3 min de lecture Tennis

Roger Federer : pourquoi il ne faut pas encore enterrer le Suisse

DÉCRYPTAGE - Retiré des courts depuis juillet en raison d'une blessure au genou gauche, le Suisse est tombé au 16e rang mondial. L'histoire et son talent ont prouvé qu'il pouvait revenir très fort.

Roger Federer à Wimbledon
Roger Federer à Wimbledon Crédit : Shutterstock/SIPA
Gregory Fortune
Gregory Fortune
Journaliste RTL

Est-ce la fin d'une époque ? Le crépuscule, maintes fois annoncé mais toujours reporté ces dernières années, d'une légende ? De celui qui, au regard du nombre record de titres du Grand Chelem (17) et de semaines passées au sommet de la hiérarchie mondiale (302) est le plus grand joueur de l'histoire ? Toutes ces questions reviennent légitimement en boucle lundi 7 novembre, avec la publication hebdomadaire du classement ATP. Roger Federer est sorti du top 10, pour la première fois depuis 14 ansIl est même 16e, derrière des joueurs comme l'Autrichien Dominic Thiem, le Belge David Goffin ou le Français Lucas Pouille.

À 35 ans tassés, pourra-t-il inverser cette tendance ? Au contraire, la chute se prolongera-t-elle ? Jusqu'où ? Il faudra attendre le début de la saison 2017, en janvier prochain, pour obtenir des premiers éléments de réponse. Car Federer a bien l'intention de revenir sur les courts. Point de retraite en perspective. S'il a à ce point glissé au classement mondial, c'est uniquement parce qu'il a préféré faire l'impasse sur la deuxième moitié de saison 2016 afin de soigner son genou gauche... et préparer son retour. "Un grand, un vrai", espère l'intéressé.

Lucas Pouille l'en croit capable. "S'il a fait ce choix d'arrêter sa saison aussi tôt, c'est pour bien se préparer et donc je pense qu'on peut avoir un bon, voire un très bon 'Rodgeur' l'an prochain", avance le Nordiste, révélation française des mois écoulés. "S'il avait quitté le top 10 en jouant toute la saison, ça aurait été différent, souligne encore le tombeur de Rafael Nadal à l'US Open. Or, il a joué quatre mois et il est presque dans les 10".

Encore demi-finale en Australie et à Wimbledon cette année

Avant de se retirer de la scène fin juillet, le Bâlois restait en effet sur deux demi-finales en Grand Chelem, en Australie puis à Wimbledon, preuve qu'il était encore compétitif dans les grands rendez-vous. À son tableau de chasse, notamment, les jeunes loups Alexandr Dolgopolov, Grigor Dimitrov, David Goffin, les expérimentés Tomas Berdych et Marin Cilic. Certes, il n'a plus battu Novak Djokovic au meilleur des cinq manches depuis 2012. Mais il reste sur cinq succès de rang contre Andy Murray.

À lire aussi
Novak Djokovic, Rafael Nadal et Roger Federer à New York le 23 août 2013 tennis
Nadal, Federer, Djokovic... Qui est le plus grand joueur de tous les temps ?

Les partisans d'un Federer en bout de course rappelleront que le Suisse n'a plus remporté de Majeur depuis 2012, sur la gazon de Wimbledon, que cette 16e place sera un handicap majeur lors des tirages au sort, puisqu'il pourra croiser la route des meilleurs dès les 8es de finale, que son style tout en fluidité ne fera plus jamais le poids face aux "machines" de régularité que sont les Djokovic et Murray et qu'à son âge, les problèmes physiques ne faibliront pas. 

Ni Roger ni moi n'avons oublié comment jouer au tennis

Rafael Nadal
Partager la citation

Si le voir conquérir un 18e titre majeur peut en effet sembler illusoire, Federer n'en reste pas moins capable de retrouver "sa" place dans le top 10. Dans un premier temps, ayant les 760 points de sa demi-finale à Melbourne à défendre, il reculera sûrement encore au classement. Mais ensuite, il aura tout à gagner et n'a certainement rien perdu de sa technique, de sa vision du jeu. "Ni Roger ni moi n'avons oublié comment jouer au tennis. Nous travaillons pour rivaliser à nouveau au plus haut niveau". La phrase est signée Rafael Nadal, lui aussi au repos et sur la pente descendante en terme de classement (8e).

Déjà, entre février 2010 et juillet 2012, quand il ne disputa qu'une finale de Grand Chelem, la "fin" de l'ogre des années 2004-2009 était assurée par nombre de voix. Il redevint numéro 1 mondial. Au terme d'une année 2013 marquée par des problèmes de dos, une élimination au 2e tour à Wimbledon et en 8es à New York,  il se retrouvait 6e. Rebelote. Thèse de l'érosion implacable. Il termina les deux suivantes aux 2e et 3e place fin novembre, 11 titres et trois finales majeures en plus dans l'escarcelle. L'histoire l'a déjà prouvé. Si sa carrière s'arrêtera bien un jour, il ne faut pas "enterrer" trop vite Roger Federer.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tennis Roger Federer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants