2 min de lecture Photographie

Tour de France 2019 : l'incroyable photo des spectateurs dans une piscine gonflable

Tous les vendredis, RTL raconte les coulisses d'une photo qui a fait l'actualité. Ce vendredi 12 juillet, focus sur le public du Tour de France.

Simon_245 Le Son de l'Image Simon Buisson iTunes RSS
>
Tour de France 2019 : l'incroyable photo des spectateurs dans une piscine gonflable Crédit Image : Anne-Christine Poujoulat - AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Simon Buisson
Simon Buisson édité par Joanna Wadel

"C'est ça la France ! La France de juillet ! La France du Tour !". Nous sommes mardi dernier,  4e étape entre Reims et Nancy. Sur la moto de l'AFP, la photographe Anne-Christine Poujoulat repère deux spectateurs les pieds dans une piscine gonflable au milieu d'un champ : "J'étais avec le motard devant l'échappée et devant le peloton. Ça faisait un petit moment que je cherchais à faire une photo avec le public au bord de la route. J'avais envie de quelque chose d'un peu étrange ou d'un peu cocasse", explique-t-elle.

Scène immuable des bords de route sous le soleil de juillet. Des heures et des heures d'attentes pour quelques secondes de bonheur, raconte cette dernière : "J'ai vu de loin la piscine dans ce champs. Je me suis présentée et je leur ai dit 'faites comme si j'étais pas là'. Ils avaient le sens de la mise en scène et de l'autodérision. Ils étaient très joyeux". 

Deux spectateurs donc, l'un tatoué, maillot de bain jaune fluo. Il patauge debout dans une piscine en plastique, casquette Amora vissée sur la tête. Son acolyte est assis sur un tabouret, les pieds dans l'eau. Il porte un chapeau de cow-boy. Autour d'eux, les glacières, le parasol, les fûts et les packs de bière, les chaises pliantes, le barbecue et les restes de leur pique-nique. 

Le camping car s'intégrait à cette scène typique du Tour de France. Elle a plusieurs éléments qui racontent quelque chose d'assez populaire, une idée festive.

Partager la citation

Quelques mètres plus loin, un drapeau bleu blanc rouge, un camping car et bien-sûr, le peloton lancé à vive allure. "J'ai fait la photo au moment où le peloton arrive. Le camping car s'intégrait à cette scène typique du Tour de France. Elle a plusieurs éléments qui racontent quelque chose d'assez populaire, une idée festive. Y'a de l'humour, y'a de l'échange", raconte Anne-Christine Poujoulat.  

Des spectateurs du Tour de France les pieds dans l'eau
Des spectateurs du Tour de France les pieds dans l'eau Crédit : Anne-Christine Poujoulat - AFP

Chaque année, plus de 10 millions de personnes applaudissent les coureurs. Les véritables forçats de la route ce sont eux : ces spectateurs retombés en enfance. Ceux qui courent après la caravane pour une casquette à poids rouges. Ceux qui hurlent au passage de l'échappée. Ceux qui suivent la course, radio collée à l'oreille, pour connaitre les écarts.  

La Grande Boucle, "une très grosse machine" fascinante

À lire aussi
La spectaculaire chute lors de la 2e étape du Tour de France 2017 Tour de France
Tour de France 2017 : l'incroyable photo qui a fait le tour du monde

Anne-Christine Poujoulat participe à son 1er tour. Au total, 4.500 personnes travaillent sur la Grande Boucle : "C'est une très grosse machine. Tout le long du parcours il y a des gens, c'est fascinant. Sans compter que c'est très coloré et visuel". 

Une grande fête populaire célébrée par l'écrivain Antoine Blondin en 1954 : "Je me suis étonné d’être dans cette caravane qui décoiffe les filles, soulève les soutanes, pétrifie les gendarmes. Je savourais la ferveur qui s’attachait à notre transhumance. Elle nous rappelle que l’art de vivre est d’abord un système de communication des êtres". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Photographie Tour de France Cyclisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants