4 min de lecture Vidéo

Première mondiale à Lille : un concert de musique classique connecté et interactif

Samedi 20 janvier, les spectateurs qui iront voir "Le sacre du printemps" de Stravinsky pourront échanger en temps réel avec le chef d'orchestre avec leur smartphone. Mais seulement pendant la première partie du concert.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
À Lille, premier concert connecté et interactif Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot

D'abord une grande première, le tout premier concert connecté et interactif. Et cocorico, c'est en France que cela va se passer, à Lille précisément. Ce sera le samedi 20 janvier. L'orchestre national de la ville va expérimenter le concert smartphone, "un concert dont vous êtes en quelque sorte le héros", nous explique le quotidien 20 Minutes.

À l'aide d'une application, les spectateurs vont pouvoir interagir en direct avec le chef d'orchestre, et ce alors même qu'il sera en train de diriger Le Sacre du printemps de Stravinsky. "Je recevrai, explique-t-il, leurs remarques sur le tempo, la nuance en temps réel sur un grand écran et je pourrai ainsi moduler le concert."

Alors, que les plus sceptiques se rassurent, le côté interactif ne durera pas pendant toute la soirée. "Après l'entracte, nous les inviterons à éteindre leur téléphone portable. Il faut savoir se déconnecter, dit le chef d'orchestre, pour pouvoir pleinement profiter de l'oeuvre." Objectif de l'opération, séduire un nouveau public, plus jeune et pas forcément habitué de ce genre de concert.

Le marché de la musique explose

La musique et les nouvelles technologies font décidément bon ménage. La preuve avec ces chiffres publiés ce mardi 16 janvier dans Le Figaro éco. "Le streaming fait exploser le marché mondial de la musique", titre le journal.

À lire aussi
séries
Netflix teste une fonction minuteur sur son application mobile

Après 20 ans de crise, dûe notamment au piratage sur internet qui avait divisé par deux ses revenus, le secteur va en effet connaître un essor sans précédent. Il devrait voir son chiffre d'affaires tripler d'ici 12 ans, à plus de 60 milliards de dollars d'ici 2030. C'est colossal.

Alors, comment l'expliquer ? La plupart des maisons de disques ont récemment signé des contrats, explique Le Figaro, avec les plateformes numériques, mais aussi avec les géants du net comme Google ou Amazon. Résultat : elles ont désormais plusieurs milliards de clients potentiels, trois milliards au moins par exemple pour Universal dont la musique est désormais distribuée sur Spotify, Apple, Google et Deezer.

À la recherche de son géniteur

Dans Libération, tout autre chose, l'histoire d'Arthur qui, à 34 ans, sait enfin d'où il vient. Depuis des années, ce père de famille, né d'un don de sperme, se bat pour connaître l'identité du donneur. C'est impossible en théorie en France, la loi l'interdit, mais le jeune homme y est finalement parvenu en multipliant les recherches et en utilisant un test génétique vendu sur internet. Son géniteur l'a même appelé, c'était le 25 décembre dernier. Tout un symbole.

En révélant son histoire, qui plus est à quelques jours du lancement des états généraux de la bioéthique, Arthur entend bien briser un tabou, et pourquoi pas faire évoluer le droit français. "Il ne s'agit pas, explique-t-il, d'importuner notre donneur. Nous voulons juste qu'il soit possible, à 18 ans, de le contacter s'il en est d'accord. C'est le cas, ajoute-t-il, en Suède ou au Royaume-Uni."

Son donneur l'a d'ailleurs félicité : "Heureusement que tu m'as retrouvé." Il y a une anomalie génétique rare qui prédispose à certaines maladies. "Cela sert aussi à ça de retrouver son donneur, conclut Arthur. Dans mon cas, la vérité est à double tranchant, mais je ne regrette rien."

Immense colère dans les prisons

Libération fait sa une ce mardi 16 janvier sur la colère des gardiens de prison. "Retour de matons", titre le journal. "Il faut écouter la plainte du maton le soir, au fond du trou", écrit Laurent Joffrin dans son édito.

Et d'ajouter : "Contrairement à une idée répandue, la justice française ne se distingue pas par son laxisme. Le nombre des détenus a doublé en trente ans, le Code pénal s'accroît chaque année de nouvelles incriminations, les comparutions immédiates suivies de peines d'incarcération se multiplient. Du coup, dans certaines prisons, le taux d'occupation des cellules dépasse les 200 %. Une telle concentration rend les tensions explosives."

"Cellule de crise", titre de son côté L'Union de Reims, qui a, comme la plupart de vos journaux en régions, choisi d'y consacrer sa une. Partout les mêmes scènes, les mêmes angoisses.

Dans L'Indépendant, les gardiens du centre pénitentiaire de Perpignan s'inquiètent ainsi  d'avoir vu arriver un prisonnier rentré de Syrie, connu pour être un "coupeur de têtes", un détenu ultra dangereux et qui a pourtant "bénéficié d'un aménagement de taille". Depuis le début du mois de janvier, il est sorti de l'isolement, côtoie désormais les autres détenus, part en promenade. "Inadmissible", disent les syndicats.

Décès de Dolores O'Riordan

Et puis vos journaux rendent aussi hommage ce mardi 16 janvier à une voix, à la voix des Cranberries. Dolores O'Riordan est morte lundi 15 janvier, elle avait seulement 46 ans. La chanteuse irlandaise a été retrouvée inanimée dans un hôtel de Londres. Pas ou peu d'informations sur les circonstances de sa mort.

On découvre en revanche plein de choses sur celle qui avec son groupe a vendu plusieurs dizaines de millions d'albums dans les années 90, 16 millions pour leur légendaire "Zombie", c'était en 1994. "Tube générationnel pour tous les ados de l'époque", dit ce mardi 16 janvier Le Parisien.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Vidéo Concert Smartphone
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants