2 min de lecture Littérature

Mort de Michel Tournier : "Nous n'imaginions pas qu'il allait devenir écrivain", dit Bernard Pivot

REPLAY - L'auteur de "Vendredi ou les limbes du Pacifique" est décédé le 18 janvier. Bernard Pivot et Didier Decoin se souviennent d'un écrivain qui a éclos sur le tard, mais à l'ascension fulgurante.

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Mort de Michel Tournier : "Nous ne pensions pas qu'il allait devenir écrivain", dit Bernard Pivot Crédit Image : CATHERINE GUGELMANN / AFP | Durée : | Date : La page de l'émission
Bernard Lehut
Bernard Lehut et Morgane Giuliani

On a appris lundi 18 janvier 2016 au soir la mort de l'écrivain Michel Tournier, à l'âge de 91 ans. En deux romans, ses deux premiers, Vendredi ou les limbes du Pacifique et Le Roi des Aulnes, prix Goncourt à l'unanimité, il est devenu un géant de la littérature française de l'après-guerre.

Un romancier philosophe

"Contrebandier de la philosophie", ainsi aimait à se présenter Michel Tournier. Jeune homme, nourri de culture allemande, il voulait devenir professeur de philosophie, mais ça ne s'est pas vraiment passé comme il le souhaitait.

Les grandes idées, les mythes fondateurs de l'humanité, il était appelé à les évoquer mais dans des histoires accessibles à tous. Sur RTL, il avait raconté "la pelle la plus sensationnelle qu'on puisse imaginer" qu'il s'était "ramassé" à l'agrégation de philosophie : "J'ai commencé à gagner ma vie de bric et de broc, notamment à la radio. Ma grande idée, c'était de devenir romancier. Mais il m'a fallu beaucoup de temps pour ça."

Une éclosion sur le tard

Bernard Pivot a été l'un de ceux qui ont assisté à la vocation tardive de Michel Tournier. Bien avant de le recevoir sur le plateau d'Apostrophes ou d'être son voisin de table chez les Goncourt, il l'a connu quand il exerçait le métier d'attaché de presse aux éditions Plon : "Il accueillait les journalistes avec beaucoup de gentillesse. C'était un très bel homme, séduisant, amusant, avec plein d'anecdotes, se souvient Bernard Pivot sur RTL. Nous n'imaginions pas qu'il allait devenir écrivain. (...) Un jour, il nous a dit qu'il allait publier un livre intitulé Vendredi ou les limbes du Pacifique. On l'a lu : chef d'oeuvre ! Deux ans après, ça a été Le Roi des Aulnes, prix Goncourt à l'unanimité, et ensuite son 3e chef d'oeuvre : Les Météores. Ce fut un début tardif mais fulgurant.

Il est devenu classique parce qu'il a une écriture classique

Bernard Pivot à propos de Michel Tournier
Partager la citation
À lire aussi
Didier Decoin est le nouveau président de l'académie Goncourt littérature
"L'Académie Goncourt, j'en rêve depuis que j'ai 8 ans", confie Didier Decoin sur RTL

"Il est devenu classique parce qu'il a une écriture classique. Il s'est intéressé aux grands mythes de l'histoire et légendes", analyse Bernard Pivot.  
Le journaliste et écrivain recommande d'ailleurs la lecture de Vendredi ou la vie sauvage, version de Vendredi ou les limbes du Pacifique destinée aux enfants, et toujours étudiée à l'école. Elle propose une réinterprétation de Robinson Crusoé et une superbe parabole sur la solitude et l'altérité, tout comme Le Roi des Aulnes reprend, lui aussi, un autre mythe, celui de l'ogre, pour en faire une allégorie troublante de la barbarie, le nazisme en l'occurence. 

"Un immense enfant"

Cette dimension magique, fantasque, parfois jusqu'à l'étrange de l'oeuvre, Didier Decoin, qui, lui aussi, a côtoyé Michel Tournier à l'académie Goncourt, la retrouvait dans la personnalité de l'écrivain. "Tournier m'a toujours donné l'impression d'être un immense enfant, raconte Didier Decoin à RTL. Il s'émerveillait de tout. Il adorait l'inattendu, le baroque. À l'Académie Goncourt, il nous surprenait en sortant tout d'un coup des énormités. C'était quelqu'un qui aimait faire surgir des choses qu'on n'attendait pas. C'était un roi de la surprise.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Laissez-vous tenter Claire Chazal
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants