5 min de lecture Cinéma

"Glass" : les éléments de "Split" et "Incassable" dont il faut se souvenir

ÉCLAIRAGE - C'est une trilogie qui se déroule sur près de 20 ans de cinéma. Voici de quoi vous rafraîchir la mémoire avant de voir la fin de la trilogie de M. Night Shyamalan.

Samuel L. Jackson, James McAvoy et Bruce Willis dans "Glass"
Samuel L. Jackson, James McAvoy et Bruce Willis dans "Glass" Crédit : Buena Vista Pictures
AymericParthonnaud1
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

C'est une trilogie invisible. Contrairement aux autres films de super-héros comme peuvent les concevoir Marvel ou DC Comics, le réalisateur M. Night Shyamalan a créé un triptyque secret. Le schéma classique d'une franchise inspirée par les comics et les super-héros serait de créer un premier film en forme d'"origin story".

Un film dans lequel un héros découvre ses pouvoirs et où le public prend connaissance des personnages et de l’univers en même temps que ce protagoniste. Si un tel film se révèle être un succès au box-office alors les producteurs et réalisateurs conviendraient d’offrir une suite ou deux (ou dix) à ce héros.

Pour sa trilogie, Night Shyamalan a choisi le frisson de la révélation finale pour lier ses œuvres. C'est seulement à la fin de Split sorti en 2017 que l'on comprend qu'il s'agit d'une suite de son blockbuster de 2000 avec Bruce Willis : Incassable. Il faut dire que les films ne partagent pas grand chose en terme de style : le premier est thriller et le second un film d'horreur psychologique. Incassable autorise ses personnages à se déplacer alors que Split est un huis clos anxiogène. Les 17 ans entre les deux sorties ont aussi participé à amplifier la surprise révélée dans l'ultime scène de Split

À lire aussi
Serait-ce Hydro-Man ? Spider-Man
"Spider-Man : Far From Home" : qui peuvent être les méchants du film ?

Lors de celle-ci on peut voir quelques clients d'un "diner" américain. La télévision allumée raconte la fin de l'intrigue de Split et présente le concept de "Horde", un groupe de personnalités vivant à l’intérieur du personnage de James McAvoy. Une femme, interloquée par ce surnom original, demande alors si d'autres qu'elle se souviennent de "cet autre type qui avait un surnom bizarre il y a plusieurs années".

Un homme se détache, c'est David Dunn (Bruce Willis) qui répond : "Oui, M. Glass [l'antagoniste d'Incassable joué par Samuel L. Jackson]". Les deux films sont alors liés. Glass, au cinéma le 16 janvier 2019, se veut comme la fusion de ces deux premiers films, le point final d'une trilogie qui doit se centrer sur le personnage du fragile mais manipulateur Elijah Price, alias Mr. Glass.

>
'Mr Glass...' | Split Ending Scene

Les secrets d'"Incassable"

C'est peut-être là le que le travail de mémoire sera le plus utile avant d'aller voir Glass. Il faut dire qu'Incassable est sorti il y a presque 20 ans et le public qui a aimé Split, film toujours très apprécié et téléchargé depuis sa sortie, pourrait bien être passé à côté de ce très bon thriller avec Bruce Willis, Samuel L. Jackson, Robin Wright, Spencer Treat Clark et Charlayne Woodard. 

L'histoire d'Incassable est assez simple. Il s'agit d'un plan machiavélique composé par Elijah Price, misanthrope génial souffrant de la maladie des os de verre et obsédé par les comics. Son intellect et ses goûts le poussent à avoir la certitude que certains humains disposent de pouvoirs surnaturels.

Plutôt que de les chercher gentiment, il provoque diverses catastrophes afin de les démasquer. Il est notamment l'architecte de l'accident de train dont David Dunn (Bruce Willis) est le seul rescapé. 

Le héros dispose de plusieurs pouvoirs, mais le film entretient le doute sur le caractère extraordinaire de ces compétences. David Dunn n'est jamais malade. Il n'est jamais blessé. Il dispose d'une force lui permettant de soulever des poids très lourds. Il est handicapé par une faiblesse : l'eau.

Certains personnages extérieurs comme le fils de David ou Elijah sont les témoins de ces pouvoirs. Les spectateurs, comme David Dunn, ont accès à l'autre pouvoir nettement moins conventionnel du héros : sa capacité à voir les crimes des gens qu'il touche. C'est grâce à ce don qu'il finit par découvrir la vérité sur le plan de Glass, une révélation qui mènera à l'arrestation et l'internement de l'homme. 

Les révélations de "Split"

Split évoque la vie très bousculée de Kevin Wendell Crumb. Cet homme souffre d'un trouble dissociatif de l'identité et est régulièrement suivi par l'une des pontes sur cette question : le Dr Fletcher. La psychiatre a pu, avec une grande patience et un grand sens du dévouement, identifier quelques 23 personnalités différentes. 

L'un des succès du film repose d'ailleurs sur la performance d'acteur de l'écossais James McAvoy (le jeune professeur Xavier dans les derniers X-Men) qui doit alterner avec 23 voix, 23 postures, 23 histoires en permanence.

Split place Kevin Wendell Crumb dans le rôle du méchant principal. Il enlève des jeunes femmes afin de nourrir une 24ème personnalité qu'il nomme la Bête. Un personnage qui n'est pas sans rappeler un certain Légion dans les X-Men justement, le fils du professeur Xavier. Les connaisseurs de Marvel apprécieront ce clin d’œil.

En réalité, ce n'est pas le véritable Kevin qui contrôle son corps mais des personnalités plus solides : Dennis, un homme taiseux obsédé par la propreté, Patricia une femme élégante et autoritaire et Hedwig, un enfant de 9 ans. Ce sont ces personnalités qui tentent de faire surgir la Bête. Parmi les adolescentes retenues prisonnières, une héroïne se distingue : Casey.

Elle comprend rapidement qu'elle n'a pas en face d'elle un simple déséquilibré mais plusieurs personnages. Elle entreprend alors de demander à d'autres personnalités en opposition avec Dennis et Patricia de les aider à s'enfuir. 

Les différentes tentatives échouent jusqu'à l'émergence de la Bête. Cette personnalité va jusqu'à modifier l'apparence physique, la morphologie et les capacités de Kevin. Il est plus massif, musclé, ses veines sont bleutées et très visibles, il dispose d'une grande force et peu grimper aux murs.

La créature dévore certaines jeunes filles et tue le Dr Fletcher venue pour l'arrêter. Cette dernière est tout de même parvenue à donner à la jeune Casey une clef pour forcer les personnalités à se taire et laisser le véritable Kevin Wendell Crumb prendre le dessus : prononcer son nom en entier. 

Lorsque Casey invoque le vrai Kevin, ce dernier lui demande de le tuer. Lors d'une ultime course poursuite entre la Bête et Casey, celle-ci titre à bout portant sur la Bête qui... résiste aux balles. Ce n'est que parce que Casey a, comme le jeune Kevin, été victime d'agressions dans sa jeunesse que la Bête, entité destructrice mais protectrice de son hôte, la laisse partir. Seuls les gens n'ayant jamais souffert sont victimes de la Bête.

Les questions auxquelles "Glass" répond

Glass va devoir répondre à une grande variété de questions et de théories et M. Night Shyamalan va devoir surprendre une fois de plus son public sans pour autant disposer de la grande révélation finale de Split. Mission difficile.

Il disposera cependant d'un casting très impressionnant avec le retour de tous les anciens acteurs, même secondaires. Il est notamment très appréciable de voir Spencer Treat Clark reprendre le rôle du fils de David Dunn devenu adulte. Tout comme il est intéressant de voir Charlayne Woodward dans le costume de la mère d'Elijah.

Tout d'abord le film va devoir nous en dire plus sur Mister Glass. Son enfance, ses pouvoirs et ses plans pour l'avenir. En effet, même s'il a été interné, il dispose toujours d'une intelligence hors du commun et chacun attendra de voir ses habiles plans se réaliser.

Le film va devoir aussi s'atteler à la confrontation entre les trois personnages. Le film traite la question sous deux angles : la lutte du bien contre le mal avec David, le justicier contre la Bête manipulée par Glass et la recherche de la vérité. La bande-annonce de Glass nous montre un nouveau personnage très intriguant et central : le Dr Ellie Staple, incarné par la talentueuse Sarah Paulson.

Cette psychiatre rassemble les trois hommes et ne croit pas une seule seconde à leurs compétences surnaturelles. Pour elle, ces hommes sont perturbés et toutes les actions des précédents films peuvent être expliquées logiquement et scientifiquement. Comme la trilogie ne présente pas des pouvoirs spectaculaires et laisse toujours une place pour le doute, Glass devra lever le voile sur ce qui est réel et ce qui est imaginé.

Et puis, il y a la touche Shyamalan. Le réalisateur tient à toujours surprendre son public. Il cache des détails et construit son intrigue comme une matriochka. Reste à savoir ce qu’il se cachera derrière la dernière minuscule poupée russe.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Fil Super Marvel
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796177606
"Glass" : les éléments de "Split" et "Incassable" dont il faut se souvenir
"Glass" : les éléments de "Split" et "Incassable" dont il faut se souvenir
ÉCLAIRAGE - C'est une trilogie qui se déroule sur près de 20 ans de cinéma. Voici de quoi vous rafraîchir la mémoire avant de voir la fin de la trilogie de M. Night Shyamalan.
https://www.rtl.fr/culture/super/glass-les-elements-de-split-et-incassable-dont-il-faut-se-souvenir-7796177606
2019-01-11 10:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/lDo4VIFqg0pG1UAwWWNuvg/330v220-2/online/image/2019/0109/7796177616_samuel-l-jackson-james-mcavoy-et-bruce-willis-dans-glass.jpg