2 min de lecture Médias

Zoubir, le policier des "Princes de l'amour" dans le collimateur de sa hiérarchie

Le candidat de l'émission de télé-réalité, très actif sur TikTok, fait l'objet d'enquêtes administratives de son employeur. Sur la table : un arrêt maladie litigieux.

Zoubir affichait sur TikTok ses privilèges de policier en plein confinement
Zoubir affichait sur TikTok ses privilèges de policier en plein confinement Crédit : TikTok @zou.off
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Le candidat des Princes et princesse de l'amour sur W9 et TikTokeur Zoubir va-t-il devoir  abandonner définitivement son métier de policier ? C'est sans doute ce qui attend le jeune homme tant les fonctions de policier et d'influenceur semblent incompatibles. Avec ses 140.000 abonnés sur TikTok, son impeccable sourire et ses pectoraux saillants, Zoubir semble avoir choisi son camp. 

Le jeune policier de 25 ans fait l'objet d'une enquête administrative de sa hiérarchie qui n'apprécie pas vraiment l'attitude de son agent. Les enquêteurs cherchent à déceler d'éventuels "manquements au devoir exigé par la fonction". Zoubir "a fait l'objet d'une enquête judiciaire pour avoir fourni des tenues de policier pour le tournage d'un clip", explique la Préfecture de police de Paris sur son compte Twitter. 

D'autres enquêtes administratives s'intéressent de près à un arrêt maladie du jeune policier. Un congé maladie qui aurait permis à Zoubir de se rendre sur le tournage de l'émission de W9. Une participation "sans avertir son employeur alors qu'il était en congé maladie", précise la préfecture de police de Paris dans une courte vidéo. "Non seulement ce policier reconnaît publiquement détourner la notion de congé maladie, mais il justifie ce comportement inacceptable par des propos qui dénigrent l'institution à laquelle il appartient", déclare l'institution. Les vidéos dans lesquelles Zoubir explique profiter de certains privilèges liés à sa fonction pour sortir dehors pendant le confinement et draguer plus facilement, n'ont probablement pas plu à sa hiérarchie...

De son côté, Zoubir oscille entre deux attitudes. La première, légère, semble démontrer que sa carrière au sein de la police ne lui importait pas vraiment. Sur TikTok, on peut le voir plaisanter sur sa future arrivée à Pôle Emploi. D'un autre côté, Zoubir explique plus sérieusement avoir entamé cette auto-destruction professionnelle après avoir constaté de nombreux problèmes au sein de la police. Sur le plateau de Touche pas à mon poste, il égraine, par exemple : les "contrôles au faciès", le "racisme", les "concours d'amendes" et une culture du viol bien installée au sein de la police. 

À lire aussi
société
"Kitbag" : pourquoi le casting du film de Ridley Scott sur Napoléon pose problème

Zoubir explique ne pas vouloir "cracher sur l'institution" mais dénoncer "certains comportements". "Quand une femme vient déposer plainte pour viol à 18h55 et que le plaintier (sic) qui finit à 19h dit : 'Oh elle aurait pas pu se faire violer un autre jour', ça, ce sont des comportements que je ne cautionne pas', raconte-t-il. 

Le jeune homme ne semble pas décidé à rentrer dans le rang et affiche plutôt vouloir embrasser une carrière dans le divertissement entre télé, cinéma et mannequinat. "On va pas se mentir. Oui, c'est terminé", a-t-il conclu face aux chroniqueurs de Cyril Hanouna. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médias Police People
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants