2 min de lecture Télévision

Isabelle Morini-Bosc : "La tête de poulet retrouvée chez Quick devrait nous rassurer"

ÉDITO - La photo de la tête de poulet retrouvée dans un emballage d'ailes de poulet chez Quick devrait être rassurante : elle nous prouve qu'il s'agit là d'un vrai animal et pas de viande reconstituée !

Poulets
Poulets
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

"On ne peut pas cuire l’œuf dans le cul de la poule." Cette petite phrase, comme nous l'a brillamment révélé ce matin notre camarade Bernard Lehut dans Laissez-vous-tenter, est la variante brésilienne du proverbe "Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué". Et c'est la 2e fois que l'on me parlait de volailles ce matin. La première est en fait une histoire de poulet frit.

Elle commence donc par un repas servi dans un Quick près de Montpellier à Mounir Bessaïh, un salarié en apprentissage. Il commande des chicken wings, des ailes de poulet si je traduis correctement, et c'est bien ce qu'on lui apporte. Or voilà que, au moment (dit-il) de croquer ce qu'il croit être un os, il constate que c'est en fait une tête de poulet avec le bec, l’œil fermé et la crête... alouette ! Autres temps, autres mœurs, il immortalise la scène avec son portable et balance tout sur YouTube. D'où, pour son auteur, une petite notoriété et de grandes réactions... D'où, aussi, des excuses de la marque.

Des petites plumes dans les plats

Et puisque rien ne peut plus désormais garder de justes proportions, cette mésaventure devient une affaire sérieuse, dans un monde où des centaines de millions de gens meurent de faim. Alors, avant que toute cette histoire sente le réchauffé (!) si on raisonnait froidement à côté de ce poulet qui, lui aussi, a eu le temps de refroidir ? Entendons-nous bien : découvrir dans son assiette une tête qui n'a rien à y faire, c'est désagréable. Voire "dégueulasse" pour ces nouvelles générations qui ne voient pas trop ce qu'est un animal quand il n'est pas en carré Picard ou Findus avec, comme disait Coluche, des "yeux dans les coins" !

Car en fait, il n'est vraiment pas loin le temps où on trouvait dans les plats quelques petites plumes, le bout d'une patte, voire parfois la fameuse tête-alouette ! Surtout quand il s'agissait (luxe suprême) d'un vrai poulet grandi dans l'herbe, tué et vendu à la ferme directement du producteur au consommateur. Cela dit, je peux comprendre Mounir, moi qui enlève la tête de la petite friture avant de la manger; moi qui déteste aussi l'œil du poisson quand le restaurateur apporte (par exemple) une daurade entière pour montrer à quel point elle est belle et fraîche. Habitude toujours en vigueur et de rigueur.

Pourquoi ne pas avoir appelé les poulets ?

À lire aussi
La 13e saison de "La France a un incroyable talent" est diffusée sur M6 Télévision
"La France a un incroyable talent" : qui sont les finalistes de l'édition 2019 ?

Je n'aime d'ailleurs pas non plus les queues de poisson, dans la poêle comme sur la route ! Mais le dégoût dispense-t-il d'être raisonnable ? Il ne devrait pas. Mounir devrait ainsi être rassuré : cette mésaventure prouve qu'on lui a bien servi du poulet, et non un "aggloméré" de tas de trucs venus de plusieurs coins d'Europe et reconstitué par un industriel façon gloubi-boulga.

La suite ? Mounir a rapporté son plateau, s'est vu offrir de nouveaux morceaux de poulet qu'il a refusés, plus un milk-shake et un café. Rien n'y fait : un peu comme si c'était un crapaud qu'il avait trouvé dans son assiette le jeune client, traumatisé, envisage de porter plainte. Mais que fait la cellule psychologique ? Et pourquoi, pour une affaire d'une telle gravité, ne pas avoir appelé...les poulets !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Musée Médias
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants