1 min de lecture MeToo

Sarah Abitbol : son ex-entraîneur concède des relations "intimes inappropriées"

Gilles Beyer, accusé d'agressions sexuelles et de viol par la patineuse artistique Sarah Abitbol alors qu'elle était mineure, lui présente ses "excuses".

Sarah Abitbol au championnat du monde de patinage le 24 janvier 2001
Sarah Abitbol au championnat du monde de patinage le 24 janvier 2001 Crédit : OLIVIER MORIN / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy
et AFP

Dans son livre Un si long silence, la patineuse Sarah Abitbol le surnomme "Monsieur O." et l'accuse de l'avoir violée et agressée sexuellement lorsqu'elle était adolescente. Gilles Beyer, ex-entraîneur de la championne multimédaillée, a réagi à ces allégations vendredi 31 janvier : il concède des relations "intimes inappropriées" et lui présente "ses excuses".

"Je reconnais avoir eu des relations intimes avec elle, a-t-il déclaré à l'AFP. Si mes souvenirs sur leurs circonstances exactes diffèrent des siens, j'ai conscience de ce que, compte tenu de mes fonctions et de son âge à l'époque, ces relations étaient en tout état de cause inappropriées". L'ancien champion de France de patinage artistique (1978), âgé de 62 ans ajoute : "Je suis sincèrement désolé et je présente à Sarah Abitbol mes excuses."

Actuellement directeur du club de hockey sur glace les Français volants, Gilles Beyer est accusé par Sarah Abitbol de l'avoir agressée sexuellement et violée sur une période qui court de 1990 à 1992, quand elle avait de 15 à 17 ans. Des faits aujourd'hui prescrits que la décuple championne d'Europe dénonce dans un livre paru jeudi 30 janvier. "Je ne pouvais pas supporter l'idée que cet entraîneur soit toujours en place, a confié Sarah Abitbol au micro de Flavie Flament le même jour. Je me sentais complice par mon silence, ça m'était impossible."

Gilles Beyer dit "comprendre" mais "regretter" que Sarah Abitbol ne lui en "ait pas parlé pendant toutes ces années. "Nous sommes régulièrement croisés sans qu'à aucun moment je puisse percevoir la profondeur de ses blessures", explique-t-il. Il n'exclut par ailleurs pas de "(s')exprimer sur (sa) version des faits".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
MeToo Agression sexuelle Patinage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants