1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Mort du prince Philip : époux dévoué, père complexe et discret conseiller
3 min de lecture

Mort du prince Philip : époux dévoué, père complexe et discret conseiller

PORTRAIT - Le prince consort Philip Mountbatten est décédé ce 9 avril 2021. L'époux de la reine Elizabeth II aura accompagné cette dernière durant tout son règne, abandonnant pour elle sa carrière, sa religion, ses titres et son nom de famille.

Le Prince Philip (Illustration)
Le Prince Philip (Illustration)
Crédit : Chris Jackson / POOL / AFP
Éléonore De Marnhac & Pierre Julien & Aymeric Parthonnaud

Tout a commencé un jour de juillet 1939 quand une adolescente de 13 ans tombe sous le charme d'un lointain cousin, un élégant officier de la Royal Navy chargé de l'escorter elle et sa sœur. Elle s'appelle Elizabeth et elle est fille de roi George VI. Lui est noble, avec des origines grecques danoises et allemandes.

À partir de ce moment et pendant la guerre, Philip de Battengerg correspondra régulièrement avec l'héritière au trône du Royaume-Uni. Mais le statut de citoyen grec de Philip et son absence de fortune font douter George VI, alors roi d'Angleterre. Le courage du marin pendant la guerre viendra toutefois à bout des réticences du roi.

Philip de Battenberg prend alors le nom plus anglais de Mountbatten, se convertit de l'orthodoxie grecque à l'anglicanisme et renonce à ses titres grecs et danois. Devenu duc d'Édimbourg, il peut épouser la princesse Elizabeth le 11 novembre 1947. Le couple aura quatre enfants, Charles, Anne, Andrew et Edward. 

Son nouveau rôle dans la famille royale le contraint rapidement à mettre un terme à sa carrière militaire, un déchirement. "C'était frustrant, je venais d'être promu commandant", reconnaîtra-t-il plus tard. "La partie la plus intéressante de ma carrière navale venait seulement de commencer". "Je ne sais pas combien de temps il va tenir, il est comme refoulé", dira l'ex-roi de Yougoslavie. Une frustration parfaitement représentée dans le portrait fictionnel le plus récent du prince à la télévision dans la série The Crown.

À lire aussi

Durant le règne de son épouse, Philip saura parfaitement jouer son rôle de prince consort, deux pas derrière sa souveraine alliant la prestance, l'humour et la discrétion. Il s'engagera notamment pour la défense des animaux sans être un adorateur béat de nos amis à quatre pattes. Il sera ainsi président du Fonds mondial pour la nature (WWF) de 1981 à 1996.  Au cours de sa carrière de prince consort, le duc d’Édimbourg aura participé à 22.191 événements publics en solo, effectué 637 visites à l’étranger et prononcé 5.493 discours, avant de prendre sa retraite à 95 ans, en 2017. Un engagement salué par les Britanniques. 

Un règne aussi marqué par des "bévues"

Sa carrière retiendra toutefois quelques bévues. "Si vous restez ici plus longtemps, vous aurez des yeux bridés" avait-il déclaré à des étudiants britanniques en Chine en 1986. Autre gaffe, en 2012, il demande à une personne en fauteuil roulant : "Combien de personnes avez-vous fauché ce matin avec ce truc ?". 

Plus sombres, ses liens avec le parti Nazi ont également été au cœur de polémiques. Dans un documentaire télévisé, une image de lui en 1937, alors qu'il n'a que 16 ans, le montre en effet en train de marcher aux côtés de militaires nazis, pour l'enterrement de sa sœur Cecile. Il s'est par la suite défendu de toute sympathie pour l'idéologie antisémite de la part des membres de sa famille. Aucune de ses sœurs n'a d'ailleurs été invitée aux noces royales.

Malgré ces polémiques, Elizabeth II déclarera à son propos, "pendant tout ce temps, il a été pour moi une force et un conseiller". L'époux d'Elizabeth II sera également un grand-père présent pour William et Harry après le décès de Lady Diana. Chef de famille quand son épouse est cheffe d'État, il entretenait une relation notoirement compliquée avec l'aîné de ses quatre enfants, le prince Charles, souvent interprétée comme une répercussion de sa propre enfance, dénuée d'affection parentale. "Charles est un romantique, je suis un pragmatique", concédait-il à son biographe Gyles Brandreth. "Cela signifie que nous voyons les choses différemment". Mais la famille royale lui sait gré de son infatigable engagement en faveur de la monarchie. "Il est incroyable. Il a été présent toutes ces années, c'est notre roc", avait salué sa petite-fille, la princesse Eugénie.

En 2019, à 97 ans, le prince Philip, a renoncé à son permis de conduire après avoir été impliqué dans une collision qui a fait une blessée fin janvier. "Après y avoir mûrement réfléchi, le duc d'Édimbourg a pris la décision de renoncer volontairement à son permis de conduire",  indiquait alors le palais. Après une année de confinement pour échapper au coronavirus et une hospitalisation en marge d'un schisme familial profond marqué par le départ de Harry et Meghan, le prince Philip est mort le 9 avril 2021 au matin à l'âge de 99 ans. "C'est avec un profond chagrin que sa majesté la reine annonce la mort de son époux bien aimé le prince Philip, duc d'Édimbourg", déclarait simplement Buckingham, précisant que le prince Philip était mort "paisiblement au château de Windsor".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/