4 min de lecture Tour de France

Tour de France 2015 : de grands favoris pourraient manquer à l'appel

Plusieurs favoris à la victoire finale pourraient ne pas prendre le départ de la 102e édition du Tour de France ou ne pas être à 100%. Une chance supplémentaire pour les Français ?

Christopher Froome et Alberto Contador
Christopher Froome et Alberto Contador Crédit : AFP/L.Bonaventure
Julien Quelen
Julien Quelen
Journaliste RTL

"C'est un Tour à ma portée", réagissait mercredi Thibaut Pinot après l'annonce du parcours officiel de la Grande Boucle 2015. Un parcours très montagneux et sans véritable contre-la-montre individuel qui favoriserait les coureurs français, convaincants en haute-montagne mais très peu adeptes des chronomètres longue distance. 

Ainsi, le coureur de la FDJ.fr, troisième l'an dernier, Jean-Christophe Péraud (2e), Romain Bardet (6e) et Pierre Rolland (11e), auront une carte à jouer pour la victoire finale. Même Vincenzo Nibali, vainqueur par KO l'an passé sur les routes françaises, en convient : "Il manque peut-être un long contre-la-montre, mais c'est peut-être pour les coureurs français qui ne sont pas vraiment des spécialistes."

Si les coureurs français, qui auront donc un avantage présumé, pourraient bénéficier des absences prévisibles de certains favoris ou de leur état de forme, ils auront néanmoins à faire face aux coureurs que le parcours rend également heureux. 

Le requin vise le doublé

Sacré pour la première fois l'an passé après les abandons de Froome et de Contador, Vincenzo Nibali avait écrasé la concurrence en devançant son dauphin de près de 8 minutes à l'arrivée sur les Champs-Élysées. Une performance qui le place assurément parmi les favoris à sa propre succession. 

À lire aussi
Le peloton du Tour de France en juillet 2016 à Saint-Marie-du-Mont cyclisme
Tour de France 2020 : ce qu'il faut retenir du parcours

Si le requin de Messine a déjà souligné que les coureurs français seraient parmi ses principaux rivaux, le parcours du Tour de France 2015 ne l'avantage pas moins que les tricolores. À la tête d'une des équipes les plus solides du circuit (Astana), le maillot jaune 2014 pourra creuser l'écart lors de la 9e étape ; le contre-la-montre par équipe au départ de Plumelec, juste avant d'attaquer les premiers cols pyrénéens. 

Quintana, sérieuse candidature

Vainqueur du Giro 2014, Nairo Quintana ne fera très certainement pas l'impasse sur un Tour de France dont le tracé semble fait pour lui. Excellent grimpeur petit format, le coureur colombien aura peut-être la plus petite cote chez les bookmakers. Au-dessus du lot quand les pourcentages s'élèvent, l'enchaînement des difficultés et les arrivées au sommet sont un avantage indéniable pour le dauphin de 2013. 

Être à 100% et lutter pour la victoire dans le Tour

Nairo Quintana
Partager la citation

"Je dois encore avoir confirmation de mon programme de courses mais je vais probablement le planifier pour être à 100% et lutter pour la victoire dans le Tour", a ainsi déclaré le principal intéressé à la RTBF

Protégé par la Movistar, le coureur de 24 ans pourrait, au même titre que Nibali, faire déjà la course en tête après le contre-la-montre par équipe qui ne présente donc pas un obstacle. Les étapes en ligne, souvent conclues par des côtes de relatives difficultés, pourraient également le mettre sur orbite après sa première victoire lors d'un grand Tour la saison passée. 

Contador pense à rejoindre Pantani

Contrairement à Christopher Froome qui pourrait donc privilégier une participation au Tour d'Italie puis au Tour d'Espagne en zappant le Tour de France, Alberto Contador, lui, se sent prêt à enchaîner. "Il faudra être dans un bel état de forme dès le départ (...) En même temps, il faudra garder de ma fraîcheur jusqu'à la dernière semaine. C'est le parcours le plus dur des dernières années".

Désireux de remporter un deuxième Giro après 2008, le "Pistolero" prévoit donc de s'aligner également en France, même s'il connaît la difficulté de la tâche qui incombe à celui qui voudrait succéder à Marco Pantani, dernier coureur à avoir remporté les deux épreuves la même année (1998). 

Le parcours escarpé du Giro comporte néanmoins un risque pour Alberto Contador qui n'a pour le moment pas la certitude de pouvoir être compétitif sur les deux courses. Pour preuve, l'an passé, Pierre Rolland avait été impressionnant sur les hauteurs italiennes mais avait cruellement manqué de souffle deux mois plus tard en France

Froome pourrait faire l'impasse

Sans contre-la-montre et avec huit arrivées au sommet, le parcours de la Grande Boucle n'est pas vraiment fait pour Christopher Froome. Le coureur britannique, qui n'était pas à la présentation du tracé, a même laissé entendre qu'il n'en prendrait pas le départ l'été prochain : "Nous devons réfléchir, avec l'équipe, aux grands Tours auxquels je participerai l'an prochain", a-t-il ainsi indiqué sur son site officiel. 

Si je cours le Giro, je peux aussi revenir en forme pour la Vuelta

Christopher Froome
Partager la citation

Le vainqueur de l'édition 2013, qui avait dû abandonner l'an passé en raison de chutes à répétition, a également évoqué une participation au Giro, où il n'a jamais brillé (36e en 2009), puis à la Vuelta, ce qui compromettrait naturellement sa participation au Tour de France.

"Si je cours le Giro, je peux aussi revenir en forme pour la Vuelta et m'y présenter avec des chances de victoire. Dans le passé, j'ai seulement ciblé un grand Tour par saison mais cela pourrait être une bonne occasion pour moi de me concentrer sur deux". Exit le Tour, donc. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tour de France Cyclisme Alberto Contador
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants