1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. Clermont-Ferrand : elle retrouve sa mère grâce à un article dans la presse locale
2 min de lecture

Clermont-Ferrand : elle retrouve sa mère grâce à un article dans la presse locale

VU DANS LA PRESSE - Grâce à un article publié dans le journal "La Montagne", en mai 2019, une Clermontoise de 34 ans, passée par l'Aide sociale à l'enfance, a retrouvé la trace de sa mère.

Grâce à un article publié dans la presse locale, une Clermontoise de 30 ans a retrouvé la trace de sa mère.
Grâce à un article publié dans la presse locale, une Clermontoise de 30 ans a retrouvé la trace de sa mère.
Crédit : Martin BUREAU / AFP
Charline Vergne

C'est une très belle histoire, qui réchauffe les cœurs, en ces temps troublés. Christina Mampa, une Clermontoise de 34 ans, a retrouvé sa mère, après trente années de séparation.

L'histoire nous est racontée par La Montagne. Grâce à un article, publié dans le quotidien en mai 2019, la famille de la jeune femme a retrouvé sa trace, et pris contact avec elle. Cette dernière, prénommée Christina Mampa, avait été prise en charge par les services de l'Aide sociale à l'enfance (ASE) en 1990. Retrouvée seule dans un squat de région parisienne, elle avait été placée dans l'Allier.

À l'époque, sa mère, originaire du Zaïre, était sans-papiers et sans emploi. Le juge en charge de l'affaire avait refusé de lui rendre l'enfant, alors âgée de deux ans et demi, précisent nos confrères. 

Dès 2015, Christina engage des recherches et va jusqu'à écrire un livre, pour tenter de se rendre "visible" auprès de sa mère. La jeune femme, qui a publié son livre sous pseudonyme, est apparue sous son vrai nom, dans l'article de La Montagne. Et dans l'ouvrage, elle avait mis une photo de sa mère, explique-t-elle. "Ils ont compris que c’était bien moi".

Une rencontre en 2020, avec sa mère et sa grand-mère

À lire aussi

Sa demi-sœur prend contact avec elle, lui laissant un numéro où la contacter, via le réseau social Facebook. D'abord méfiante, Christina ne lui répond pas, avant d'être encouragée à le faire, par des amies. "J’ai appelé. Je me suis présentée. La personne qui a décroché a tout de suite dit "c’est maman" et elle s’est mise à pleurer. Pendant quelques temps, la jeune femme vit dans le déni et interrompt tout contact.

Puis, progressivement, de nouveaux messages et photos, en provenance d'autres membres de sa famille, affluent ; notamment à l'occasion de la Fête des mères. Après le premier confinement, en 2020, Christina accepte une rencontre. Elle retrouvera sa mère... Et même une grand-mère, installée en Belgique ! 

C'est lors de cette dernière rencontre que la jeune femme dit avoir "lâché prise" et réussi, pour la première fois, à montrer ses émotions. Elle apprendra, notamment, que sa mamie ne s'est "jamais pardonnée" d’avoir quitté Paris en 1990, laissant derrière elle sa fille et sa première petite-fille. Gravement malade et obligée de quitter le Zaïre, quelques années plus tôt, cette même grand-mère aurait confié à ses proches : "Je ne veux pas mourir avant d’avoir retrouvé ma petite-fille".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/