1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. César 2019 : "On ne peut même pas rêver de ça", lance Kad Merad sur RTL
2 min de lecture

César 2019 : "On ne peut même pas rêver de ça", lance Kad Merad sur RTL

DOCUMENT RTL - Kad Merad, qui succède ainsi à Manu Payet, a été désigné maître de cérémonie de la 44e édition des César. L'acteur de 54 ans y voit un "nouveau défi".

L'acteur Kad Merad a Lille, en février 2015
L'acteur Kad Merad a Lille, en février 2015
Crédit : STEPHANE VANSTEENKISTE/SIPA
César 2019 : "On ne peut même pas rêver de ça", lance Kad Merad sur RTL
03:30
Claire Gaveau
Claire Gaveau

On connaît désormais le prochain maître de cérémonie des César. Kad Merad a été désigné pour animer cette 44e cérémonie, organisée le 22 février 2019 à la salle Pleyel, à Paris. L'humoriste, acteur, scénariste et réalisateur français succède ainsi à Manu Payet, qui avait officié l'an dernier.

Une précieuse récompense aux yeux de Kad Merad. "On ne peut même pas rêver de ça, lance-t-il d'emblée au micro de RTL. J'ai déjà rêvé d'avoir un César et j'en ai eu un. Mais présenter et animer cela, c'est vraiment important". 

Malgré tout, le célèbre complice d'Olivier Baroux peine encore à réaliser que tous les regards seront tournés vers lui pour la grand-messe du cinéma français. "Ça fait quelques années que je suis émerveillée donc je vais bien finir par redescendre. Les César, pour le petit jeune de banlieue que j'étais, ça m'a marqué à un point et je voulais être à leur place", poursuit l'acteur de Baron Noir, qui assure, non sans humour, avoir fait du "clientélisme, manipulation et manigance" pour décrocher ce poste. 

J'espère avoir la liberté de faire ce que je veux

Kad Merad sur RTL

Cependant, pas question de prendre à la légère cette nouvelle responsabilité. "C'est un nouveau défi, un peu de piment dans la vie. Il faut que je travaille aussi un peu et je vais essayer de ne pas faire que de l’improvisation. Je vais bien me préparer", annonce l'acteur qui veut faire "plein de chose sur scène".

À écouter aussi

Au programme ? De possibles "happenings" notamment. "J'espère avoir la liberté de faire ce que je veux", dit-il, tout en assurant ne "pas se prendre pour un Américain. "Il faut rester modeste mais il faut que je trouve mon ton", conclut-il. 

Après un premier succès au cinéma avec Mais qui a tué Pamela Rose, la notoriété de Kad Merad a pris son envol en 2004 avec le film Les Choristes de Christophe Barratier. Avant la consécration en 2006 avec le César du meilleur second rôle masculin pour le film Je vais bien, ne t'en fais pas, de Philippe Lioret. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/