2 min de lecture Droits des femmes

États-Unis : la justice autorise des collégiennes à porter le pantalon

À l'issue de trois ans de procédure, les écolières d'un établissement de Caroline du Nord ont obtenu gain de cause, et vont enfin pouvoir porter des pantalons.

États-Unis : la justice autorise des collégiennes à porter le pantalon
États-Unis : la justice autorise des collégiennes à porter le pantalon Crédit : istock
WP_20170503_044%5b2535%5d
Joanna Wadel
Journaliste

À l'heure où les pratiques sexistes sont régulièrement dénoncées, le règlement de certains établissements scolaires, imposant des contraintes vestimentaires aux élèves, peine à se mettre à jour. C'est le cas d'une école du Caroline du Nord aux États-Unis, qui entend perpétuer une tradition éthique en interdisant à ses écolières de porter le pantalon.

Jusqu'en 2016, l'école Charter Day accueillait ses jeunes élèves de la maternelle à la cinquième en leur faisant respecter une règle immuable : les garçons portent un pantalon, et les filles une jupe. Mais cette même année, Keely Burks, une collégienne de l'établissement en classe de cinquième, a lancé une pétition pour faire changer l'uniforme de rigueur et autoriser les jeunes filles à varier leurs tenues en portant des pantalons.

Malgré l'intervention d'un professeur, confisquant sans aucun motif l'appel manuscrit, qui aurait récolté plus de cent signatures, l'affaire ébruitée sur les réseaux sociaux par les signataires a pris de l'ampleur, et une tournure inattendue

Après trois ans de procédure, la justice tranche en faveur des élèves

Soutenant les collégiens dans leur initiative, l'antenne de Caroline du Nord de l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) a attaqué l'école en justice, précisant qu'à défaut d'être légal, le code vestimentaire de l'établissement contribuait à discriminer les jeunes filles. 

À lire aussi
Lucien Douib, père de Julie Douib tuée par son compagnon, le 3 septembre 2019, lors de l'ouverture du Grenelle des Violences conjugales à l'Hôtel Matignon à Paris. Violences conjugales
Féminicides : le père de Julie, 30ème victime de 2019, raconte son "combat perpétuel"

La politique de l'établissement a donc fait donc l'objet d'une bataille juridique de trois ans, qui aura mis en exergue l'incohérence des "valeurs traditionnelles" invoquées par la direction pour justifier les injonctions réservées à ses élèves. Le juge Malcolm Howard, chargé du dossier, a lui-même appuyé les déclarations des collégiennes, ne pouvant se mouvoir confortablement sans être victimes de remarques désobligeantes de la part de leurs professeurs, ou de leurs camarades masculins. 

La défense n'a fourni aucune preuve qu'un tel fardeau existe pour les garçons.

Le juge Malcolm Howard
Partager la citation

"Les plaignants ont démontré que les filles sont sujettes à des restrictions vestimentaires qui les empêchent de jouer librement durant la récréation, impliquent qu'elles surveillent constamment leur posture, au point de les distraire des enseignements prodigués en cours, et les soumettent au froid, ou au port inconfortable de plusieurs couches de collants lors des mois d'hiver. La défense n'a fourni aucune preuve qu'un tel fardeau existe pour les garçons.", a conclut le juge dans son verdict, cité dans un article de Vox repéré par Slate, qui contraint l'établissement a modifier son règlement

Un gain de cause que la mère de l'élève à l'origine de la pétition estime bien tardif, "pour accepter (...) qu'en 2019, des filles aient le choix de porter un pantalon".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Droits des femmes États-Unis Société
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants