2 min de lecture International

Les pays du G7 s'engagent pour l'égalité femmes/hommes

Parmi les membres du conseil consultatif, deux prix Nobel de la paix, le Congolais Denis Mukwege et l'Irakienne Nadia Murad, ainsi que l'actrice britannique Emma Watson.

Les représentants des pays membres du G7, autour de la table lors de la séance d'ouverture, le 9 mai 2019 à Sibiu (Roumanie)
Les représentants des pays membres du G7, autour de la table lors de la séance d'ouverture, le 9 mai 2019 à Sibiu (Roumanie) Crédit : OLIVIER HOSLET / POOL / AFP
Leia Hoarau
Leia Hoarau
et AFP

La secrétaire d'État à l'Égalité femmes/hommes, Marlène Schiappa, et ses homologues du G7 ont signé, vendredi 10 mai, une déclaration commune pour que l'égalité femmes-hommes soit désormais considérée comme une cause mondiale. Ils se sont par ailleurs engagés à adopter des lois communes lors du prochain sommet du G7 en août à Biarritz.

"Aucun pays au monde n'a atteint l'égalité femmes/hommes, et aucun ne peut l'atteindre seul", a défendu Mme Schiappa lors de la cérémonie de signature qui a clôturé deux jours d'une réunion au niveau des ministres organisée à Paris et Bondy (Seine-Saint-Denis).

"Cette déclaration marque l'ambition ferme de faire de l'égalité femmes/hommes une grande cause mondiale, après que le président l'a déclarée grande cause de son quinquennat", a rappelé la secrétaire d'État.

Les pays du G7 se sont notamment engagés à adopter au moins une loi du "partenariat de Biarritz" - recueil de propositions identifiant "les meilleures lois" pour les droits des femmes dans le monde - qui leur sera soumis lors du sommet (24-26 août). 

À lire aussi
Les filles pourront choisir de porter des pantalons égalité hommes-femmes
Mexico : les écolières ne vont plus être interdites de pantalon

Ce "bouquet législatif" a été mis au point par les membres d'un conseil consultatif constitué d'experts, organisations internationales et membres de la société civile, présidé par deux prix Nobel de la paix, le Congolais Denis Mukwege et l'Irakienne Nadia Murad, et comptant parmi ses membres l'actrice britannique Emma Watson.

Parmi les priorités identifiées : la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, le soutien à l'éducation des femmes, leur émancipation économique, notamment en Afrique via le soutien à l'entrepreneuriat, ainsi que la lutte contre le cyber-harcèlement.

L'absence de sanction regrettée

Des associations ont toutefois regretté que le conseil consultatif ne dispose d'aucun pouvoir de contrôle sur le respect des engagements des États. "Les vraies politiques féministes obligent à rendre des comptes, à mettre en place des mécanismes de redevabilité", souligne Aurélie Gal-Regniez, du collectif international Women 7, regroupant une centaine d'associations féministes.

"Y aura-t-il vraiment une traduction de ces engagements-là dans les parlements nationaux ? Nous on attend des engagements concrets", appuie Sophie Chassot, experte "Droits des femmes" pour Care France et membre de Women 7.

Le collectif, qui a remis jeudi ses propres recommandations à Marlène Schiappa, réclame davantage de moyens financiers pour les associations de terrain ou encore une meilleure représentation des femmes dans les processus politiques.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Roumanie Égalité hommes-femmes
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants