1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "Ni No Kuni 2" : pourquoi ce jeu est le "Zelda : Breath of the Wild" de 2018
5 min de lecture

"Ni No Kuni 2" : pourquoi ce jeu est le "Zelda : Breath of the Wild" de 2018

NOUS Y AVONS JOUÉ - Univers coloré façon films des studios Ghibli, aventure initiatique, action soutenue, expérience riche... Le nouveau jeu de Level-5 est la petite pépite vidéoludique de ce début 2018.

Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

C'est un jeu vidéo au charme fou. Ni No Kuni II, l’avènement d'un nouveau royaume, vient de sortir ce vendredi 23 mars 2018 sur PlayStation 4. Une aventure gorgée de bons sentiments et de personnages hauts en couleur qui se révèle être un gigantesque conte, un récit d'apprentissage centré autour d'un jeune roi nommé Evan.

Lorsque l'on commence l'aventure, nous prenons le contrôle d'un président de notre bonne vieille Terre, Roland, qui, après un mystérieux attentat terroriste, se retrouve transporté dans un monde parallèle merveilleux.

Il y fait la rencontre du jeune garçon armé d'une dague qui, effrayé, le menace. Ce jeune garçon, blond et doté d'oreilles de chat, c'est Evan. Il court un grave danger. Son père, le roi, vient d'être assassiné par ses proches conseillers qui mettent en place un coup d'État. Avec l'aide de Roland, le jeune Evan va réussir à s'enfuir de son palais. 

Le jeune roi evan lors de l'apparition mystérieuse de Roland
Le jeune roi evan lors de l'apparition mystérieuse de Roland
Crédit : Bandai Namco

Le souverain déchu va faire de cet exil forcé l'occasion de bâtir le meilleur royaume. Un désir qui va le plonger, lui et ses amis, dans une épopée qui vous tiendra en haleine pendant une quarantaine d'heures.

À lire aussi

Une aventure avec le style d'un film d'animation des studios Ghibli (Le Voyage de Chihiro, Le Château ambulant...), des quêtes, un monde vaste, des combats dynamiques et des créatures fantastiques. Un jeu qui nous a beaucoup rappelé un certain The Legend of Zelda: Breath of the Wild, le carton vidéoludique de 2017 qui a accompagné le lancement de la Nintendo Switch.

Une direction artistique assumée

C'est sans doute la chose qui frappe en premier : Ni No Kuni II ressemble à s'y méprendre à un film animé d'Hayao Miyazaki, le génie de l'animation japonaise. Ce n'est pas un hasard puisque la saga Ni No Kuni est née avec les studios Ghibli aux pinceaux. Comme les films d'animation traditionnels, le jeu vidéo emprunte les codes du "cel-shading" comme Zelda: Breath of The Wild.

Dans "Breath of The Wild", Link doit affronter un monde immense
Dans "Breath of The Wild", Link doit affronter un monde immense
Crédit : Nintendo

Plutôt qu'une recherche de photo-réalisme comme les consoles d’aujourd’hui peuvent le permettre, Ni No Kuni et Zelda offre un design très cartoon. Le résultat est en haute-définition mais la forme, les couleurs et le trait l'emportent sur la recherche de détails et le nombre de polygones animés par centimètre carré.

C'est ce style qui donne l'impression que ces jeux sont d'anciennes légendes. On ressent, en y jouant, la nostalgie des livres de notre enfance avec leurs illustrations colorées. Dans les cinématiques, les dialogues, les donjons, les combats, la carte du monde et même les menus le style sont totalement respectés. 

Dans "Ni No Kuni 2", evan affronte un monde vaste mais résolument plus peuplé que le Hyrule de "Breath of The Wild"
Dans "Ni No Kuni 2", evan affronte un monde vaste mais résolument plus peuplé que le Hyrule de "Breath of The Wild"
Crédit : Bandai Namco

Tout est cohérent, de la forme des épées à l'allure des bâtiments. Les habitants de ce monde ressemblent aussi, dans leurs emprunts aux animaux, aux sujets du royaume d'Hyrule qui aident Link à sauver la princesse Zelda. Un conte sur console.

La fusion entre action et RPG

The Legend of Zelda: Breath of The Wild se rapprochait pour la première fois d'un jeu de rôle. De simple jeu d'action-aventure, il est devenu un A-RPG (pour "Action-Role Playing Game"). Link y combattait des monstres avec des épées, des bombes et des flèches mais comme dans les RPG traditionnels l'équipement pouvait être amélioré. Il y avait une véritable gestion de son inventaire et le joueur passait plus de temps dans les menus que dans les précédents opus.

"Zelda: Breath of the Wild" propose des combat où l'arme équipée dispose d'une durée de vie limitée
"Zelda: Breath of the Wild" propose des combat où l'arme équipée dispose d'une durée de vie limitée
Crédit : Nintendo

Ni No Kuni a fait le chemin inverse en terme de développement. Le premier volet proposait des combats de RPG pur, au tour par tour. Avant chaque attaque, le joueur devait sélectionner une stratégie ou un sortilège dans un menu défilant. La dextérité des joueurs n'avait aucune sorte d'importance. 

Ni No Kuni 2 est lui aussi devenu un A-RPG. On déplace désormais son héros et il attaque en fonction d'une combinaison de touches. Les déplacements, attaques, parades et sortilèges se font en temps réels. Le joueur doit préparer son équipe avant le combat en équipant ses guerriers des bonnes capacités et des bons équipements. Le reste dépendra de son sens du timing. Cette nouvelle formule apporte un dynamisme des plus appréciables. Les combats restent peut-être trop aisés mais ils sont clairs et assez jouissifs.

Dans "Ni No Kuni 2" vous ne comabttez pas seuls mais votre technique à la manette sera très importante
Dans "Ni No Kuni 2" vous ne comabttez pas seuls mais votre technique à la manette sera très importante
Crédit : Bandai Namco

Une expérience de jeu variée

Zelda est un modèle en terme de jeu d'aventure. Il y a une quête principale et de très nombreuses quêtes secondaires qui viennent enrichir le gameplay. Des défis, des donjons secrets parfois bien plus ardus que ceux de l'histoire principale, des secrets... La franchise permet toujours un grand sens de l'évasion et encourage la découverte. Ni No Kuni 2 incite aussi à mener cette vie d'explorateur. On accepte de nombreuses quêtes pour construire son royaume et trouver des équipements qui nous aideront au fil de l'aventure. 

Ni No Kuni 2 est même légèrement plus varié que Zelda. Le jeu propose de construire son royaume via une interface de construction et de gestion de sa capitale. On peut aussi mener des batailles rangées où l'on contrôle des petites escouades. Evan se transforme volontiers en stratège pour défendre son royaume. Une dimension qui manque à Breath of The Wild et qui est étrangère à la licence des Zelda qui se focalise sur le destin d'un héros unique et, dans ce volet, particulièrement seul.

Le système de construction du Royaume du jeune roi Evan
Le système de construction du Royaume du jeune roi Evan
Crédit : Bandai Namco

Une atmosphère enchanteresse

Reste à évoquer la narration et la musique, c'est-à-dire, les deux composantes essentielles de l'âme d'un jeu vidéo. Zelda comme Ni No Kuni 2 sont imbibés de culture traditionnelle japonaise. On y retrouve toute une série de thématiques qui sont des sujets incontournables du folklore de l'archipel : le courage, la résolution malgré les épreuves, la place de la nature et des esprits qui résident dans chaque chose (Ni No Kuni 2 leur donne la forme de "mousses" qui peuvent aider Evan à se déplacer et à combattre)...

Les scénarios ne brillent pas par leur audace ou leur originalité. Le registre de fantasy médiévale est bien connu et la quête passe à travers les obstacles classiques du genre : un manichéisme assumé, une naïveté certaine. Mais pourtant, il fonctionne. On est embarqué et on s'attache aux destins de Mipha, Daruk, Roland ou Tani. 

De plus, si Zelda a pu compter sur le talent de Manaka Katoaka pour sa musique, Ni No Kuni a bénéficié de l'écriture musicale du compositeur des films Ghibli : Joe Hisaishi. Le Voyage de Chihiro, Nausicaä, Le Château dans le ciel, Princesse Mononoké... Tout ça, c'est lui. Ses compositions nous emportent et on se prend à arrêter de jouer quelques instants pour en profiter tant elles sont plus que de simples musiques d'ambiances. 

Les plus

- Une direction artistique audacieuse et de toute beauté.
- Des personnages attachants.
- Des voix japonaises (et anglaises) de qualité.
- Une aventure variée dans un monde gigantesque.
- Un récit classique dans les J-RPG mais efficace.
- La musique enchanteresse de Joe Hisaishi.
- Des tutos légers
- Des combats dynamiques...

Les moins

- ...mais un peu trop faciles.
- Un scénario efficace qui échoue à surprendre vraiment.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/