2 min de lecture Athlétisme

Hyperandrogénie : la Sud-Africaine Caster Semenya privée des Mondiaux de Doha

La justice suisse a décidé de lever la suspension "super-provisoire" du règlement sur les athlètes hyperandrogènes, qui possèdent un excès d'hormones sexuelles mâles.

L'athlète sud-africaine Caster Semenya le 2 juillet 2019 aux États-Unis
L'athlète sud-africaine Caster Semenya le 2 juillet 2019 aux États-Unis Crédit : Lachlan Cunningham / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Eleanor Douet
Eléanor Douet
et AFP

L'athlète sud-africaine Caster Semenya ne pourra pas défendre son titre sur 800 m aux Mondiaux de Doha (27 septembre-6 octobre), la justice suisse ayant décidé de lever la suspension "super-provisoire" du règlement sur les athlètes hyperandrogènes, ont annoncé les avocats de Semenya mardi 30 juillet. L'hyperandrogénie se caractérise par un excès d'hormones sexuelles mâles.

La Cour suprême suisse prend cette décision en attendant de se prononcer sur l'appel de la Sud-Africaine à propos de la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) de valider le règlement de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), que Semenya juge "discriminatoire".

"Un seul juge a renversé hier la décision de la Cour suprême suisse de suspendre provisoirement le règlement de l'IAAF en attendant la décision sur l'appel contre la décision du TAS", écrivent ses avocats dans un communiqué. "Cette décision va empêcher Caster Semenya de défendre son titre aux Championnats du monde en septembre", ajoutent-ils.

Cela ne va pas me freiner dans mon combat pour le respect des droits de toutes les athlètes concernées

L'athlète sud-africaine Caster Semenya
Partager la citation

"Je suis très déçue de ne pas pouvoir défendre mon titre durement gagné, mais cela ne va pas me freiner dans mon combat pour le respect des droits de toutes les athlètes concernées", a déclaré Semenya, citée dans le communiqué.

À lire aussi
Margarita Plavunova était championne universitaire de Russie athlétisme
Russie : une athlète de 25 ans meurt pendant son entraînement

Le tribunal avait décidé le 3 juin de suspendre, pour Caster Semenya seulement, de façon "super-provisoire" le règlement de l'IAAF, entré en vigueur le 8 mai, qui demande aux athlètes hyperandrogènes de suivre un traitement pour faire baisser leur taux de testostérone afin de pouvoir concourir sur des distances allant du 400 m au mile (1609 m).

Triple championne du monde et double championne olympique

Cette autorisation à courir de nouveau avait permis à la Sud-Africaine, triple championne du monde et double championne olympique, de remporter sur sa distance fétiche le meeting de Stanford (Californie) le 30 juin en 1 min 55 sec 70.

Caster Semenya (28 ans) détient de très loin la meilleure performance mondiale de la saison sur 800 m avec un chrono de 1 min 54 sec 98 réalisé à Doha (Qatar) le 3 mai. "L'IAAF commentera la décision du Tribunal fédéral suisse lorsque le tribunal rendra sa décision argumentée publique, ce qui doit être fait demain", a indiqué l'IAAF, contactée par l'AFP. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Athlétisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7798128681
Hyperandrogénie : la Sud-Africaine Caster Semenya privée des Mondiaux de Doha
Hyperandrogénie : la Sud-Africaine Caster Semenya privée des Mondiaux de Doha
La justice suisse a décidé de lever la suspension "super-provisoire" du règlement sur les athlètes hyperandrogènes, qui possèdent un excès d'hormones sexuelles mâles.
https://www.rtl.fr/sport/autres-sports/hyperandrogenie-la-sud-africaine-caster-semenya-privee-des-mondiaux-de-doha-7798128681
2019-07-31 03:22:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/KTfRfk222wjKVgTdu6sVNw/330v220-2/online/image/2019/0731/7798128684_l-athlete-sud-africaine-caster-semenya-le-2-juillet-2019-aux-etats-unis.jpg