1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. Insolite : un petit Brésilien nommé "Zidane, Henry, Barthez"
1 min de lecture

Insolite : un petit Brésilien nommé "Zidane, Henry, Barthez"

L'état-civil de ce petit Brésilien l'atteste: il s'appelle "Zinedine Yazid Zidane Thierry Henry Barthez Eric Felipe Silva Santos". Un nom à rallonge qui souligne la passion de son père pour les Bleus...

Zinédine Zidane contre le Brésil en 1998, face à Dunga.
Zinédine Zidane contre le Brésil en 1998, face à Dunga.
Crédit : AFP/G.Bouys
Arnaud Beaufils

À l'âge de sept ans, il essaie toujours de retenir les noms des joueurs français que son père, un inconditionnel de la France, lui a donnés. 

Seul "Silva" et "Santos" sont hérités de la famille

Le petit Zidane, comme l'appellent, pour faire simple, les amis de la famille, répète aisément ses trois premiers noms, mais après il se perd dans la  prononciation: "Je ne sais pas encore, je n'ai jamais appris", déplore l'enfant, interrogé par le site d'information G1 de Globo

Habitant de la banlieue de Maceio, la capitale du petit Etat pauvre d'Alagoas (nord-est), son père explique que le nom de son plus jeune fils rend hommage à trois joueurs français de la Coupe du monde de 2006 : Zinedine Yazid Zidane, Thierry Henry et au gardien de but Fabien Barthez. Eric est une référence à Éric Cantona

Les derniers sont plus faciles : "Felipe" est à la gloire du sélectionneur brésilien Luiz Felipe Scolari. Et finalement "Silva Santos" sont les noms hérités de la famille. 

J'ai été conquis par la gentillesse des Français et j'ai décidé d'apprendre la langue pour pouvoir parler sans être ridicule si j'y retourne

Petrucio Santos, le père
À écouter aussi

La passion du père, Petrucio Santos, pour la France lui est venue d'un voyage effectué il y a plusieurs années dans l'Hexagone où vivent deux de ses filles. "J'ai été conquis par la gentillesse des Français et j'ai décidé d'apprendre la langue pour pouvoir parler sans être ridicule si j'y retourne", affirme ce petit commerçant "passionné de football". 

Leur maison est la seule de Ponta Grossa (périphérie de Maceio) qui arbore un drapeau français sur le mur, à côté de celui du Brésil. Mais le petit Zidane brésilien aime-t-il son nom? "Non, j'aurais voulu m'appeler Luiz Gustavo!", milieu récupérateur de la Seleção, dit-il sans sourciller. 

Et s'il devenait footballeur, l'appellerait-on Zidaninho ?

La rédaction vous recommande
Concours
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/