3 min de lecture Bande dessinée

"Visa Transit" de Nicolas de Crécy est la BD RTL du mois de septembre 2019

La bande dessinée RTL de septembre 2019 est le volume 1 de "Visa Transit", un road movie signé Nicolas de Crécy.

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
"Visa Transit" de Nicolas de Crécy est la BD RTL du mois de septembre 2019 Crédit Image : Gallimard | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Monique Younès
Monique Younès et Capucine Trollion

La bande dessinée RTL de septembre 2019 est attribuée à un auteur majeur : Nicolas de Crécy pour son album Visa Transit. C'est son premier récit autobiographique, édité par Gallimard.  

Nicolas de Crécy fait partie de ces auteurs qui ont horreur de se répéter. Depuis 30 ans, chaque album est pour lui l'occasion d'un nouveau défi. Et pour la première fois, il raconte une expérience très personnelle, à savoir son voyage en voiture, de la région parisienne jusqu'en Turquie en compagnie de son cousin Guy, lorsqu'il avait 20 ans. "Maintenant que l'autofiction n'est plus à la mode, je me suis dit qu'il était temps que je m'y mette. Et le fait qu'il soit passé plus de 30 ans m'intéressait, parce que je pouvais faire un travail de mémoire. C'était un exercice intéressant, mais très difficile", explique Nicolas de Crécy au micro de RTL. 

Ce fut un voyage plus introspectif qu’initiatique. Quand vous restez des heures et des heures enfermé dans une voiture incertaine, vous finissez par vous demander qui vous êtes et dans quel état vous errez. Pour Nicolas de Crécy, ce qui fut déterminant, c’est le véhicule. Tout s’est décidé à partir de la vieille Citroën Visa abandonnée dans le jardin de son oncle en région parisienne. La Visa ne fonctionnait plus, il lui manquait d'ailleurs une roue, et au lieu de l'emmener à la décharge, Nicolas et Guy décident de la réparer pour aller en Turquie. 

Visa Transit
Visa Transit Crédit : éditions Gallimard

Percer le mystère au-delà des frontières

Pour vous situer les choses, partir en Turquie en Citroën Visa, en 1986, c’est un peu comme aller à Bagdad, en 2026, sur une trottinette électrique. Il faut, de toute façon, passer par l'Italie, la Yougoslavie et la Bulgarie. Ils vont prendre - d'où le titre de l'album - des visas transit pour ses pays de l'Est, qui, avant la chute du Mur de Berlin et juste après la catastrophe de Tchernobyl, gardaient tout leur mystère vétéro-touristique. 

À lire aussi
La couverture de la BD RTL de septembre 2019, "Les Indes fourbes" de bande dessinée
"Les Indes fourbes" d'Ayroles et Guarnido, Grand Prix RTL de la BD 2019

"Ce qui m'a intéressé, c'était de montrer ce monde, qui était assez différent au niveau géopolitique (...) Le monde était polarisé. Il y avait un mystère, il y avait des choses qu'on avait envie de connaître, très éloignées de la vie qu'on avait ici [en France]. Pour moi c'était intéressant de retrouver cette ambiance géopolitique très différente", poursuit l'auteur.

La poésie, charme de la découverte de "Visa Transit"

Ne vous attendez pas à du grand spectacle, ce n’est pas non plus Tintin et Milou à Istanbul. Le charme de la découverte, ici, c'est sa poésie. Bien sûr il y a les rencontres des autochtones et la vision de ces paysages dont on se dit toujours : "Ah, ça m’rappelle l’Auvergne". Et bien non, c’est les Carpates. Mais ce qu’ils découvrent de plus merveilleux, ce sont les livres qu’ils ont emportés pour le voyage. Notamment Le voyage en grande Garabagne d'Henri Michaux. Sous l’effet de la chaleur, c’est l’autre mésaventure du périple, Nicolas de Crécy entre en communication avec Henri Michaux, ce grand consommateur de champignons hallucinogènes. C'est le côté fantastique de l'album, vite chassé par ce qui fait le suspense de ce voyage : vont-ils ou ne vont-ils pas tomber en panne d’essence ?

"Au fin fond de la Bulgarie, la voiture a commencé à fumer (...) Mon cousin m'a dit : 'Ne t'inquiète pas, ça va redémarrer, parce que j'ai placé ce voyage sous la protection de la Vierge' (...) Il y a un garagiste qui est sorti de nulle part et mon cousin m'a dit 'on ne répare pas' et effectivement au bout de 30 minutes la voiture a redémarré et a fonctionné jusqu'au fin fond de la Turquie", poursuit l'auteur. 

Nicolas de Crécy a bien grandi, la finesse de son dessin nous transporte dans cet ancien monde où n’existaient ni téléphone portable ni réseaux sociaux, et où l’on croisait des vendeurs de tapis, des stations-services mirages, des bergers beaux comme dans les tableaux de Delacroix

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bande dessinée Laissez-vous tenter Littérature
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants