3 min de lecture Voile

Route du Rhum 2018 : les échos des pontons du jeudi 1er novembre

Un couple uni sur terre mais pas sur mer, un adepte de la sophrologie... à trois jours du départ de la 11e Route du Rhum, voici les principales informations à retenir.

Les Class40 mouillent à Saint-Malo, le 1er novembre 2018.
Les Class40 mouillent à Saint-Malo, le 1er novembre 2018. Crédit : LOIC VENANCE / AFP
fred veille
Frédéric Veille Journaliste RTL

Le départ de la 11e édition de la Route du Rhum aura lieu dimanche à 14h de Saint-Malo. Une course intense où pur la première fois, la victoire se jouera entre bateaux dits "volant", capables de filer à des allures folles au-dessus de l'eau. L'exercice est difficile mais les skippers s'y sont préparés.

"Le risque humain n'est pas nul. Dans l'eau, il y a des choses qu'on ne maîtrise pas. Il ne faut pas laisser la place à la peur mais à la conscience du danger. La peur est quelque chose qui nous fait reculer, prendre des mauvaises décisions et ça, on ne peut pas se le permettre", souligne François Gabart (Macif), à la barre de l'un des Ultim, ces bateaux dernière génération.

La principal risque pour ces bateaux reste le chavirage. Et la flotte très élitiste des Ultim a vécu un épisode de cet ordre il y a seulement 6 mois. Le maxi-trimaran Banque Populaire, tenu par Armel Le Cléac'h, en a fait durement les frais au large des côtes marocaines lors d'un convoyage.

Unis dans la vie... mais pas sur l’eau

Samantha Davies et Romain Attanasio
Samantha Davies et Romain Attanasio Crédit : Initiatives coeur

Samantha Davies et Romain Attanasio se sont rencontrés il y a 15 ans et se partagent depuis entre une vie de famille peu ordinaire et leur métier de skipper. Unis à terre, ce sera tout de même chacun pour soi lors de cette Route du Rhum où ils sont tous deux engagés en catégorie Imoca. Quant à leur fils Ruben, 7 ans, il restera chez ses grands-parents avant de s’envoler pour la Guadeloupe où il sera là pour accueillir ses parents.

Il faut sauver Pen-Duick

Pen-Duick exposé dans le village de la route du Rhum
Pen-Duick exposé dans le village de la route du Rhum Crédit : Frédéric Veille

Le célèbre voilier d’Éric Tabarly, classé monument historique en 2016 est exposé sur le
village de la Route du Rhum. En restauration depuis plusieurs mois dans un chantier brestois, il devrait, une fois restauré, rejoindre la Cité de la Voile de Lorient l’an prochain. Mais la restauration a un coût : 250 000 euros. Voilà pourquoi Pen-Duick est exposé à Saint-Malo où un appel au don est lancé auprès du public.

Adepte de la sophrologie

Le skipper girondin Lalou Roucayrol a établi depuis janvier dernier un programme de
sophrologie pour préparer au mieux la Route du Rhum. Au rythme de trois sessions par mois
il a ainsi travaillé sur le stress mais aussi sur le sommeil, le tout couplé à une alimentation
équilibrée et saine. Pour cela il s’est alloué les services de Julien Quesnoy, sophrologue
Toulousain qui restera disponible pour le skipper d’Arkema durant la traversée

La passe de trois

Le trimaran Idec Sport
Le trimaran Idec Sport Crédit : Jean Marie Liot
À lire aussi
Charlie Dalin sur "Apivia" voile
Voile : l'édition 2020 de "The Transat" est annulée

Le trimaran de Francis Joyon est fait pour gagner. Et il l’a déjà prouvé. En effet, celui qui
aujourd’hui porte les couleurs de Idec est en fait l’ancien Groupama de Franck Cammas
vainqueur en 2010 puis lauréat de l’édition 2014 sous les couleurs de "Banque Populaire"
avec à la barre Loïc Peyon.

Les petites phrases de Maxime

Maxime Cauwe à bord de son voilier
Maxime Cauwe à bord de son voilier Crédit : Adrien François

Maxime Cauwe qui participe à sa première Route du Rhum à bord de son Class40 « Azeo »
n’emporte pas de grigri avec lui pour la traversée de l’Atlantique mais des petites phrases
qu'il a collées partout dans le bateau pour se porter chance et se motiver. Des phrases de
grands navigateurs comme : "Ne remets jamais à demain ce que tu peux faire maintenant", de Michel Desjoyeaux ou "Le navigateur a l'immense privilège d'avoir choisi ses contraintes. Il ne peut se plaindre", d’Eric Tabarly.

La traversée en cinq ou six jours

François Gabart en conférence de presse à Saint-Malo
François Gabart en conférence de presse à Saint-Malo Crédit : Frédéric Veille

Ce jeudi matin lors de sa conférence de presse avant le départ de la Route du Rhum,
François Gabart a clairement assuré qu’en fonction des fichiers météo, la traversée jusqu’à
Pointe à Pitre se fera certainement en cinq ou six jours "et que dans les années à venir nous mettrons avec nos bateaux en pleine évolution moins de cinq jours".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Voile Route du Rhum
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants