1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. À la mort d'Elizabeth II, Charles pourrait-il abdiquer en faveur de William ?
3 min de lecture

À la mort d'Elizabeth II, Charles pourrait-il abdiquer en faveur de William ?

ÉCLAIRAGE - Le fils aîné de Charles et Diana est fréquemment appelé à prendre la suite de sa grand-mère sur le trône britannique. Une hypothèse crédible ?

Kate, William, Camilla et Charles à l'avant-première du dernier "James Bond"
Kate, William, Camilla et Charles à l'avant-première du dernier "James Bond"
Crédit : AFP
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

Sur quelle tête la couronne britannique va-t-elle tomber à la mort de la reine Elizabeth II ? La réponse évidente est : sur celle de son fils aîné, le prince de Galles, Charles. Celui qui va bientôt fêter ses 73 ans en novembre 2021 est le premier dans l'ordre de succession au trône britannique. Il attend de remplacer sa mère aujourd’hui nonagénaire depuis des décennies. Il ne s'agit pas d'impatience puisque Charles ne souhaite vraisemblablement pas la mort de sa propre mère, mais c'est une situation inédite

Elizabeth est devenue reine très jeune (25 ans) et elle a battu le record du règne le plus long pour une monarque. 70 ans en 2022. Même à 95 ans, elle n'a jamais choisi d'abdiquer pour prendre une retraite bien méritée et laisser la place à son fils. D'autres pourtant l'on fait comme l'empereur du Japon Akihito qui a cédé le pouvoir à son fils Naruhito à l'âge de 85 ans en 2019. Un passage de relai sage que n'a jamais souhaité la reine des reines, Elizabeth II.

Elizabeth et son mari portant le tout jeune prince Charles
Elizabeth et son mari portant le tout jeune prince Charles
Crédit : AFP

Mais après avoir tant attendu, Charles ne s'est-il pas fait une raison ? Ne serait-il pas tenté d'échapper à l'incroyable poids de la couronne ? Régner après Elizabeth II, c'est en effet la certitude de décevoir. Charles, déjà septuagénaire, pourrait aisément demander à son fils William de devenir le nouveau visage de la monarchie. L'occasion pour l'institution de rester dans la modernité et le dynamisme. William, Kate et leurs trois enfants sont en effet bien plus populaires que Charles et Camilla. La presse people et les as de la communication auraient vite choisi entre le père et le fils. Mais ce serait vite oublier que Charles est le fils de sa mère et que l'abdication n'est pas vraiment dans son vocabulaire. 

La couronne britannique représente un symbole mais elle n'est pas que cela. Tout miser sur la puissance de l'image et la jeunesse serait une erreur et Charles l'a bien compris. Il a eu le temps d'assimiler de nombreuses leçons avec les années. La monarchie est avant tout une institution hautement traditionnelle. Les règles et les rites donnent de la force à la couronne et se débarrasser de ceux-ci, sacrifiés sur l'autel de la modernité, serait dangereux. C'est d'ailleurs le propos général de la série The Crown sur Netflix. 

Abdiquer ? Plus jamais

La famille royale britannique avec la petite Elizabeth saluant la foule en 1937
La famille royale britannique avec la petite Elizabeth saluant la foule en 1937
Crédit : AFP
À lire aussi

Elizabeth II, en bonne matriarche, a gravé dans le crâne de ses descendants que l'abdication n'était pas une possibilité. Il ne faut pas oublier qu'elle s'est retrouvée reine après l'abdication de son oncle. En 1936, après le décès de son père George V, Edouard VIII a abdiqué après moins d'un an de règne et sans jamais avoir été couronné. Une décision guidée par l'amour qu'il avait pour l'Américaine et femme divorcée Wallis Simpson. C'est son frère George VI, le père d'Elizabeth, qui a été couronné. La crise fut telle qu'elle a failli causer la fin de la monarchie. Les Windsor ne l'ont pas oublié. 

La monarchie est devenue plus souple depuis. Une abdication pour avoir épousée une femme divorcée n'est plus envisageable. Le remariage de Charles avec Camilla en est la preuve. Meghan Markle a aussi été mariée et divorcée avant de rencontrer le prince Harry. Charles n'aurait pas de raison objective d'abdiquer pour laisser la place à son fils. 

Charles veut imprimer sa marque et utiliser toute son expérience pour mener à bien certains projets notamment sur la question environnementale et climatique. Elizabeth II est désormais régulièrement accompagnée par son fils Charles lors de certaines sorties très officielles. Charles et Camilla étaient à ses côtés lors de son discours devant les parlementaires en 2021 par exemple. William n'est pas préféré à son père. 

Charles reste cependant un homme responsable et raisonnable. Si Elizabeth II venait à régner encore plusieurs années sans soucis majeurs mais que sa santé à lui déclinait, il pourrait alors imaginer une abdication pour que le Royaume-Uni dispose d'un roi en bonne santé. Outre cet empêchement médical, l'ordre de succession devrait être respecté strictement. Après Elizabeth, viendra Charles, puis William, puis George...

Elizabeth II et le prince Charles le 11 mai 2021 au Parlement
Elizabeth II et le prince Charles le 11 mai 2021 au Parlement
Crédit : AFP
La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/