1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Lucky Luke : une exposition à Angoulême rend hommage au cow-boy et à son auteur Morris
3 min de lecture

Lucky Luke : une exposition à Angoulême rend hommage au cow-boy et à son auteur Morris

REPLAY - Proposée dans le cadre du 43e festival de la bande dessinée d'Angoulême, l'exposition hommage à Lucky Luke et son créateur Morris se poursuit jusqu'en septembre. Le cow-boy fête ses 70 ans cette année.

Lucky Luke, sur la couverture de "Daisy Town"
Lucky Luke, sur la couverture de "Daisy Town"
Crédit : Lucky Comics
Lucky Luke : une exposition à Angoulême rend hommage au cow-boy et à son auteur Morris
04:16
Monique Younès & Martin Cadoret



Lucky Luke fête ses 70 ans cette année. Une excellente occasion de célébrer son créateur. L'art de Morris est le titre d'une exposition exceptionnelle au Musée de la Bande Dessinée d'Angoulême et d'un beau livre aux éditions Dargaud. Un bel hommage, ô combien mérité pour ce dessinateur hors pair qui est l'homme d'une seule œuvre. Morris, de son vrai nom Maurice Debevere, fils d'un fabricant de pipes, a passé toute sa vie à peaufiner Lucky Luke, à le faire évoluer, à rendre son dessin plus dynamique, à innover dans le découpage des planches. Et la virtuosité de son dessin apparaît au grand jour dans les planches originales exposées au musée de la bande dessinée d'Angoulême.

Le commissaire Jean-Pierre Mercier a sélectionné 155 planches dans le coffre-fort d'une banque bruxelloise, là où les héritiers de Morris conservent ce trésor que constituent toutes les planches originales de Lucky Luke. Certaines n'ont jamais été montrées au public. "Les plus anciennes planches datent de 1946 et les dernières, il les dessinait quelques semaines avant sa mort en 2001. Elles sont restées inédites. Il y a aussi quelques décors qu'il a pu faire pour les premiers dessins animés de Lucky Luke, La ballade des Dalton, à la gouache et à l'aquarelle, qui sont sublimes. Morris c'était un dessinateur compulsif. Quand il regardait la télévision, il avait toujours un carnet à portée de main pour faire des caricatures", développe le commissaire. L'exposition montre aussi les figurines articulées que Morris aimait fabriquer lorsqu'il ne dessinait pas. Dans une vidéo de 1992, le dessinateur les fait bouger !

Du bonhomme rondouillard au Lucky Luke svelte et malin

L’homme est d’une élégance irréprochable, en costume et nœud papillon. Vous verrez comment il a fait évoluer Lucky Luke, qui était rondouillard en 1946, comme tous les personnages des bandes dessinées américaines dont Morris était fan. Les mains de Lucky Luke n'avaient que 4 doigts, comme celles de Mickey, il était assez colérique donnant des coups de poings à tout va. Et puis, Morris a trouvé son style. Lucky Luke est devenu plus svelte, plus smart, supérieur, et de plus en plus génial.

Goscinny va permettre à Morris de cristalliser le personnage et l'univers qui va avec

Jean-Pierre Mercier

Le dessin de Morris atteint le sommet de l'épure quand il confie le scénario des albums à René Goscinny. De 56 à 76, c'est l'âge d'or du cow-boy solitaire. "Goscinny va lui permettre de cristalliser le personnage et l'univers qui va avec. Avant, c'est très très bien, après, c'est formidable. Morris va pouvoir se consacrer uniquement au dessin. Il a un trait virtuose. Quand on regarde les planches, on se rend compte qu'il fait très peu de crayonné et c'est plein de mouvement", explique Jean-Pierre Mercier.

Le personnage continue de vivre

À écouter aussi

Lucky Luke fait partie des héros de l'enfance de beaucoup d'entre nous. Un des classiques de la bande dessinée avec Astérix et Tintin et pourtant on a l'impression qu'il n'y en a que pour ceux là. Mais la gloire n’est pas une science exacte, elle n’obéit ni à la justice ni à l’équité. En attendant de comprendre ses mécanismes secrets, il faut visiter l'exposition : L'art de Morris au musée de la bande dessinée d'Angoulême. Le génie de l’homme y est décortiqué magnifiquement.

L'exposition dure jusqu'en septembre prochain. On ne remerciera jamais assez Morris d'avoir eu en 1946 l'audace de parodier le western américain, avec Lucky Luke, les Dalton, et le fameux Rantanplan, le chien le plus bête de l'ouest. Morris n'a pas cessé d'innover jusqu'aux dernières planches, dessinées en 2001. Il avait le dessin dans la peau et a élevé cet art de la bande dessinée au plus haut. Aujourd'hui des héritiers prennent la relève. Un nouveau Lucky Luke est annoncé pour 2016 avec Jul au scénario et Achdé au dessin, édité par Dargaud.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/