainqueurs, après la courte victoire de la Juventus Turin sur l'AC Milan (1-0 après prolongation). Le premier, nerveux et râleur, n'a cependant pas réussi une grande finale. Quant au second, il a été remplacé à l'heure de jeu par Alex Sandro après s'être progressivement éteint.

Matuidi brille, Mathieu revient en forme

Au Stade de France, Blaise Matuidi, auteur d'un excellent match, a mis le PSG sur orbite avec un but dès la 2e minute. Il a ensuite provoqué un penalty dès le retour des vestiaires transformé par Zlatan Ibrahimovic, puis délivré une passe décisive au Suédois pour le but du 4-1 (4-2 au final pour les Parisiens). Adrien Rabiot, lui, est impliqué sur le 3e but, signé Edinson Cavani. A contrario, Steve Mandanda a vécu une soirée cauchemardesque. Le gardien numéro 2 des Bleus, qui jouait là très certainement son dernier match sous les couleurs de l'OM, a souvent été abandonné par sa défense. Au milieu, Lassana Diarra s'est seulement montré actif en première période.  

À lire aussi
Pascal Praud Euro 2016
Euro 2016 : "Voilà un train qui est arrivé en avance", se félicite Pascal Praud

Ce week-end s'est achevé sur un succès, là encore après prolongation, du FC Barcelone sur le FC Séville (2-0) au stade Vicente Calderon de l'Atlético de Madrid. Jérémy Mathieu a débuté le match sur le banc du Barça mais a appelé à la rescousse dès le début de la 2e période après le carton rouge de Javier Mascherano (35e). Entré en jeu à la pause à la place d'Ivan Rakitic, l'expérimenté gaucher a montré qu'il revenait en forme, deux mois après son opération d'un genou. En cas de forfait de Raphaël Varane à l'Euro, l'ancien Sochalien peut avoir une carte à jouer. Dans le camp andalou, Kevin Gameiro a cru décanter le match en provoquant l'exclusion de Mascherano, coupable d'un tirage de maillot en position de dernier défenseur. Mais Séville n'en a pas profité et le réserviste en Bleu, n'a pas réussi à inscrire son 30e but cette saison toutes compétitions confondues. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Euro 2016 Équipe de France de football Didier Deschamps
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants