1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Vendée Globe : Escoffier en détresse sur son radeau, quatre skippers à son secours
2 min de lecture

Vendée Globe : Escoffier en détresse sur son radeau, quatre skippers à son secours

La skipper de PRB à déclenché sa balise de détresse lundi 30 novembre, quatre autres concurrents du Vendée Globe se sont déroutés pour lui porter secours.

Kevin Escoffier
Kevin Escoffier
Crédit : Yann Riou
Ryad Ouslimani & AFP

Lundi 30 novembre, le skipper Kevin Escoffier a déclenché sa balise de détresse alors qu'il dispute le Vendée Globe, pour cause d'une importante voie d'eau dans son bateau PRB au niveau des 40es rugissants. Le navigateur a même été obligé de rejoindre son radeau de survie en attendant les secours. Ces derniers sont représentés par quatre autres concurrents de la course qui se sont déroutés pour aider leur acolyte. 

Dans cette zone connue pour ses déferlantes et ses vents violents, le premier à être arrivé au niveau des coordonnées d'émission de la balise détresse à été Jean La Cam, sur Yes We Cam !, et ce deux heures après l'alerte. 

La direction de course relate dans un communiqué lundi soir que Jean Le Cam navigue alors "avec 3 ris dans la grand-voile, afin de rester mobile dans les vents de 20 noeuds, et les creux de 5 mètres". "Un contact visuel est établi", Le Cam voit le radeau de survie et voit aussi Escoffier "vraisemblablement équipé de sa combinaison de survie TPS, et un échange vocal a lieu entre les deux hommes".

Une mer formée, une eau à 10 degrés

"Le temps de faire une manoeuvre pour revenir au plus près du radeau, Jean le Cam perdra le contact visuel avec Kevin Escoffier, dans cette mer très formée et dans le jour tombant. Depuis, le skipper de Yes We Cam ! n'a cessé ses efforts, mais n'a plus réussi à repérer le radeau avec Kevin à son bord et n'a pas capté le signal de l'AIS (balise de détresse) dont la portée est réduite en raison de la mer formée", poursuit le communiqué.

À lire aussi

Pour augmenter les chances d'une intervention réussie auprès du naufragé, la direction de la course a demandé donc à trois autres concurrents de venir prêter main forte à Jean le Cam. Yannick Bestaven (Maitre Coq), arrivée à 21h45, Boris Herrmann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco) et Sébastien Simon (Arkéa Paprec) attendu un peu plus tard. Selon l'équipe de PRB, Escoffier a de quoi signaler sa présence dans le radeau de survie

Dans la zone d'investigation, le jour doit se lever aux environs de 4h40 heure française. Les données indiquent que la température de l'eau y est de 10 degrés. Les skippers venus au secours d'Escoffier ont pour mission de le sécuriser, a priori en le faisant monter à bord, en attendant un bateau de secours alerté pour venir récupérer le marin. Il s'agira du MRCC Cape Town, explique l'AFP. 

Escoffier, marin très expérimenté âgé de 40 ans, participe pour la première fois au Vendée Globe, à la barre d'un bateau 'volant' mais de première génération, sorti des chantiers il y a tout juste 11 ans. Fort de ses deux courses autour du monde en équipages avec escales (Volvo Ocean Race) dont une victorieuse en 2018, Escoffier s'est assez vite placé dans le groupe de tête et a pris la troisième place du Vendée Globe pour la première fois dans la nuit de dimanche à lundi.

Lundi matin, lors d'une vacation avec le PC course, il a raconté se préparer à affronter son "premier coup de vent avec 35 noeuds fichier et six mètres de creux".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/