1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Disparition des "Guignols" : Patrick Poivre d'Arvor souhaite qu'ils "puissent continuer à faire rire"
3 min de lecture

Disparition des "Guignols" : Patrick Poivre d'Arvor souhaite qu'ils "puissent continuer à faire rire"

L'émission lancée par Alain De Greff, décédé lundi 29 juin, pourrait bien disparaître à la rentrée après 27 ans d'antenne.

La marionnette de Patrick Poivre d'Arvor est installée sur le plateau des "Guignols de l'Info", le 11 février 2009 (archives)
La marionnette de Patrick Poivre d'Arvor est installée sur le plateau des "Guignols de l'Info", le 11 février 2009 (archives)
Crédit : AFP / STEPHANE DE SAKUTIN
Disparition des "Guignols" : Patrick Poivre d'Arvor souhaite qu'ils "puissent continuer à faire rire"
00:39
Laurent Marsick & Valentin Chatelier

La rumeur gronde. "Les Guignols" pourrait ne plus être à l'antenne à la rentrée 2015, selon une information du site spécialisé Pure Médias. Le propriétaire de la chaîne cryptée, Vincent Bolloré, serait ainsi agacé par l'émission. "Se moquer de soi-même, c'est bien. Se moquer des autres, c'est moins bien", avait-il expliqué en février dernier sur France Inter.

Le présentateur principal de l'émission est très largement inspiré par le personnage de Patrick Poivre d'Arvor. Ce dernier souhaite vivement "que les 'Guignols' puissent continuer à faire rire, à faire grincer des dents". "Ça fait partie de leur ADN, ça fait partie aussi de l'ADN de Canal +", a-t-il résumé sur RTL. Tout comme les personnes dont l'émission parle, Patrick Poivre d'Arvor est lui aussi caricaturé. "Ils m'ont brocardé, ils m'ont utilisé, ils ont fait ce qu'ils ont voulu. Je l'ai toujours permis, parce que ça me parait naturel et puis ça fait partie de la tradition française", a remarqué l'ancien présentateur du journal de 20h de TF1.

Si de leur côté les internautes se sont rapidement mobilisés avec le hastag #TouchePasAuxGuignols, ils n'ont pas été les seuls. De nombreux politiques, humoristes et personnalités ont relayé ce hastag et on vivement critiqué cette possible suppression.

Des politiques mettent en avant l'humour et la liberté de l'émission

"Aujourd'hui ce côté acide qui quelquefois nous amène à mal réagir quand on se sent la cible des 'Guignols' aère l'actualité et la manière de traiter la politique", a lancé jeudi 2 juillet Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale sur France Info. Un constat partagé par de nombreux politiques de gauche. C'est le cas de Jean-Marc Ayrault, qui met en avant l'humour de l'émission sur son compte Twitter. "Si même au pays de Rabelais et de Molière on ne protège plus le rire...", a-t-il écrit. Jean-Luc Mélenchon a également soutenu "Les Guignols", bien qu'il soit régulièrement une de leurs cibles.

À lire aussi

Avec humour, Cécile Duflot a vivement dénoncé Vincent Bolloré, possible responsable de la fin de l'émission. "C'est qui le bol...os qui veut arrêter 'Les Guignols' ? Un actionnaire qui n'aime pas l'ironie... pas rassurant...", a-t-elle écrit sur Twitter. 

Alors que Jean-Christophe Lagarde, le patron de l'UDI, a trouvé "dommage de supprimer ce moment de détente", Bruno Le Roux a lancé une pique à Vincent Bolloré. "Que cela fasse grimacer plutôt que rigoler Monsieur Bolloré, c'est son problème, pas le nôtre", a clamé celui qui préside le groupe socialiste à l'Assemblée. De son côté, le député proche du Front National Gilbert Collard s'est réjoui de l'éventuelle suppression de l'antenne de l'émission mythique de Canal +. "Les Guignols de l'info tirent leur irrévérence, ouf ! La gauche se mobilise : 'Je suis guignol !'", a-t-il écrit sur Twitter.

Humoristes et personnalités tiennent aux "Guignols"

Du côté des humoristes, le soutien semble fort. Monsieur Poulpe, qui intervient régulièrement dans "Le Grand Journal" de Canal +, rejette la disparition de l'émission. "Waow... 2 jours après le décès d'Alain De Greef... Non. Ne détruisons pas tout ce joli château de sable", a-t-il écrit sur Twitter. 

Avec humour, le très controversé Rémi Gaillard a également réagi. "C'est à cause de ma marionnette, c'est ça ?" s'est-il demandé. De leur côté, Valérie Damidot a estimé qu'il n'en était pas question, tandis que Michaël Youn a demandé aux internautes de se mobiliser pour "montrer à Vincent Bolloré qu'on tient à nos 'Guignols'".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/