3 min de lecture Musique

La langue des Stones, l'androgynie des silhouettes... Mick Jagger se confie en français

INVITE RTL - À trois jours de l'ouverture de l'exposition "Unzipped" au Stade Vélodrome, le leader du groupe nous parle de ses souvenirs.

culture Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Rencontre exceptionnelle. Mick Jagger se confie longuement avant l'ouverture de l'exposition "Unzipped" consacrée à l'histoire de l'insubmersible groupe de rock au Stade Vélodrome de Marseille. Crédit Image : Dave hogan - Promotone B.V. | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Steven Bellery
Steven Bellery
et Aymeric Parthonnaud

À trois jours de l'ouverture de l'exposition Unzipped au Stade Vélodrome de Marseille, le leader des Rolling Stones, Mick Jagger, a accordé un long entretien à RTL. Il y a trois ans, la star vous avait tout dit sur son énergie et son rapport à la scène. Cette fois, Mick Jagger - qui fêtera ses 78 ans le mois prochain - a accepté de partager ses souvenirs... Quelque chose qu'il fait rarement. 

Mick Jagger s'est toujours projeté, refusant poliment de ressasser le passé quand on avait la chance de converser avec lui... Et s'il accepte de raconter l'épopée des Stones, c'est parce que cette riche rétrospective nous plonge dans l'histoire du plus grand groupe du rock'n roll. Créée à Londres en 2016, elle fait depuis le tour du monde. "Celui qui s'occupe des lumières sur les concerts des Stones avait dit un jour qu'il fallait garder des morceaux de scènes pour un jour faire une expo, se souvient Mick Jagger. Moi je me disais : une expo ? Non, c'est trop. Trop de travail, trop musée, trop, trop, trop... Et puis il faudrait un espace grand comme un aéroport pour garder ces scènes." Vous ne trouverez pas toutes les scènes géantes mais bien sûr il y a les costumes, des œuvres d'art, des disques et de nombreux souvenirs.

Cette exposition est l'occasion de découvrir l'importance du visuel dans l'histoire du groupe. "Bien sûr, ce qu'on porte, notre apparence, nos attitudes, toutes ces choses comptent". Cette phrase de Mick Jagger dans l'exposition dit beaucoup. L'élégance non conventionnelle des Rolling Stones a fait bouger les lignes dans les années 60. Leur allure de je-m'en-foutiste d'abord mais aussi leurs pochettes de disques soignées. On pense notamment à celle de Sticky Fingers en 1971 avec la braguette imaginée par Andy Warhol. 

Les Stones seront les premiers à embarquer en tournée avec eux des photographes... et à jouer avec les codes de la masculinité, notamment pour la photo de Goats Head Soup. Cela fera même dire à l'écrivain Truman Capote : "Mick est l'un de ces êtres qui possède une dimension androgyne". "Ce mouvement androgyne a commencé en 1965 à peu près, raconte Mick Jagger. On portait des vêtements plus féminins, plus fantaisistes. Avant pour les hommes c'était très strict avec des lignes, des costumes noirs à trois boutons... Les gens sont devenus plus inventifs. Sexuellement, c'est aussi devenu plus libertin. En Angleterre, les lois ont changé, nous étions plus libres." 

>
Les Stones et Mick Jagger avait-il une "dimension androgyne" ? Crédit Média : RTL | Date :

Les mystères d'une langue culte

Le logo des Stones revisité au cœur de l'exposition
Le logo des Stones revisité au cœur de l'exposition Crédit : Promotone B.V.
À lire aussi
musique
Stop ou Encore du 13 juin 2021

Il y a naturellement toute une salle de l'exposition Unzipped consacrée à cette langue culte. Ce ne sont pas les lèvres de Mick Jagger qui étaient la source d'inspiration de ce dessin mais l'image d'une déesse hindoue qui tirait la langue. "Oui j'ai donné cette image hindoue que j'avais trouvé pour la transformer en quelque chose de plus moderne, plus dans l'esprit de la fin des années 60, confie Mick Jagger. Je ne pensais pas que cette image nous suivrait des années et années mais tout le monde a aimé !"

"Tirer la langue ça veut dire 'je m'en fous', mais c'est plus que ça. C'est pour ça que les gens ont aimé", complète Mick Jagger. John Pasche le designer qui a inventé ce logo avait été payé 50 livres pour le créer. Il n'était alors qu'étudiant... Très contents du résultat, les Stones lui avaient offert une rallonge de 200 livres l'année suivante...

Un studio d'enregistrement a été recréé dans l'exposition. L'occasion d'interroger Mick Jagger sur le rapport des Rolling Stones avec le studio. On apprend dans Unzipped que Charlie Watts pouvait rester assis derrière sa batterie 18 heures d'affilée. Et que les musiciens recherchaient surtout une tension, le bon moment pour se mettre à écrire et composer. Ils pouvaient ainsi passer des heures à tout faire sauf à jouer de la musique... 

>
Mick Jagger évoque le logo des Stones Crédit Média : RTL | Date :

Les Rolling Stones se sont formés en 1962. Premier concert au Marquee de Londres le 12 juillet 62. Le groupe n'était pas tout à fait celui qu'on connaît aujourd'hui. Charlie Watts n'arrivera derrière la batterie que six mois plus tard. Et Ronnie Wood remplacera Mick Taylor au poste de guitariste rythmique en 1975. Bref, les Rolling Stones célèbreront - l'an prochain - leur 60 ans d'existence. Cas unique dans l'histoire du rock'n roll. 

L'expo "Unzipped" est l'un des événements de l'été. Vous avez jusqu'au 5 septembre pour aller la visiter. 15 euros pour les enfants, 19 euros pour les jeunes, 25 euros le billet adulte. Il n'est pas prévu que l'expo passe par une autre ville française à l'avenir. Le catalogue de l'exposition est sublime. Il vient de paraitre chez Flammarion au prix de 39,90 euros. 

Cette exposition rassemble aussi un grand nombre de costumes de scène du groupe
Cette exposition rassemble aussi un grand nombre de costumes de scène du groupe Crédit : Promotone B.V.
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Musique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants