1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Alice Coffin aux "Grosses Têtes" : "Si elle le voulait. Elle a de l’humour", dit Laurent Ruquier
2 min de lecture

Alice Coffin aux "Grosses Têtes" : "Si elle le voulait. Elle a de l’humour", dit Laurent Ruquier

VU DANS LA PRESSE - Dans une interview au magazine "Têtu", l'animateur est revenu sur l'évolution de sa pensée et de son regard sur le militantisme LGBTQ+.

Laurent Ruquier et Alice Coffin
Laurent Ruquier et Alice Coffin
Crédit : AFP / Montage RTL.fr
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

Laurent Ruquier a profité d'une longue interview au magazine Têtu pour évoquer les dernières évolutions de sa carrière. D'abord, son style pour diriger Les Grosses Têtes, contesté hier ou aujourd'hui mais qui réalise d'excellentes audiences. Puis la fin de l'ère On n'est pas couché pour la naissance d'On est en direct, émission durant laquelle Laurent Ruquier prend plus de risques sans être entouré de ses fameux chroniqueurs snipers. L'animateur a aussi expliqué son rapport au militantisme LGBTQ+ qu'il avoue ne pas toujours avoir compris. 

"J’ai fait mon coming out en 1997, rappelle Laurent Ruquier dans le nouveau numéro du magazine. À l’époque, c’était moins facile qu’aujourd’hui. Mais, ça, on ne me l’a jamais reconnu. Ni les assos LGBT+ ni Têtu d’ailleurs. Ça me rend triste, mais tant pis. Je n’ai jamais appartenu à une communauté. Je suis homosexuel, je suis un homme, de gauche, je suis beaucoup de choses. Je n’ai jamais adhéré à un parti, à un syndicat ou à une association. J’aime mon indépendance et je crois l’avoir prouvé. 

Faisant référence à l'étude critique de l'Association des journalistes lesbiennes, gays, bi·e·s, trans et intersexes (AJL) qui relevait des propos sexistes, racistes et homophobes dans Les Grosses Têtes, Laurent Ruquier continue : "Je défendrai toujours les militants LGBT+. Même ce groupe de journalistes s’il le fallait. Quand je reçois Alice Coffin [journaliste et militante, cofondatrice de la Conférence européenne lesbienne et de l'AJL et élue écologiste au Conseil de Paris] dans On est en direct, je suis un des rares à la défendre. Je paie ma notoriété. C’est comme ça."

"J’ai évolué sur bon nombre de mes positions"

Laurent Ruquier fut l'un des rares journalistes à défendre Alice Coffin lors de la sortie de son livre Le Génie lesbien (Grasset). Une partie des commentateurs était montée au créneau pour dépeindre l'intellectuelle comme une misandre absolue en ne retenant que quelques phrases tronquées de son essai

À lire aussi

"Je n’aime pas l’injustice, tranche Laurent Ruquier. Je trouvais que la presse avait mal fait son boulot. Quand j’ai lu son livre, je me suis rendu compte que j’étais d’accord avec elle sur l’essentiel, et que la présentation qui avait été faite de son bouquin était caricaturale. Bon, ça ne l’a pas empêchée, deux semaines plus tard, de partager le fameux rapport de l’AJL et de m’en foutre plein la gueule !, ajoute le présentateur dans un rire. Mais (...) j’ai évolué sur bon nombre de mes positions. Notamment grâce à des associations ou à des gens comme Alice Coffin. Par exemple, le film 120 Battements par minute a changé mon regard sur Act Up et les militants, que je n’ai pas toujours compris. Il m’a fait comprendre que je m’étais trompé. C’est vrai que ce rapport n’est peut-être pas tombé au bon moment". 

Et le magazine Têtu de relancer Laurent Ruquier : "Alice Coffin, sociétaire des Grosses Têtes, c’est possible ?" "Si elle le voulait. Elle a de l’humour, en plus…", a reconnu Laurent Ruquier. L'invitation est donc lancée !

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/