1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. Grande-Bretagne : le chat du Foreign Office soupçonné d'être un espion
1 min de lecture

Grande-Bretagne : le chat du Foreign Office soupçonné d'être un espion

Devant la Chambre des Communes, le propriétaire de Palmerston a répondu à l'étrange suspicion entourant le félin.

Palmerston, le chat du secrétaire d'État britannique aux Affaires étrangères
Palmerston, le chat du secrétaire d'État britannique aux Affaires étrangères
Crédit : @PalmerstonFOCat
Grande-Bretagne : le chat du Foreign Office soupçonné d'être un espion
01:50
Cyprien Cini & Loïc Farge

Lors de l'équivalent de nos questions au gouvernement, le secrétaire d'État britannique aux Affaires étrangères a dû, en pleine session de la Chambre des représentants, nier fermement et publiquement les accusations d'espionnage qui pèsent sur son chat. Palmerston est un joli chat de gouttière noir et blanc recruté récemment par le Foreign Office pour chasser les souris qui pullulent au ministère.

Pour rappel, nous sommes en pleine campagne autour du Brexit (la possible sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, avec un référendum le 23 juin). Les conservateurs ont soupçonné la Commission européenne d'avoir caché des micros dans le félin fourni par la SPA locale pour pouvoir écouter ce qui se passe au Foreign Office.

La rumeur devenant de plus en plus forte, un député conservateur d donc directement posé la question à Philip Hammond. Ce dernier lui a répondu avec un flegme typiquement britannique que Palmerston n'était pas une "taupe" et qu'il faisait l'objet de "contrôles réguliers". L'animal est même passé au contrôle corporel avant d'être définitivement engagé comme "Chief Mouser".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/