2 min de lecture Bénabar

Avec "Indocile Heureux", Bénabar s'évade en évitant bien de parler du confinement

INVITÉ RTL - À 51 ans, le chanteur a changé de logiciel. Il signe son meilleur album depuis "Infréquentable", paru en 2008.

culture Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Bénabar est l'invité en direct de Steven Bellery et d'Yves Calvi à l'occasion de la sortie aujourd'hui de son 9e album "Indocile heureux" consacré notamment au temps qui passe. Crédit Image : Lionel Guéricolas / Agence 1827 | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Steven Bellery
Steven Bellery
et Aymeric Parthonnaud

Bénabar publie ce 29 janvier 2021 Indocile Heureux, son nouvel album... Celui qui a toujours chanté notre quotidien et écrit à partir de situations vécues a du s'adapter à une vie confinée. "Cet album est vraiment le fruit de cette année un peu baroque, dit Bénabar au micro de RTL. J'ai essayé de ne pas parler du confinement, ça m'a permis de m'évader. Faire de la musique ça permet de sortir justement des choses qui peuvent nous écraser. Et j'avais aussi envie de faire du divertissement, d'apporter quelque chose d'un peu joyeux pour sortir du quotidien difficile à vivre." 

Son précédent disque, sorti il y a trois ans, s'appelait Le début de la suite. Bénabar a tenu parole. Avec Indocile Heureux, son neuvième disque studio, il tourne la page. C'est un album en forme de mise à jour. À 51 ans, il a changé de logiciel : nouveau manager, nouveau directeur artistique, nouveaux musiciens. Il a même embauché un co-auteur, comme un challenge, pour ne pas tourner en rond. Et ça s'entend. Il y a comme un nouveau souffle dans ses chansons. Un soupçon de tendresse supplémentaire. Un peu plus de nostalgie et de romantisme aussi. La production est classique mais chic. C'est - à notre sens - son meilleur album depuis Infréquentable, paru en 2008.

"Cette réinvention n'était pas une stratégie ou un calcul mais ça s'est fait comme ça, raconte le chanteur. Il y avait un besoin d'avancer. Peut-être une envie de s'exprimer de façon plus claire. Cet album est la fin d'un cycle et le début d'un autre."

L'amour des textes longs

Le temps qui passe est une des thématiques majeures de ce nouvel album. Plage 4, Bénabar nous emmène à l'enterrement d'un vieil ami. Il était fâché car cet ami lui avait piqué sa femme. La chanson s'appelle Au nom du temps perdu. "Après des années de rancune, je viens pour une paix posthume", chante-t-il. Rancunier, Bénabar ? "Terriblement, confesse-t-il. J'arrive pas à faire autrement. L'avantage de la rancune c'est que c'est une forme de fidélité. Je me souviens des coups de pied mais aussi des coups de main". Au nom du temps perdu est une chanson qu'il a écrite il y a une vingtaine d'années. Il la trouvait trop virile, et l'avait proposée à Johnny Hallyday...

À lire aussi
musique
Julien Clerc : "Il est temps que le spectacle vivant et les gens qui en vivent puissent reprendre"

Il a incarné une forme de renouveau de la chanson française il y a 20 ans, comment juge-t-il les nouveaux artistes de 2021 ? "Il y a plein de choses qui se passent, avec le rap d'ailleurs qui fait partie de la nouvelle chanson française, dit-il. C'est plus eux que ce que nous, on était à l'époque parce qu'on continue une tradition de chanson et d'interprétation très académique. J'aime bien quand il y a beaucoup de texte et maintenant pour des raisons de format, de radio, les textes se réduisent. Je les encourage et je pense aux jeunes qui n'ont pas la chance de pouvoir valider leurs succès naissants par des tournées, c'est très frustrant". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bénabar Musique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants