1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Isabelle Morini-Bosc : "On se réjouit du retour de Columbo, le lieutenant qui ne commet pas d'impair"
2 min de lecture

Isabelle Morini-Bosc : "On se réjouit du retour de Columbo, le lieutenant qui ne commet pas d'impair"

ÉDITO - Contrairement à ce que laisse penser la presse média, l'access prime-time ne se limite pas au nouveau duo constitué par Cyril Hanounah et Yann Barthès.

Peter Falk dans "Columbo"
Peter Falk dans "Columbo"
Crédit : Sipa
Isabelle Morini-Bosc & La rédaction numérique de RTL

"C'est ma femme qui va être contente"... Vous vous souvenez de cette phrase que rabâche l'inspecteur Columbo dans les 69 épisodes de 90 minutes programmés entre 1968 et 2003 aux États-Unis, à partir de 1972 en France. Et bien la femme de Columbo ne sera sans doute pas la seule à se réjouir du retour de son inspecteur de mari. Non pas sur l'antenne de TF1 ou autre, mais au théâtre. Quelle drôle d'idée, dites-vous ? Mais non, comme l'a rappelé Martin Lamotte-Columbo dans Les Grosses Têtes, ce polar télé culte a d'abord été une pièce de théâtre jouée à Broadway en 1962. Ce doux flic qui ne sait pas tirer a donc pourtant commencé sa carrière en nous faisant une scène. 

Et à propos de pièce, personne n'aurait misé un centime sur le succès d'une intrigue criminelle dont le public connaissait l'assassin dès le début. Quelle idée ! Quelle super idée, plutôt ! Les spectateurs se passionnent alors immédiatement pour cette enquête dans laquelle on ne se demande pas qui a tué mais comment le meurtrier va-t-il être démasqué. C'est culotté, si on ose dire d'un anti-héros qui est pour la vérité toute nue... Et qui sait comme personne se faire passer pour un plouc ne voyant pas plus loin que le bout de son Davidof alors que, précisément, il en a dans le cigare. 

Columbo, indémodable ?

Il comprend déjà tout, que les autres croient encore qu'il ne sait rien. Pourquoi en parler ? Parce que c'est amusant de voir rejouées de nombreuses œuvres que l'on disait désormais impensables et impassables, car plus dépassées dans le temps qu'un adepte de la trottinette l'est par le peloton sur le Tour. Par exemple : Peau de vache (Chantal Ladesou), Croque-monsieur (Fanny Ardant), ou au cinéma Ben Hur, etc. L'objet du jour n'étant pas aujourd'hui d'enquêter sur la création en crise, mais plutôt revenir sur Columbo

Qui peut se vanter d'être mondialement plus connu que lui ? Même dans le triangle des Bermudes, on connaît ce type à l'imper fripé que rien ne froisse mais que le mensonge chiffonne ! Le public ignore pourtant son prénom (ce serait Franck), celui de son Basset hound (qu'il surnomme "le chien"), celui de son épouse (sauf dans une série dérivée ratée); pensez que Columbo n'a même pas de vrai générique ! Juste quelques notes ne laissant pas présager que, côté note, le public lui donnera la meilleure. 

À lire aussi

Il a même sa marionnette dans Les Guignols, qui dit mieux ? Elle sert peu, mais elle existe. Tout comme sa vieille Peugeot 203 qui est aux voitures ce qu'une serpillière est à une écharpe en soie. Or, vu que ces 69 épisodes sont toujours diffusés quelque part dans le monde, et vu que cette première intrigue Inculpé de meurtre est un succès en 1962 mais aussi de 2004 à 2006 (avec Pascal Brunner), on doit se réjouir du retour du lieutenant qui ne commet pas d'impair. Avec cette fois notre cher voisin Martin lamotte dans le rôle du fin limier. Comme disait un jour Nicolas de Tavernost, patron du groupe M6 : "Parfois, ce n'est pas la série qu'on change, c'est le public qui se renouvelle". Parfaitement.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/