2 min de lecture People

Gérard Depardieu : "Je ne crois en rien, surtout pas en moi"

PODCAST - Gérard Depardieu n'a jamais été Obélix. C'est un géant au cœur de ballerine. Un homme qui éructe mais qui souffre en silence. Un monstre, comme il s'appelle lui-même, habitué à une douleur q'il traîne depuis l'enfance... Découvrez son portrait intime raconté par Jean-Alphonse Richard.

Jean-Alphonse Richard Confidentiel Jean-Alphonse Richard iTunes RSS
>
Gérard Depardieu : "Je ne crois en rien, surtout pas en moi" Crédit Image : Nicolas Bruant / Le Cherche Midi | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard édité par Amandine Lemaire

Gérard Depardieu est né le 27 décembre 1948 au n°39 de la rue du Maréchal Joffre. La maison n'est pas modeste, elle est misérable. Son père René, surnommé le Dédé parce qu'il ne sait écrire que deux lettres, est ouvrier,  tôlier-formeur et pêcheur à la ligne. Sa mère, Alice, surnommée la Lilette, aligne les grossesses à répétition : six enfants ! Tellement lasse d'accoucher qu'elle essaiera d'avorter de son troisième, Gérard, en se donnant des coups d'aiguilles à tricoter... 

Gérard Depardieu est depuis l'enfance hors la loi...Magouilles sans envergures et mauvais coups. La base militaire, des cambriolages par ci par là, des services rendus moyennant quelques billets...Employé pour faire le guet au cimetière par un type qui, après les cérémonies d'obsèques, ouvre les cercueils pour en dépouiller les défunts. A ce rythme là, l'adolescent à la carcasse de déménageur, n'évite pas la prison...Condamné et incarcéré pendant trois semaines pour un vol de voiture. Cette fois, à 16 ans, il est un délinquant pour de bon et, sauf miracle le restera...Contre toute attente, c'est à l'ombre de la maison d'arrêt de Châteauroux que Gérard Depardieu va pour la première fois apercevoir la lumière...Le psychologue regarde ses grandes mains, pas faites pour voler, dit-il, mais pour la sculpture..."Le regard de cet homme porté sur moi, sa confiance en moi, ce fut la révélation qui fit basculer ma vie" dira l'acteur... 


Gérard Depardieu bouillonne toujours de colère. Mais cette fois il ne va plus sen servir pour donner des coups mais pour s'échapper...Il ne connait pas le bonheur mais il sait à quoi il ressemble. Il l'a parfois croisé le dimanche, lui le voyou, invité chez les Brossard. Une famille de la bonne bourgeoisie de Châteauroux qui l'a pris en affection. Des déjeuners tranquilles où l'on s'intéresse à lui sans poser de questions et sans faire la morale...Chez les Brossard, Depardieu se regarde parfois dans un miroir, lui qui jusque là s'ignore ou ne s'aime pas...Sa vie d'avant ne lui déplaît pas forcément mais il est prêt à en changer...Quand un de ses amis, Michel Pilorgé, fils de médecin, lui parle de théâtre, il ne comprend pas...Il répond en citant des répliques de Burt Lancaster dans un film vu au camp américain...Sans savoir que dans quelques jours, sur un coup de tête, il va tourner le dos à son jeune passé..Et sera un jour aussi célèbre que Lancaster qui dans Le Prisonnier d'Alcatraz a alors cette réplique prémonitoire: "Vous devriez filer avant que ces murs vous écrasent".... 

Découvrez la suite du portrait intime de Gérard Depardieu, en écoutant le podcast en-haut de cet article. 

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
People Biographie Gérard Depardieu
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants