3 min de lecture Télévision

Pour Isabelle Morini-Bosc, le badminton n’est pas une "discipline à audience confidentielle"

ÉDITO - Diffusée sur France 0, la discipline gagnerait pourtant à avoir une vitrine de plus grande importance. Isabelle Morini-Bosc vous explique pourquoi.

Brice Leverdez de l'équipe de France de Badminton
Brice Leverdez de l'équipe de France de Badminton Crédit : Sajjad hussain/AFP
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

390 kilomètres heure, vous vous rendez compte ? Ben tiens, jouons un peu avant d'aller plus loin. À votre avis, à quoi correspond cette vitesse ? Au piqué d'un aigle fondant sur un chien de prairie dont il veut faire son quatre-heures ? Au chiffre marqué sur le tableau-de-bord du bolide d'un fils-à-papa vrombissant sur les Champs Elysées et comptant sur l'immunité-diplomatique-paternelle pour mieux se la péter avant de péter en plus le véhicule ? À la performance du Géant Vert au lancer de poids ? Au rythme de croisière de la batmobile ?


Et bien non, vous n'y êtes pas. Il s'agit du record de puissance d'un smatch réalisé avec un volant de badminton durant l'une des finales qui ont eu lieu dimanche dernier à Coubertin, dans le 16ème arrondissent de Paris. Il s'agissait des Internationaux de France, l'un des incontournables tournois mondiaux réunissant les meilleurs joueurs de la discipline.

À qui croient toujours qu'il s'agit d'un petit "truc-de-plage" sympa, on signale qu'un smatch a même atteint les 487 kilomètres heure ! Oui, c'est un sport complet dont l'influence a justifié l'affluence, avec une foule de 7 à 77 ans et-au-delà. C'est simple, les badauds sidérés ont cru à un concert des Kids united rassemblant des mômes et leurs grands-parents chargés de les cornaquer. 

"Tout ça pour des raquettes et quelques grammes de plumes?", a ironisé un passant. "À quand un championnat de jokari!". Du jokari ? la ficelle est si j'ose dire un peu grosse, vu un nombre de licenciés qui n'a cessé d'augmenter depuis la création de la Fédération Française de Badminton il y a 39 ans : on en recensait 31.343 en 1992-93, 191.600 en 2016-2017. Le pli est pris et plus jamais aucun repli.

"France Ô", un choix curieux

À lire aussi
médias
Michaël Youn : "Je n'ai jamais eu de problèmes avec les féministes"

C'est logique : tout travaille avec le badminton. Les mollets, les cuisses, les bras, les pieds, le cœur, et la tête alouette ! Voilà qui nous fait une belle jambe au sens propre du terme ! Je parle sous l'autorité de Philippe Candeloro : notre fine lame m'a en effet raconté que cette activité sollicitant le corps "au grand complet", elle est excellente pour les entraînements de patinage artistique.

Cela dit, pourquoi en parler dans un billet média ? Parce que ce championnat était officiellement retransmis sur France-Télévision, après l'avoir été l'an dernier sur L'Equipe 21. A priori une bonne nouvelle pour ceux qui aiment autant ce sport que Tsonga aime les Kinder. Une "fenêtre" sur le service public, avec un public suivant les services, ça ne se refuse pas !

Mais pourquoi diable une programmation (parcimonieuse) sur France Ô ? Cette chaîne de l'Outre-mer est certes intéressante, mais la choisir comme diffuseur semble à peu près aussi "naturel" que si on avait retransmis la tétralogie de Wagner sur Gulli, chaîne des enfants, ou le Journal du hard dans Le Jour du Seigneur... J'exagère certes, mais à peine! On peut m'objecter qu'à sport confidentiel réseau à audience confidentielle sauf que, rabâchons-le, avec 2000 clubs et près de 200.000 "badophiles", c'est tout sauf un engouement marginal.

Le badminton, plus fort que la pétanque ?

Ça l'est même si peu que les "cadres" de toutes sortes sont insuffisants: il manque en effet des hommes et des centres ! Sait-il, le grand public, que les champions chinois, taiwanais, coréens, japonais, sont idolâtrés dans leurs pays comme Neymar ou Zidane chez nous ? Il suffisait pour s'en convaincre de voir la détresse des jeunes chinoises en larmes face à leur entraîneur fou de rage après leurs (rarissimes) contre-performance ! Dire qu'il leur volait dans les plumes (des volants) est un euphémisme! 

Les asiatiques ne sont d'ailleurs pas les seules "idoles des jeunes". Les athlètes danois (des danois qui forcément ne manquent pas de chien) sont adulés au Danemark. Un engouement que je peux comprendre en regardant l'attachant Caten Mogensen, irréprochable de face et de fesses. Je m'en voudrais, par ailleurs, de "zapper" ce finaliste indien dont j'ai momentanément oublié le nom, un immense champion (à tous les sens du terme) qu'on dirait issu d'un croisement entre Bradley Cooper et une vedette de Bollywood. 

C'est dire si on espère qu'en octobre 2018, le Ministère concerné et les chaînes de télé auront enfin découvert ce spectaculaire sport olympique évoluant nettement  plus vite que l'intérêt officiel qu'on lui porte. Petite remarque, si on a réussi à rendre télégéniquement "tendance" la pétanque et son cochonnet, on devrait arriver à en faire autant pour le badminton, non ? Histoire que les "aficionados" n'aient pas eux aussi...les boules ! Pardon.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision France Télévisions Sport
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants