9 min de lecture Divertissement

Nicoletta: le jour où Ray Charles a craqué sur sa voix !

Invité de Stéphane Bern, la chanteuse a raconté comment "The Genius" a décidé de reprendre "Il est mort le soleil"

Micro générique Switch 245x300 À la Bonne Heure ! Stéphane Bern iTunes RSS
>
Nicoletta: sa rencontre avec Ray Charles Crédit Image : SADAKA EDMOND/SIPA | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
David Buron

Elle s'en souvient comme si c'était hier ! Il faut dire que ce fut l'un des moments les plus forts de sa carrière... invitée ce matin de Stéphane Bern à l'occasion d'une énigme sur Ray Charles, Nicoletta s'est remémorée sa rencontre avec celui que l'on surnommait "The Genius". 

L'entrevue a eu lieu à la fin des années 60 alors que Nicoletta, auréolée du succès de son titre La musique, était en tournée au Canada: "J'avais les mêmes agents artistiques que Ray Charles, qui était mon idole absolu, alors j'ai demandé à le rencontrer, explique la chanteuse. Nous voyons son spectacle, puis il nous reçoit et il nous emmène dîner avec lui. Au cours du repas je lui donne mon album et mon numéro de téléphone. (...) Trois semaines plus tard, il m'appelle en pleine nuit, chez moi à Paris ! Il me dit qu'il aime beaucoup ma voix, comme il aimait celle d'Edith Piaf." C'est alors que le célèbre "blues man" lui parle d'un des morceaux de son album: "Il me dit: "Tu as une chanson qui me plait beaucoup" et là il me passe "Il est mort le soleil". J'étais un peu gênée de lui traduire les paroles en raison de se cécité, mais il m'a dit qu'il aimait beaucoup cette chanson et qu'il allait l'enregistrer." Ce que Ray Charles fit trois semaines plus tard ! Un parrainage formidable pour Nicoletta, qui n'avait alors que 23 ans... 

Nous vous proposons de (re)découvrir cette séquence en intégralité ci-dessus...

Les énigmes de "A La Bonne Heure !"

Retrouvez Stéphane Bern et l'équipe de A La Bonne Heure ! du lundi à vendredi de 11h30 à 12h30 pour une émission spéciale confinement. 

À lire aussi
Stéphane Bern et toute son équipe pour la dernière de "A La Bonne Heure !" Divertissement
La dernière de "A La Bonne Heure !"

Pour vous divertir, toutes générations confondues, l'équipe de l'émission vous propose un jeu qui vous emmène des rois aux rois de la pop, des trésors de nos villages aux trésors de la chanson, du cinéma, de tout ce qui fait le patrimoine, et à la rencontre aussi de personnalités qui font l’actualité culturelle. 

Quatre nouvelles énigmes au menu ce matin, et quatre chances de gagner des cadeaux ! Pour cela, dès que vous croyez avoir la bonne réponse à l’énigme, envoyez un SMS au 64900 (0,35cts/sms) avec le mot clé "JEU" suivi de votre réponse. Vous passerez peut-être à l’antenne afin de la vérifier avec Stéphane Bern et un invité qualifié.

Énigme n°1

"C’est avec une légende moderne que nous allons commencer cette émission.… Un véritable mythes dont on ne compte plus les adaptations au cinéma, à la télé, en bande dessinée ou même en produits dérivés tellement son succès est immense et transgénérationnel…et sa signification universelle.
Le personnage dont vous devez trouver le nom ce matin fêtera ses 108 ans en octobre prochain ! D’ailleurs, on dit de lui qu’il serait l’un des premiers super héros Un héros qui sort tout droit de l’imagination d’Edgar Rice Burrough… Ce romancier américain a trouvé l’idée en 1911 alors qu’il travaillait comme … marchand de taille-crayons. Il faut croire qu’il avait bien taillé le sien.
Mais revenons au personnage : Il est le fils d’un couple d’aristocrates anglais… Alors que la petite famille débarque en Afrique, les parents perdent la vie lors d’une mutinerie… Notre héros, encore bébé, se retrouve donc seul au monde… Heureusement, il est sauvé par les Manganis… Les Manganis c’est une tribu qui vit dans la jungle et partage pas mal de points communs avec les gorilles, notamment une forme primitive de langage… Le bébé est donc rebaptisé et son nouveau nom signifie « peau blanche » en manganis (une langue évidemment inventée par l’auteur)… S’il avait gardé son véritable nom, on l’aurait appelé Lord Greystoke…
Dans ce nouveau milieu, il développe des capacités physiques et intellectuelles hors normes  …Mais à l’âge adulte, une rencontre va bouleverser sa vie ! Il tombe amoureux d’une jeune américaine Très vite, ils s’installent ensemble en Amérique puis en Angleterre avant de retrouver quelques années plus tard la vie sauvage avec leur fils Jack…
Inutile d’en dire plus. Dès sa sortie en 1912, le succès des aventures de ce héros  est immédiat ! Face à un tel engouement, l’auteur écrira au total 26 romans et recueils sur ce héros...Et le cinéma s’en emparera pour plus d’une cinquantaine de films. Son interprète le plus célèbre, peut-être, fut un ancien champion olympique dont on fêtera demain les 116 ans de la naissance …

Alors, avez-vous deviné le nom de ce célèbre personnage ?"


Réponse : Tarzan. 
Au téléphone : Pascal Picq, paléoanthropologue, maître de conférences au Collège de France.

Tarzan 1912
Tarzan 1912 Crédit : Fred J. Arting

Énigme n°2

"Et si on commençait par ce qui fâche ou ce qui tâche ou si vous préférez le revers de la médaille.  12 enfants de 10 femmes différentes. Une addiction sérieuse aux drogues dures, notamment à l’héroïne puis à l’alcool. Il mourra d’ailleurs d’une cirrhose à 73 ans. Mais du côté face, quelle générosité, quelle volonté, quel talent, que dis-je quel talent … quel génie … « le seul génie » disait Sinatra.
Et lui, modeste, répondait : « vous savez, il y avait beaucoup de traces de religion dans ma musique. On n’échappe pas à ses racines. Et comme, ça a marché, on a dit que j’étais un génie … bon »  … Du genre, si ça vous fait vraiment plaisir …
Mais qui dont est ce génie, c’est ma question. Vous pouvez y répondre au 64900
L’enfance n’est pas très drôle. Un père volage, plusieurs mères qui s’occupent de lui et de ses frères et sœur un petit frère justement qui se noyé devant lui à 3 ans et puis cette maladie des yeux qui le rendre aveugle à 7 ans. Et puis, ce sont les années 30. Celle de la dépression en Amérique et celles de la ségrégation.

Dans l’école spécialisée où il est placé, une école qui reçoit les enfants sourds et les enfants aveugles, on sépare les noirs des blancs. Mais c’est là qu’il montre des dons pour la musique, apprenant d’abord à jouer de la clarinette, du saxo puis du piano … On l’initie au classique, mais très vite c’est le gospel d’abord ( la religion comme il dira) puis le jazz qui l’attirent. Et à 15 ans, à la mort de sa mère, il est retiré de cette école et commence à gagner,  très modestement, sa vie en jouant du piano dans les soirées dansantes.
Au début de sa carrière, car très vite il est remarqué par les producteurs il est très influencé par des chanteurs de blues comme Charles Brown:

>
Charles Brown - Live At The Chicago Blues Fest 1989

Ou Nat King Cole ; c’est à dire des chanteurs qui étaient d’abord des musiciens.

Mais son premier immense succès, succès universel et qui ne ressemble qu’à lui, c’est en 58 qu’il le crée en live si l’on peut dire puisque cette chanson aux paroles répétitives que le public peut reprendre et dans laquelle l’orchestre répond au soliste, a été improvisée à la fin d’un concert.
Pour s’amuser on peut traduire les paroles. Où l’on voit que les auteurs anglo-saxons n’ont peut être pas tout à fait le même sens de la poésie que leurs collègues français. J’y vais :
Et poupée n’agit pas mal envers moi  Viens donc faire l’amour à ton homme toute la nuit. Super oui hé génial …
Vous avez reconnu ? C’est une chanson dans laquelle l’homme n’arrête pas de répéter deux phrases à sa copine : eh dis moi ce que j’ai dit, ce que j’ai dit et l’autre phrase, c’est Remue ton popotin.

Depuis me too est passé par là mais ce qu’il y a de plus bau dans cette chanson, dont on n’est pas obligé de comprendre les paroles, c’est le rythme et la voix à la fois suave et éraillée de celui qui l’interprète, mais justement, qui est-il ?"

Réponse : Ray Charles. 
Au téléphone : Nicoletta. 

Ray Charles au piano
Ray Charles au piano

Énigme n°3

"Vous connaissez beaucoup de contes de fées qui se terminent en tragédie ? Dans la littérature non ! Mais dans la vie, malheureusement, oui ! Et celui que je vais vous raconter est peut-être un des plus symboliques qui soit, tant il mêle les éléments du romanesque : l’amour, la tromperie, la déception, la gloire, la mort et le mystère.
Mais qui est l’héroïne de ce conte de fées tragique ? C’est mon énigme à laquelle vous pouvez répondre en composant le 64900.
Quand elle est née en 1961, ses parents n’avaient envisagé que des prénoms de garçons. Il faut dire qu’un an plus tôt, ils avaient perdu un garçon qui n’avait vécu que quelques heures et que son père, huitième comte Althorp, pair du royaume et ancien écuyer de la reine, rêvait d’un descendant. Il avait déjà deux filles et voici qu’une troisième se présentait. Elle gardera longtemps cette culpabilité de ne pas avoir été un garçon. Par chance, un frère arrivera quelques années plus tard. On le prénommera Charles et il aura pour marraine, la reine Elizabeth.
Elle a grandi loin de Londres, dans le Norfolk. La maison familiale est faite de briques et de pierre. Rien de très original, si ce n’est que son Comte de père, décide d’y faire construire une piscine. A l’époque et, sous le climat qui n’est pas particulièrement tropical de l’Angleterre, c’est une chose assez rare qui fait événement. A tel point que les jeunes princes Andrew et Edward qui se retrouvent souvent dans le domaine voisin de Sandrigham, en profitent abondamment.
Pas d’histoire donc ? Si le divorce de ses parents. Sa mère avait quitté le foyer conjugal pour vivre avec son amant, un écossais qui avait fait fortune dans le papier peint. Ses deux sœurs aînées avaient évidemment compris ce qui se passait. A elle, plus jeune, on raconta que sa maman était partie pour un long voyage. Il faut dire que c’est le père qui avait obtenu la garde des enfants …
Il faut le reconnaître, comme le diraient les spécialistes de la litote, son parcours scolaire n’est pas des plus brillant. En revanche, elle apprend très bien les bonnes manières. Elle y gagne un surnom : la duchesse.
Cette enfance une première fois assombrie par l’éloignement de sa mère, le sera une seconde fois lorsque son père décidera d’épouser, en secondes noces,  la fille de Barbra Cartland. Ses sœurs se fâchent ; elle, elle essaye de composer avec sa nouvelle belle-mère, mais les photos de l’époque le montrent, le cœur n’y est pas …
Le reste ? Ce sont des rencontres plus ou moins arrangées par les deux familles avec celui qui deviendra son mari. C’est le début, pour elle, du conte de fée, pour lui, peut-être d’un malentendu …
Je ne vous raconte pas la suite sans quoi ce serait vous donner tout de suite la solution de mon énigme.

Mais de qui vous ai-je parlé ?"



La réponse : Diana Spencer. 
Au téléphone : Margaret McDonald, journaliste à Paris Match. 

Lady Diana, le 4 octobre 1990
Lady Diana, le 4 octobre 1990 Crédit : Kevin LARKIN / AFP

Énigme n°4

"Étrange histoire que celle de ce tube qui sort le jour même de l’enterrement de celui qui le chante … Etait-ce une chanson prémonitoire puisqu’on y parle d’une ville où tout commence et tout finit ? Mais quelle est cette chanson qui sera donc le dernier tube de la star qui l’interprétait ? 64900
En 1977, le chanteur dont nous parlons est au faîte de sa gloire. Mais c’est un travailleur, un perfectionniste, un angoissé aussi qui ne veut laisser passer aucune mode et cette année là, la mode est au disco.

Avec son compositeur Jean Pierre Bourtayre, il invite à dîner dans sa maison de la région parisienne le compositeur et chanteur américain Lamont Dozier qu’il vient de rencontrer dans une émission de variétés à la télévision. Et au cours du dîner, Lamont Dozier se met au piano et interprète Going back to my roots, un titre qui sera plus tard popularisé par le groupe Odissey. Vous en voulez un petit bout ?
Il n’y a qu’à demander:

>
Odissey - Going back to my Roots (High Quality!)

Si vous avez bien écouté, vous avez déjà trouvé la réponse à mon énigme. Parce qu’on peut dire que le tube dont je vous parle présente des sonorités très proches de son modèle. Mais à l’époque, on était peut-être moins procédurier ou plus prêteur.
Bref Jean-Pierre Bourtayre écrit la musique de la chanson. Il n’y a plus qu’à trouver un parolier pour boucler le tout … Mais plutôt que de faire appel à ceux qui travaillent généralement avec lui, le chanteur a l’idée de demander à un auteur dont l’image est celle d’un intellectuel. Il est issu d’une famille de républicains espagnols qui se sont réfugiés en France, lui même a été un militant anar et libertaire et un jour dans un café du Quartier latin, il a rencontré Julien Clerc dont il est devenu le plus intéressant des paroliers. C’est Etienne Roda-Gil.
Et quand la star lui demande d’écrire des paroles, Roda-Gil qui n’a rien contre la chanson populaire si tant est, comme il le dit qu’elle ait un texte et un sous texte, refuse. Alors le chanteur, vexé sans doute par ce refus, lui dit : « tu as raison : continue à faire des chefs-d’œuvre pour petites filles en socquettes de Neuilly, et je continuerai à chanter des conneries pour les pauvres".

L’homme de gauche est titillé par cette réponse. Refuser, est-ce que ce serait une façon de mépriser le peuple. Alors il rencontre la star, lui fait raconter son enfance et l’utilise pour écrire ce tube dont le chanteur dira – à l’instar de Julien Clerc pour d’autres chansons – qu’il ne comprend pas toutes les paroles. Mais qu’importe, le texte est là et bien là. On ajoutera à la chanson une chorégraphie implacable dont la star est un spécialiste. Et la voilà partie sur la route d’un nouveau succès. Mais je vous l’ai dit : la mort en fera un succès posthume. Un dernier tube qui le ramène là où tout avait commencé …"


 
Réponse : Alexandrie Alexandra
Au téléphone : André Manoukian. 

>
Claude François "Alexandrie Alexandra" (1978) HQ Audio
L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Divertissement Stéphane Bern Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants