1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "'Retour vers le Futur' est devenu un vrai truc générationnel", confie Michael J. Fox
4 min de lecture

"'Retour vers le Futur' est devenu un vrai truc générationnel", confie Michael J. Fox

RENCONTRE - Michael J. Fox souffre depuis 30 ans de la maladie de Parkinson. Il en fait le récit dans un livre intitulé "En avant vers le futur" et il s'est confié en exclusivité radio pour RTL.

Michael J. Fox en 2015 pour les 30 ans de la saga "Retour vers le Futur"
Michael J. Fox en 2015 pour les 30 ans de la saga "Retour vers le Futur"
Crédit : Ilya S. Savenok / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Le scénariste Jean-Yves Ferri révèle en exclusivité au micro de Monique Younès le titre du 39e album d'Astérix qui paraîtra en octobre prochain.
22:31
Le scénariste Jean-Yves Ferri révèle en exclusivité au micro de Monique Younès le titre du 39e album d'Astérix qui paraîtra en octobre prochain.
22:31
Stéphane Boudsocq

Michael J. Fox souffre depuis 30 ans de la maladie de Parkinson. Il en fait le récit dans un livre intitulé En avant vers le futur et il s'est confié en exclusivité radio pour RTL lors d'une conversation enregistrée de bon matin heure de Los Angeles là où Michael J Fox vit en famille une partie de l'année, entouré de sa femme Tracy et de leurs 4 enfants.

Son livre, ce n'est pas un simple recueil de souvenirs, mais plutôt le témoignage d'un homme atteint d'un mal à ce jour incurable, un homme qui est aussi une star de cinéma. Des mots simples, touchants, honnêtes, crus parfois mais jamais plaintifs. Michael J. Fox ne veut surtout pas se poser en victime. "Je n’emploierais pas le mot 'victime' : je ne me sens victime de rien du tout... Je dirais plutôt que je me suis remis en question à cause de cette maladie et qu’elle m’a vraiment compliqué la vie. Je fais d’ailleurs le parallèle avec la pandémie actuelle : tout le monde souffre et doit composer avec la misère qui s’est abattue sur nous. Je ne suis donc qu’une victime parmi tant d’autres", explique le comédien.

Regarder lucidement et faire avec un mal inexorable qui bouleverse votre existence et celles de vos proches : c'est tout le credo du livre En avant vers le futur. "Quand j’écris à propos de mon expérience, je ne trouve pas ça très passionnant. Ce qui l’est, c’est la manière dont mes choix ont été affectés par la maladie et les effets sur mon parcours, ma famille. Ça c’est un chemin intéressant sur lequel je tenais à m’exprimer, car je suis à la base quelqu’un de très actif qui ne peut plus vraiment l’être", poursuit-il avant de préciser : "Le thème du bouquin c’est : 'prenez le temps de souffler', 'prenez la possibilité d’être qui vous êtes vraiment en composant avec votre maladie et ses handicaps', 'ne soyez pas engloutis par les attentes ou les jugements des autres', 'ne vous laissez pas submerger'"... 

Le succès de "Retour vers le futur"

Retour en 1985... À la surprise générale, Retour vers le futur rapporte 400 millions de dollars, réalise 3,2 millions en France, succès prolongé par 2 suites en 1989 et 90. "Retour vers le futur, c’est un truc spécial, mais si vous me demandez comment je regarde le jeune homme que j’étais alors, je vous dirais que j’étais un idiot ! Trop d’argent, trop d’énergie, trop de notoriété. Je ne pensais qu’à profiter par n’importe quel moyen : mais c’est ce qu’on fait à cet âge-là", commente l'interprète de Marty McFly.

À lire aussi

Et figurez-vous que le comédien n'a pris conscience que très récemment de l'impact de Retour vers le futur pour des millions de spectateurs : "Ce qui s’est passé ensuite nous a tous dépassés, car c’est devenu un vrai truc générationnel. On a tous rêvé de voyager dans le temps et de pouvoir réparer nos erreurs afin que le meilleur se produise ensuite. C’est un thème assez profond et je comprends qu’on puisse se laisser embarquer encore et encore par le film".

De quelle manière la maladie de Parkinson a-t-elle concrètement transformé Michael J. Fox ?

En 1991, Michael J. Fox est alors au sommet de sa gloire : il vient d'enchaîner 3 énormes cartons au box-office, il a tourné pour Brian de Palma dans Outrages, mais après quelques signes inquiétants, ses médecins lui apprennent qu'il souffre des premiers signes de la maladie de Parkinson. "Ça a tout changé côté carrière, car on m’a dit que je pouvais encore espérer travailler dix ans. Je n’avais que 29 ans et des tas de trucs signés à faire (...) Quand j’ai été diagnostiqué, je me suis dit : 'Bon, il me reste 10 ans à bosser, j’ai 3 maisons, une famille, des tas de choses à gérer' et ça a changé ma manière de voir les choses. J’ai accepté des projets très commerciaux, mais ça ne m’a pas plu". 

Le comédien tente de garder le rythme, au cinéma comme à la télé où il devient la star de la série comico-politique Spin city, mais au milieu des années 90, fatigué, diminué, il est contraint de ralentir drastiquement le rythme. On le verra encore sur grand et petit écran mais beaucoup moins. Le mal progressant, il crée en 2000 la Fox Foundation, qui a ce jour a levé près d'un milliard de dollars de fonds pour la recherche en y associant les scientifiques, les malades et leurs familles. 

Et justement, Michael J. Fox a un simple conseil à donner à une personne apprenant tout juste qu'elle est atteinte de Parkinson :  "Je lui dirais : 'respire un grand coup ! Tu viens juste d’être diagnostiqué, tu as encore un long chemin à faire, ça va d’abord toucher tes mains ou tes épaules''. Au début, les effets sont minimes, infimes. À ce moment-là, on ne sait pas vraiment ce qui nous attend, ni quelle forme prendra la maladie ou ce qu’on peut faire. Mais les réponses finissent par arriver, mais en prenant le temps de respirer, tu pourras envisager les choses une par une. Je sais moi que l’on apprend jour après jour !".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/