1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Mazarine Pingeot publie "Théa", un roman d'amour passionnel
1 min de lecture

Mazarine Pingeot publie "Théa", un roman d'amour passionnel

RENCONTRE - C'est un des succès littéraires de cette année : "Théa" de Mazarine Pingeot, un grand roman d'amour.

Mazarine Pingeot raconte une histoire d'amour dans "Théa"
Mazarine Pingeot raconte une histoire d'amour dans "Théa"
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Mazarine Pingeot publie "Théa", un roman d'amour passionnel
04:18
Bernard Lehut

Pas de récit autobiographique cette fois pour la fille de François Mitterrand mais un grand roman d'amour et d'apprentissage avec Théa. Paris, 1982, une jeune étudiante, portant le prénom, rare au féminin, de Josèphe, on saura vite pourquoi, tombe sous le charme d'Antoine, un exilé argentin ayant fui la dictature des généraux. Mazarine Pingeot raconte ce coup de foudre y compris dans sa dimension la plus sensuelle. "L'amour il n'y a pas que le cœur, il y a aussi le corps. C'était donc important pour moi de rendre cette histoire charnelle et concrète avec des scènes de lits", confie l'auteure.

Mais voilà, Antoine, le bel amant argentin est aussi un être mystérieux, insaisissable. Que cache-t-il ? Quels souvenirs douloureux a-t-il laissés dans son pays ? L'héroïne de Mazarine Pingeot cherche à savoir, son enquête la mènera aussi vers sa propre histoire familiale, faite d'exil et de silence. Ses parents pieds-noirs ont quitté l'Algérie, qu'ont-ils vécu là-bas pendant la guerre ? Le roman devient une intéressante variation sur les secrets de famille et leur toxicité. "Je ne vois pas dans quelle circonstance le secret ne serait pas toxique. Pour dépasser quelque chose, il faut qu'elle soit d'abord dite, aussi difficile soit-elle", poursuit Mazarine Pingeot

Mon père évidemment a eu des responsabilités tout au long de son existence

Mazarine Pingeot

La tentation existe toujours de lire Mazarine Pingeot par le filtre de sa propre histoire, or on sait que François Mitterrand, garde des Sceaux pendant la guerre d'Algérie, a rejeté le recours en grâce des condamnés à mort du FLN. "Cela m'interpelle aussi et cette question de voir comment on juge nos parents quand on n'aime pas ce qu'ils ont fait. Cela fait partie des questions qui m'habitent. Mon père évidemment a eu des responsabilités tout au long de son existence", explique l'auteure.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/