1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Canal+ et beIN Sports : l'accord exclusif refusé par l'Autorité de la concurrence
2 min de lecture

Canal+ et beIN Sports : l'accord exclusif refusé par l'Autorité de la concurrence

L'Autorité de la concurrence a retoqué le projet de diffusion exclusive des chaînes sportives du groupe qatari. L'accord entre les deux chaînes avait pourtant été signé en février dernier.

Canal+ détient les droits de la Ligue 1 avec beIN Sports
Canal+ détient les droits de la Ligue 1 avec beIN Sports
Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Canal + et beIN Sports : accord refusé par l'Autorité de la concurrence
01:05
Anne-Sophie Blot & Julien Absalon & Laurent Marsick

Vincent Bolloré misait gros sur le rachat de beIN Sports pour "sauver" Canal+. Il lui faudra trouver un autre plan. L'Autorité de la concurrence a officiellement annoncé, jeudi 9 juin, le rejet de l'accord exclusif de distribution entre les deux diffuseurs. "Nous avons fait savoir ce matin que les conditions n'étaient pas remplies", a explique Bruno Lasserre, président de l'organisme, qui partage donc les réserves déjà émises par le CSA sur cet accord.

Cette entente, signée en février dernier, devait permettre à Canal+ de diffuser en exclusivité dans ses bouquets les chaînes du groupe qatari beIN Sports pour une durée de cinq ans. La chaîne cryptée avait ainsi accepté de débourser 1,5 milliard d'euros minimum.

Dans l'entourage de la chaîne cryptée, la nouvelle n'est apparemment pas vraiment accueillie avec désolation. "C’est une mauvaise idée qui se transforme en bonne économie", commente un proche de Vivendi, maison-mère de Canal+, selon L'Opinion. Pourtant, la direction de Canal+ semblait avoir fait de cet accord une priorité. Les négociations entre les deux chaînes avaient débuté en octobre dernier et ont même survécu à une rupture des discussions en décembre après "des demandes délirantes des Qataris", selon un salarié de Canal+.

Des pertes considérables pour les deux chaînes

Pour Canal+, l'accord était devenu une nécessité pour rattraper son retard sur le marché des droits sportifs, rachetés à tour de bras par beIN Sports. Car en perdant successivement le monopole de la Ligue 1, les matches des championnats européens de football et les meilleures rencontres de Ligue des champions, Canal est désormais confronté à une fuite massive d'abonnés (-500.000 en 5 ans) et des pertes avoisinant les 475 millions. Même si le groupe Vivendi est globalement bénéficiaire, son patron Vincent Bolloré a laissé planer une menace de faillite si l'accord était refusé.

À lire aussi

L'accord était aussi important pour beIN Sports, qui n'a toujours pas trouvé un équilibre économique. Malgré ses 2,5 millions d'abonnés à 13 euros par mois environ, la filiale française de Doha perdrait chaque année 250 millions d'euros, selon une estimation du cabinet Natixis.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/