1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "Les Animaux Fantastiques 2" : les secrets du script que vous ne verrez pas au cinéma
7 min de lecture

"Les Animaux Fantastiques 2" : les secrets du script que vous ne verrez pas au cinéma

ÉCLAIRAGE - Personnages cachés, sortilèges imprononcés... Le texte des "Crimes de Grindelwald" cache quelques intrigants bonus.

Credence et Nagini s'apprêtant à découvrir Irma
Credence et Nagini s'apprêtant à découvrir Irma
Crédit : WB
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

Comme à chaque sortie d'un film Les Animaux Fantastiques, les éditions Gallimard entreprennent - il n'y a pas de petits profits et la demande est toujours très forte - de sortir en livre le texte du film. Cela ne remplace pas un nouveau roman complet signé J.K. Rowling, certes. Mais cela permet aux fans de Harry Potter de faire durer le plaisir après la sortie du film tout en complétant l’étage de sa bibliothèque dédiés au monde des sorciers.

Le script d'un film n'est pas simplement la reproduction des dialogues entre les acteurs. On y trouve des notes du scénariste (ici J.K. Rowling elle-même) ou du réalisateur, des indications pour les costumes, les effets spéciaux, les décors... Sous la forme de didascalies, ces notes réservent parfois quelques surprises. 

RTL Super a lu en long, en large et en travers ce script officiel pour vous compiler ici ses secrets. Ces éléments ne remettent pas en cause l'intrigue vue à l'écran mais elle enrichit considérablement ces Crimes de Grindelwald. Patronymes célèbres, créatures, zones d'ombres, sortilèges... Voici de quoi satisfaire les fans les plus sérieux. Attention spoilers. 

À qui parle Nicolas Flamel ?

Après la scène durant laquelle Jacob et Nicolas Flamel observent la boule de cristal de l'alchimiste, ce dernier se précipite vers un placard. Dans celui-ci, on retrouve un artefact qui a sans doute fait vibrer les fans de la première heure de Harry Potter : la pierre philosophale. Mais ce n'est pas la précieuse gemme rouge que Nicolas Flamel utilise. Il sort un livre scellé par un enchantement. À l’intérieur, on trouve de nombreux portraits. Certains sorciers utilisent ces peintures pour communiquer les uns avec les autres. Il faut donc voir ceci comme une sorte de téléphone d'urgence des sorciers, un moyen de communication plus efficace que les chouettes. 

Crédit :
À écouter aussi

D'abord, le mage français panique en voyant que beaucoup de portraits sont vides, finalement il finit par s'entretenir avec une femme. Sa peau est noire mais ce n'est pas la présidente du ministère de la magie américain Seraphina Picquery que l'on a vu dans l'introduction du film. 

Le script nous apprend qu'il s'agit d'une professeure de l'école de magie américaine Ilvermorny, dans laquelle ont étudié Tina et Queenie Goldstein. Son nom est Eulalie Hickes. Aucune information sur le personnage n'a été divulguée sur Pottermore ou par J.K. Rowling elle-même. Elle est jouée par l'actrice américaine Jessica Williams, chroniqueuse du Daily Show aperçue dans la saison 3 de Girls. Ce CV pourrait signifier un rôle plus important dans un prochain film...

Est-ce vraiment Minerva McGonagall ?

Il s'agit de l'une des contradictions du film. À deux reprises, lors d'une scène à Poudlard et lors d'un flash-back, on peut voir le professeur McGonagall. Le problème, pour les plus orthodoxes des fans, est que cette enseignante, incarnée dans la série initiale par Dame Maggie Smith, n'est pas censée être née à l'époque du film. Minerva McGonagall est née le 4 octobre 1935 et elle ne serait devenue professeur qu'en 1956 après deux ans au ministère de la Magie. Or... le film se passe dans les années 30. 

Certains fans ont alors avancé qu'il pourrait s'agir d'un autre membre de la famille McGonagall, la mère de Minerva (Isobel), une tante ou une cousine. Malheureusement, le script officiel contredit cette tentative de rationalisation. Il s'agit bien de "Minerva McGonagall jeune". Il faudra donc que J.K. Rowling et David Yates, le réalisateur, s'expliquent auprès des fans sur cette première grande incohérence. 

Crédit :

Les nouveaux sortilèges

Bien entendu, Les Crimes de Grindelwald comprenait une bonne volée de sortilèges. Le public a retrouvé certains sorts bien connu comme "Accio", "Lumos" ou "Avada kedavra" et son flash vert mortel. Mais le film s'est aussi autorisé un peu de créativité. Certains sorts étaient ce que J.K. Rowling appelle de la "magie imprononcée". nous pouvions voir les effets sans connaître l'incantation. Mais le script en dit plus sur ces charmes.

"Appare vestigium" est un sort d'Empreinte. Newt Scamander l'utilise pour faire apparaître des scènes du passé sous la forme d'une poudre dorée. La magie météorologique a eu deux nouveaux sorts dans ce film : "Ventus" et "Nebulus". Le premier est utilisé par Newt pour créer une bourrasque de vent puissante. Le second permet à Dumbledore d'invoquer un océan de brume dans les rues de Londres. 

Newt utilise aussi un sort de traçage pour qu'un objet retrouve son propriétaire. L'incantation est "Avensegium" et il permet à nos héros de retrouver la trace de Tina grâce à la plume