3 min de lecture Cinéma

"Mommy" de Xavier Dolan : chronique d'un succès annoncé

Alors que "Mommy", la prochaine réalisation du québécois Xavier Dolan, sort en salles le 8 octobre, le film s'assure déjà d'un certain succès depuis sa présentation à Cannes.

Mommy
Mommy Crédit : Shayne Laverdiere
Julie Michard
Julie Michard

Difficile de ne pas avoir entendu parler de Mommy, le film du jeune réalisateur québécois Xavier Dolan. Découvert en 2009 avec la sélection de son deuxième film Les Amours imaginaires à la Quinzaine des réalisateurs du festival de Cannes, ce dernier est un habitué de la Croisette.

Couronné cette année du Prix du jury (ex-æquo avec Adieu au langage de Jean-Luc Godard), le long-métrage a été sélectionné pour représenter le Canada lors des prochains Oscars. Avant même la sortie du film dans les salles françaises (prévue le 8 octobre), Mommy s'annonce déjà comme un succès. 

>
Mommy : Bande-annonce officielle

Un million de dollars de recettes en 10 jours

Car le film crée l’événement. Entre les avant-premières de Mommy très prisées par les stars françaises et une masterclass qui lui sera consacrée au Forum des Images, le 5 octobre, Xavier Dolan jouit d'une certaine aura à 25 ans seulement. Le réalisateur bénéficient également de critiques françaises et internationales élogieuses. Ce ne sont pas ses propos polémiques sur les prix décernés aux films gays qui viendront entacher ce succès. Filmé dans un format carré (1:1) dans le plus grand esthétisme, il est impossible de passer à côté de Mommy. Les Canadiens ne diront pas le contraire. Le long-métrage a réalisé un million de dollars de recettes en dix jours seulement. Il est le meilleur démarrage du box-office national. Un exploit que le cinéaste rêve de réaliser en France. 

"Je veux que Mommy soit vu, c'est un film qui doit être partagé avec les gens, pas sur un écran de iPad, pas sur Netflix dans deux ans, mais maintenant, en salle, dans le noir, tous ensemble. Au Québec, cela a commencé dans cet esprit, donc j'aimerais que cela se poursuive ici", a-t-il déclaré lors de l'avant-première parisienne en septembre.

La provocation comme mot d'ordre

Mommy raconte le quotidien d'une mère mono-parentale révoltée qui retire son fils (Antoine-Olivier Pilon), souffrant de Trouble de Déficit de l'Attention, d'une énième institution où il échoue pour son comportement erratique. Le tout dans un québécois vulgaire qui pourrait en décourager plus d'un, mais qui fait la force et le caractère du long-métrage (le film sera malgré tout sous-titré en français). Malgré son extravagance, Mommy se révèle d'une grande puissance émotionnelle

Mommy
Mommy Crédit : Films Séville

Du grand cinéma québécois

À lire aussi
L'incendie de Notre-Dame le 15 avril 2019 Incendie à Notre-Dame
Notre-Dame : l'incendie de la cathédrale adapté en mini-série

Le long-métrage redonne espoir au cinéma québécois qui s'exporte mal comme le souligne Patrick Roy, président de la société de production des Films Séville. "Plus les gens vont aller voir des films québécois, plus ils vont avoir le goût d'aller en voir d'autres" déclare t-il. Confiant dans le potentiel de Mommy, le Canada l'a choisi pour représenter le pays lors des prochains Oscars. Reste à Mommy de remporter la statuette du meilleur film étranger et de conquérir le box-office mondial. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Culture Cinéma
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants