1 min de lecture Société

Sexisme : la SNCF impose-t-elle aux femmes de porter une jupe ?

Dans un tract publié sur les réseaux sociaux, un syndicat dénonce le "port de la jupe obligatoire" imposée aux femmes par la société de transport.

Un train de la SNCF
Un train de la SNCF Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

La direction de la SNCF de Rennes impose-t-elle le port de la jupe à ses employées ? Dans un tract diffusé sur Twitter, la CGT révèle des informations contenues dans un document interne selon lequel "afin d'assurer l'accueil des premières classes pour la clientèle pro, la seule tenue proposée aux femmes est la jupe !" De son côté, la SNCF dénonce une "manipulation".

Tout est parti d'un document présenté en comité d'hygiène et de sécurité (CHSCT) de la SNCF. Lors de cette réunion rassemblant direction et syndicat, il aurait été proposé de "rendre publique une prestation privée, qui consiste à servir du café et de la presse aux clients professionnels de la première classe en gare de Rennes pour les TGV Atlantique", rapporte France Bleu Armorique. Les tenues du personnel ont fait partie des sujets évoqués.

Une "maladresse" ?

Selon la CGT, la présidente du CHSCT souhaite que l'uniforme des femmes soit composé obligatoirement d'une jupe. Dans son tract, le syndicat s'indigne dénonce une "conception sexuée de l'accueil" et un "chantage à l'emploi". "Pour satisfaire une clientèle majoritairement masculine, sur l'Escale de Rennes, cela signifie des femmes en jupe !" 

La directrice régionale de la SNCF Nathalie Juston accuse la CGT de "manipulation". Selon elle il s'agit d'une "interprétation d'un document interne qui a été extrait pour faire de la polémique sur un sujet où il n'y a pas de polémique". "Ce qui est écrit dans le tract ce n'est pas la vérité", s'indigne aussi Christel Pujol, directrice TGV Bretagne auprès de France Bleu.

À lire aussi
Rebecca Amsellem, fondatrice de la newsletter féministe "Les Glorieuses" égalité hommes-femmes
#5Novembre16h47 : pourquoi les Françaises travailleront-elles gratuitement à partir du 5 novembre ?

Autre point dénoncé par la CGT : l'assignation systématique du seul mot "hôtesse" plutôt que de l'associer à son homonyme masculin "hôte" dans les documents de l'entreprise. "Une maladresse", estime Christel Pujol qui aurait préféré pouvoir "parler" de ces sujets avec le syndicat.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Sexisme Rennes
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants