2 min de lecture César

César 2019 : "Jusqu'à la garde", drame suffocant sur les violences conjugales, sacré

NOUS L'AVONS VU - Avec "Le Grand Bain", "Jusqu'à la garde" de Xavier Legrand était le film le plus nommé de cette saison. Un succès mérité.

Denis Ménochet et le jeune Thomas Gioria dasn "Jusqu'à la garde"
Denis Ménochet et le jeune Thomas Gioria dasn "Jusqu'à la garde" Crédit : KG Production
AymericParthonnaud1
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Le monde du cinéma français vient d'auréoler un bijou de cinéma et d'émotion. 
Jusqu'à la garde, premier film de Xavier Legrand sur les violences conjugales, était le grand vainqueur des César 2019. Le long-métrage a remporté quatre prix, dont celui très prestigieux du Meilleur film et celui de la Meilleure actrice pour Léa Drucker. 


Le réalisateur a estimé pendant la soirée qu'il "serait temps de penser" aux victimes "à un autre jour que le 25 novembre", journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Il a également obtenu les César du meilleur montage et du meilleur scénario.
Jusqu'à la garde est porté par un trio d'acteurs prodigieux composant une cellule familiale où la peur règne. Léa Drucker joue une mère de famille en plein divorce, Denis Ménochet (nommé pour le meilleur acteur) est son futur-ex-mari et un père déboussolé et violent. Entre les deux, le jeune Thomas Giora (nommé pour le meilleur espoir) leur fils, prend à bras-le-corps le rôle de la victime collatérale.

C'est un film qui s'ouvre sur un entretien entre les parents, leurs avocates et la juge en charge de la garde du jeune garçon. C'est aussi cette scène qui sert de fil à la bande-annonce très représentative de ce film sorti le 7 février 2018

À lire aussi
Robert Redford lors de la remise de son César d'honneur César
VIDÉO - César 2019 : standing ovation pour Robert Redford, le francophile "au béret"
>
Jusqu'à la garde - Bande annonce

"Mes parents sont séparés depuis un an, je vis maintenant ici avec maman et ma sœur, lit la magistrate d'une voix monocorde. On va fêter les 18 ans de ma sœur à la salle des fêtes de Viale. On habite tous ici chez Papy et Mamie, sauf mon père. Par contre, je ne peux jamais jouer devant la maison ou dans le jardin car on a peur que l'autre vienne. Papy se met à crier quand il le voit et c'est pas bon pour sa santé. Quand il vient, je m'inquiète pour maman, parce qu'il veut juste lui faire du mal. Juste ça. C'est pas un père et c'est pour ça que je suis content que mes parents divorcent". 

Cette lettre du jeune garçon qui, contrairement à sa grande sœur, ne peut légalement échapper à la présence de son père, est lue devant les deux parents qui immédiatement incriminent l'autre. Cette vérité et cette volonté de fuir le père est un poison lent qui va cheminer jusqu'au cœur pendant toute la durée de ce film admirablement écrit, filmé et joué. Le moindre repas chez les grands-parents, soirée d'anniversaire ou trajet en voiture est une torture et le dernier quart d'heure - irrespirable - restera dans les esprits des spectateurs pendant longtemps.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
César Cinéma
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797029015
César 2019 : "Jusqu'à la garde", drame suffocant sur les violences conjugales, sacré
César 2019 : "Jusqu'à la garde", drame suffocant sur les violences conjugales, sacré
NOUS L'AVONS VU - Avec "Le Grand Bain", "Jusqu'à la garde" de Xavier Legrand était le film le plus nommé de cette saison. Un succès mérité.
https://www.rtl.fr/culture/cine-series/cesar-2019-jusqu-a-la-garde-drame-suffocant-sur-les-violences-conjugales-sacre-7797029015
2019-02-23 00:49:05
https://cdn-media.rtl.fr/cache/fXhwEr8pIBkvZRrGjd8RcQ/330v220-2/online/image/2019/0223/7797029022_denis-menochet-et-le-jeune-thomas-gioria-dasn-jusqu-a-la-garde.jpg