3 min de lecture Editos

Isabelle Morini-Bosc : "Il ne faut pas bannir les coupes au montage"

ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc revient sur la scène entre Anne Nivat et Tom Villa dans "Salut Les Terriens !" et préconise de ne rien couper au montage d'une émission.

La journaliste et reporter Anne Nivat
La journaliste et reporter Anne Nivat Crédit : ALAIN ROBERT/APERCU/SIPA
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Ce week-end, iI s'en est passé des choses à la télé pendant qu'on avait le dos tourné ! Il y a même des records d'audience qui ont été battus, en toute discrétion médiatique mais ils n'en sont pas moins intéressants pour autant. Il serait ainsi injuste de ne pas féliciter notre camarade Églantine Emeyé, parfaite à la présentation du jeu de France 3 Trouvez l'intrus proposé à 17h15 le samedi. 

Un jeu qui, grâce au seul bouche à oreille quasiment, frôle désormais "le million", comme dirait Jean-Pierre Foucault. 980.000 fidèles avant-hier, c'est en effet franchement mieux que pas mal ! C'est même d'autant plus remarquable et donc à remarquer, qu'il ne bénéficie  d'aucun coup de clairon de France 3, ce quiz consistant à repérer une mauvaise info dans un groupe de réponses justes. 

Oui, Églantine Emeyé a bien du talent, et le prouve chaque week-end dans la fine équipe Maison Jardin Cuisine Brocante de Bernard Poirette. Cette amoureuse des brocantes y prouve qu'elle sait chiner à tous les sens du terme, mais puisqu'on en est à parler Médiamétrie et audiences, notons également au passage les bons scores de Thierry Ardisson, que ce soit face à Laurent Delahousse avec ses Terriens du dimanche ! ou la veille avec Salut les terriens !, une émission paradoxalement lunaire. 

À lire aussi
Christophe Willem, juré aux côtés d'Isabelle Boulay et Amir dans "Destination Eurovision" sur France 2 Télévision
Isabelle Morini-Bosc : "Les variétés sont de moins en moins variées"

La colère d'Anne Nivat

Il s'y passe cependant toujours quelque chose (on le regrette même parfois) et cette hebdo rassemblait samedi près d'un million de fans. Que s'est-il justement passé cette semaine, à part la singerie de Baffie avec une femelle chimpanzé qui, je l'espère, n'a pas été payée en monnaie de singe vu qu'elle a fait le spectacle en se précipitant sur Charlebois ? 

Et bien, comment dire, ce que j'ai, pour ma part, trouvé le plus pittoresque, c'est la colère froide et tellement polie de la journaliste Anne Nivat reprochant à l'équipe en général et à Tom Villa en particulier, de l'avoir présentée comme "la femme de Jean-Jacques Bourdin", et non comme la journaliste, qu'elle est. "Que faut-il faire ?", lui dit alors Thierry Ardisson. "Et bien, refaire" lui rétorque-t-elle! "Je suis le seul invité dont vous n'avez pas dit la fonction. Or, je ne suis pas que la femme de Jean-Jacques Bourdin, je suis grand reporter" (de guerre, précise-t-elle un peu plus tard). 

Et Tom Villa de refaire son entrée, et tous de plaisanter sur le plateau, notamment Fabrice Eboué. Mi pour dédramatiser, mi pour rappeler que l'humour doit toujours accompagner l'humeur. Qu'il faut rouspéter sans se la péter. On ne sait pas vraiment si les autres participants apprécient qu'elle gère mais ne digère pas, qu'elle aille sur le terrain médiatique comme elle va sur le terrain tout court, mais cette séquence est intéressante à plus d'un titre. D'abord, elle étonne, cette jolie petite bonne femme qui prend le risque de passer pour pète-sec voire antipathique parce qu'elle veut à juste titre que justement, on lui rende le sien, de titre. 

Une scène intéressante

Même son Jean-Jacques Bourdin de mari ne "pipe mot", admiratif mais peut-être aussi prudent, à y bien réfléchir. L'entente publique aide la vie privée ! Mais ce que nous notons surtout, c'est que cette scène n'est pas coupée au montage. Et si la décision de garder ces images n'est pas nécessairement bienveillante, elle s'avère intéressante. Mieux, utile. Parce qu'elle montre mieux qu'un long discours le tempérament de battante ne s'avouant jamais battue de la dame, son caractère bien trempé ne se laissant pas tromper, et sa volonté farouche de ne pas mélanger les diverses "sphères". 

Toute la scène durant laquelle elle en fait une mini, de scène (sans doute légitime), est un bon moment de télévision qu'il aurait été dommage, voire stupide, de ne pas garder. Cela évite également le colportage post-tournage des gens présents durant l'enregistrement, avec effet loupe, façon "Hier, chez Ardisson, la femme de Bourdin, folle de rage, a obligé Tom Villaà refaire sa présentation. Ils se sont tous foutus de sa gueule".

Là, au moins, on a les faits bruts à se mettre sous la dent et l'intérêt. Veux-je dire par là qu'il faut bannir les coupes du montage ? Même pas. Je revendique au contraire le droit d'avoir un avis au coup par coup, au cas par cas. Et je trouve bien, justement, que cette fois, tout soit resté. Et que Jean-jacques Bourdin en soit, lui, resté sans voix. Voix au chapitre, évidemment ! 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Editos Isabelle Morini-Bosc Télévision
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790439390
Isabelle Morini-Bosc : "Il ne faut pas bannir les coupes au montage"
Isabelle Morini-Bosc : "Il ne faut pas bannir les coupes au montage"
ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc revient sur la scène entre Anne Nivat et Tom Villa dans "Salut Les Terriens !" et préconise de ne rien couper au montage d'une émission.
https://www.rtl.fr/culture/medias-people/isabelle-morini-bosc-il-ne-faut-pas-bannir-les-coupes-au-montage-7790439390
2017-10-10 19:01:47
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ys6Sf1xv4b7S6RviTb7eQg/330v220-2/online/image/2017/1009/7790439563_la-journaliste-et-reporter-anne-nivat.jpg