2 min de lecture Livres

"La Sainte Touche" de Djamel Cherigui, épicier littéraire à la plume libre

INVITE RTL - Épicier le jour et écrivain la nuit. Dans ce premier roman enthousiasmant, Djamel Cherigui nous offre un extraordinaire duo littéraire et populaire.

culture Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Djamel Cherigui est l'invité en direct de Bernard Lehut. À 34 ans, cet épicier de Roubaix a publié début mars son 1er roman "La Sainte Touche", devenu en un mois un étonnant succès de librairie. Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Bernard Lehut
Bernard Lehut et Aymeric Parthonnaud

Il y a un peu plus d'un mois, Djamel Cherigui était un illustre inconnu sauf pour sa famille et ses amis et pour les clients de son épicerie Le Parvis qu'il tient depuis 7 ans à Roubaix. Aujourd'hui, il est la révélation littéraire du printemps. Le petit épicier s'est fait écrivain. Son premier roman La Sainte Touche, publié chez Lattès, suscite un formidable engouement. "C'est une aventure inespérée, je suis vraiment ravi. Je suis encore sur un petit nuage. Je prends les choses plutôt comme elles viennent mais je suis super content", confie l'écrivain au micro de RTL.

La Sainte Touche raconte les aventures hautes en couleur et en verbe d'un duo inattendu : un jeune homme viré de chez ses parents - son "daron" et sa "daronne" - qui vit de débrouilles et d'errances tout en rêvant de devenir écrivain et qui finit par tomber sous la coupe d'Alain Basile, un épicier véreux qui va l'embarquer dans ses trafics en tous genres, en particulier celui de la "beuh", le cannabis. Ce livre est bourré d'énergie et d'humour mais le plus enthousiasmant, c'est la langue qui le porte, gouailleuse, argotique, colorée, crue, en totale liberté ! Un régal ! 

"La Sainte Touche"
"La Sainte Touche" Crédit : JC Lattès

Son style est très parlé, très oral mais pour que ce soit réussi, il est en réalité très écrit, très travaillé. "C'est la façon dont moi je parle mais je me suis aussi inspiré d'autres styles. J'aime énormément les romans un peu prolétaires. Y'a Céline, Eugène Dabit, Emmanuel Bove, Michel Ragon... Des auteurs que j'ai lus. J'ai essayé d'analyser un peu leurs façons de faire, leurs pratiques et j'ai mixé tout ça avec ce que j'entendais et ce que je voyais autour de moi, raconte Djamel Cherigui qui explique écrire la nuit chez lui puis corriger son manuscrit derrière le comptoir de son épicerie. 

Naturellement, Djamel Cherigui a mis un peu de lui dans ces personnages. "J'ai vécu une période un peu chaotique explique l'auteur dans un sourire. À l'ouverture du magasin, j'ai eu un autre regard sur cette période. Je me suis rendu compte que j'ai parfois risqué ma vie. Je trouvais ça intéressant de retranscrire toute cette période à l'écrit. Fallait que ça sorte ! Je venais de sortir d'un tourbillon délirant, déjanté, parfois sinistre... Si ça peut aider certaines personnes qui ont du mal à trouver le bout du tunnel, si ça peut les aider je trouve ça génial."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Livres Littérature
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants