2 min de lecture Mucoviscidose

Jonathan Drutel : courir avec les poumons et le coeur d'un autre

Atteint de mucoviscidose, le marathonien de 34 ans raconte son expérience dans un livre intitulé tout simplement "Ironman".

>
Jonathan Drutel Crédit Image : M6 / Stéphane Garabed, Sylvain Thizy et Alain Pirot | Crédit Média : M6 / Aline Pirot Stéphane Garabed Sylvain Thizy | Date :
Logo de la chaîne M6
La rédaction de M6 et Sophie Merle

Natation, vélo, course à pied, rien ne résiste à Jonathan Drutel, atteint de mucoviscidose, opéré deux fois d'une transplantation du coeur et des poumons. L'année dernière, l'ingénieur de 34 ans est allé au bout de la célèbre course Ironman.


262 kilomètres en 16 heures. Il compte bien récidiver cette année en Allemagne et s'entraîne d'ici là avec des "petites courses" comme le semi-marathon de Rueil Malmaison. Au menu ce jour-là, 21 kilomètres de course, qui ne font pas vraiment peur à Jonathan."Ça va être assez festif, le but est vraiment de terminer tranquillement, on le prend comme un entraînement, il n'y a pas de compétition derrière, mais il n'y a jamais finalement de compétition pour moi."
Même si l'homme est maintenant célèbre pour ses exploits, beaucoup ignore que Jonathan n'en a pas fini avec la maladie. Trois semaines avant la course, il a passé toute la journée à l'Hôpital sud de Lyon. Une visite médicale obligatoire comme tous les six mois. Les médecins veulent  analyser ses reins, mis à rude épreuve par l'ingestion des médicaments. 

Habitué des hôpitaux

Jonathan est un habitué de l'hôpital depuis l'âge de 18 ans. Sans le feu vert des médecins, le coureur ne pourra pas poursuivre ses défis sportifs. "Ca fait partie de ma vie. Si mes reins venaient à avoir une certaine défaillance, ce serait dangereux pour moi de continuer à une intensité si haute."

Même si la greffe d'organes l'a rendu plus fort, la mucoviscidose, maladie génétique très rare, est toujours dans son corps. Elle affecte surtout la respiration et aucun traitement ne permet d'en guérir totalement.

Un entrainement soutenu

Lui qui a toujours manqué d'air depuis l'enfance compte bien profiter à plein de ses nouveaux poumons et de son coeur. "En général, l’entrainement c'est 6 jours sur 7, c'est un planning très strict, éprouvant, ce n'est pas facile."

Un programme de choc en vue du prochain Iron Man. Mais après quoi court donc ce trentenaire ? "Rien que le fait de sentir l'air bien passé dans les poumons, c'est quelque chose d'incroyable."

Une soif de challenge

Cette soif de compétition ne surprend plus vraiment son père habitué depuis longtemps à vivre au rythme des épreuves et des émotions. À commencer par l'échec d'une première greffe de poumons il y a dix ans. " On ne savait pas comme il allait en sortir."

Une souffrance vite masquée par le succès de la deuxième greffe et les défis sportifs. "Petit à petit, les challenges devenaient de plus en plus difficiles. Déjà le marathon, je me suis dit, c'est pas possible, il ne pourra jamais finir un marathon, et j'étais inquiet. Alors l'Ironman c'était le comble."

Une vie remplie d'émotions. À Rueil-Malmaison, Jonathan a rempli son objectif, en 2 heures et 2 minutes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mucoviscidose Courses Le Mag 12.45
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797287185
Jonathan Drutel : courir avec les poumons et le coeur d'un autre
Jonathan Drutel : courir avec les poumons et le coeur d'un autre
Atteint de mucoviscidose, le marathonien de 34 ans raconte son expérience dans un livre intitulé tout simplement "Ironman".
https://www.rtl.fr/sport/autres-sports/jonathan-drutel-courir-avec-les-poumons-et-le-coeur-d-un-autre-7797287185
2019-03-25 16:20:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/y4Kl2n8Kb4K1bi8fEt8WpA/330v220-2/online/image/2019/0325/7797288982_jonathan-drutel.jpg