1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. Festival de Cannes : de quoi parle “Titane” de Julia Ducournau, film Palme d’or ?
1 min de lecture

Festival de Cannes : de quoi parle “Titane” de Julia Ducournau, film Palme d’or ?

ÉCLAIRAGE - Le Festival de Cannes a frappé un grand coup en couronnant Julia Ducournau pour une œuvre furieusement contemporaine : "Titane". La Française devient la deuxième réalisatrice de l'histoire à recevoir la Palme d'or.

Julia Ducournau avec la Palme d'Or dans les mains pour son film "Titane", sur la scène du festival de Cannes le 17 juillet 2021.
Julia Ducournau avec la Palme d'Or dans les mains pour son film "Titane", sur la scène du festival de Cannes le 17 juillet 2021.
Crédit : Valery HACHE / AFP
Festival de Cannes : de quoi parle "Titane" de Julia Ducournau, film Palme d'or ?
01:21
Stéphane Boudsocq - édité par Cassandre Jeannin

Le palmarès du festival de Cannes divise. Le jury présidé par le réalisateur américain Spike Lee a décerné samedi 17 juillet la Palme d'or à la Française Julia Ducournau, benjamine de la compétition à 37 ans, pour son film Titane. Un thriller particulièrement violent, un peu dérangeant même.

Il y avait plusieurs scenarii sur la table, Spike Lee et son jury ont choisi celui du bizarre, du complexe, du cinéphile. La Palme d'or accordée à Titane symbolise cette décision radicale : remettre le plus prestigieux des trophées à un film qui a divisé la croisette et qui déroute les spectateurs. 

Titane fait clairement déborder le niveau d'hémoglobine, aussi fiévreux que radical, difficilement regardable pour certains. Ce film furieux et parfois gore avec l'acteur français Vincent Lindon, évoque à la fois l'hybridation femme/machine, d'amour pour les voitures et de quête de paternité. L'héroïne fait littéralement l'amour avec des voitures et tue des hommes au pic à cheveux. Son corps est comme hanté par une masse de métal qui grandit dans son ventre tandis qu'elle sue et saigne de l'huile de moteur

Julia Ducournau a remercié le jury d'avoir "reconnu le besoin avide et viscéral que nous avons d'un monde plus fluide et plus inclusif", et "d'appeler à plus de diversité dans nos expériences au cinéma et dans nos vies". "Merci aussi au jury de laisser rentrer les monstres". 

À lire aussi

Le film est sorti mercredi dernier, le 14 juillet, au cinéma. Il est interdit au moins de 16 ans.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/