4 min de lecture Incendie à Notre-Dame

Incendie à Notre-Dame : quelles œuvres et reliques ont été détruites ou sauvées ?

ÉCLAIRAGE - Statues, tableaux, reliques précieuses, objets liturgiques, instruments de musique... Les spécialistes font les comptes après l'incendie dévastateur du 16 avril 2019.

des objets d'art sauvés des flammes et disposés à l'Hôtel de Ville le 16 avril 2019
des objets d'art sauvés des flammes et disposés à l'Hôtel de Ville le 16 avril 2019 Crédit : Thomas SAMSON / AFP
AymericParthonnaud1
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Après une nuit entière à lutter contre les flammes, les pompiers sont parvenus à maîtriser l'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, soulevant une vague d'émotion et provoquant un afflux de dons pour financer une reconstruction qui s'annonce titanesque. 

Selon le secrétaire d'État à l'Intérieur, Laurent Nuñez, le sauvetage de l'édifice vieux de plus de 800 ans s'est joué "à un quart d'heure, une demi-heure près". "Globalement, la structure tient bon" mais des "vulnérabilités ont été identifiées notamment au niveau de la voûte", a-t-il souligné. 

Outre le bâtiment lui-même, Notre-Dame abritait un véritable trésor artistique et culturel. Des instruments de musique d'exception, des peintures, du mobilier, des sculptures et des reliques sacrées particulièrement précieuses et fragiles. 24 heures après le début de l'incendie, les autorités et spécialistes peuvent commencer à faire les comptes, contempler l'ampleur de la catastrophe et se réjouir de quelques miracles.

À lire aussi
L'hommage du virtuose Lang Lang à Notre-Dame Incendie à Notre-Dame
VIDÉO - "On n'est pas couché" : l'hommage du virtuose Lang Lang à Notre-Dame

Les œuvres sauvées

La Sainte Couronne, un morceau de croix et un des clous de la Passion. Il s'agit probablement des objets parmi les plus sacrés pour les catholiques. La couronne d'épine qui aurait été placée sur la tête de Jésus par les Romain qui l'emmenait vers la mort a été protégée des flammes. Placée dans un reliquaire richement décoré de cristal et d'or, ce souvenir de la Passion du Christ a été immédiatement éloigné des flammes avec deux autres objets qui évoquent la crucifixion : un morceau de la croix et l'un des clous qui aurait maintenu Jésus lors de son agonie.

La couronne d'épines
La couronne d'épines Crédit : Philippe Lopez / AFP

La tunique de Saint-Louis. C'est grâce à Saint-Louis (Louis IX) que la couronne est française. "En 1238, Baudouin II de Courtenay, l’empereur latin de Byzance en grande difficulté financière, propose au roi de France Louis IX de lui engager la Couronne d’épines, offre que ce dernier accepte, raconte le site officiel de Notre-Dame. Mais les régents de l’Empire ont déjà mis les reliques en gage auprès de banquiers vénitiens que Saint-Louis dédommagera. Le 10 août 1239, il accueille vingt-deux reliques à Villeneuve-l’Archevêque. Le 19 août 1239, la procession arrive à Paris, le roi délaisse ses atours royaux, endosse une simple tunique et, pieds nus, aidé de son frère, porte la Sainte Couronne jusqu’à Notre-Dame de Paris." Cette tunique simple et blanche est, elle aussi, conservée dans le Trésor de Notre-Dame et a été sauvée des flammes. 

Les Rosaces. Il s'agit, avec les cloches et les deux tours de Notre-Dame, du vrai symbole de la cathédrale parisienne. Les rosaces gigantesques de vitraux pourpres de Notre-Dame ont été épargnées par le feu grâce aux efforts des sapeurs-pompiers. Les beffrois, les tours et leurs cloches et la quasi-totalité de la structure en pierre qui constitue l'enveloppe de la cathédrale ont été sauvegardés.

La Rose sud de Notre-Dame de Paris
La Rose sud de Notre-Dame de Paris Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP

Les statues de la flèche. C'est un petit miracle mais les 16 statues de la flèche de Notre-dame ont été démontées et expédiées en Dordogne cinq jours avant l'incendie dans le cadre de la restauration en cours de la flèche. Ces statues de cuivres pèsent 150 kilos chacune et ont été installées en 1857 lors de la restauration de Viollet-le-Duc.

La croix et l'autel. Malgré l'effondrement du toit et de la flèche, le centre névralgique de la cathédrale, son autel et la croix qui y trône, sont toujours intacts.

L'une des spectaculaires images intérieures de Notre-Dame après l'incendie
L'une des spectaculaires images intérieures de Notre-Dame après l'incendie Crédit : PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

Du mobilier liturgique. Une grande partie des objets liturgiques comme des chandeliers massifs et des encensoirs ont été rapidement évacués vers l'Hôtel de Ville de Paris avant d'être conservés dans un lieu secret. Des peintures comme La Vierge de Piété de Lubin Baugin, une Vierge à l’enfant et La Vierge noire de Czestochowa ont été également retirés de la cathédrale par mesure de sécurité. 

Les œuvres détruites

La flèche. Directement lié à la charpente de bois, la flèche centrale de Notre-Dame qui était en rénovation s'est effondrée au plus fort de l'incendie. La chute de cette partie haute et ouvragée de la cathédrale a été filmée par les nombreux Parisiens et visiteurs présents aux abords de l'édifice alors rongé par le feu. 

La chute de la flèche de Notre-Dame
La chute de la flèche de Notre-Dame Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP

La "forêt". Composée d'un enchevêtrement de poutres massives de dimensions impressionnantes, plusieurs fois rénovée depuis le XIIe siècle, la charpente de Notre-Dame, surnommée "la forêt" était constituée de "chênes d’Île-de-France" âgés déjà de 100 à 150 ans au moment de la construction de l'édifice. À l'exception d'un incendie, cette structure exceptionnelle était réputée indestructible par la résistance et la légèreté du bois. 

Un destin incertain

Les tableaux. On les appelle les "grands mays", ce sont des peintures de grandes tailles qui sont restés dans la cathédrale pendant l'incendie et n'ont pu être déplacés. "Il y en quatre très grands, notamment un Laurent de La Hyre, qui a priori sont détruits", a précisé Maxime Cumunel, le secrétaire général de l’Observatoire du patrimoine religieux. Il existe 76 de ces grands mays et 13 étaient proposés au public à Notre-Dame. Si certaines peintures ont été gravement endommagées, d'autres pourront être sauvées après avoir été séchées et nettoyées de l'impact de la fumée.

Le grand orgue. Le grand orgue de la cathédrale "est sauvé". C'est ce qu'annonçait à nos confrères du Figaro l'un des cotitulaire des grandes orgues de Notre-Dame, Vincent Dubois. Si l'instrument n'a pas été écrasé par des voûtes, il a pu être gravement endommagé par la chaleur, la fumée et l'eau. Reste à savoir si l'orgue pourra rester en place. Si la structure menace de s'effondrer il faudra déménager l'orgue dans un lieu sûr. Si la voûte et le transept sont assez solide, l'orgue pourra demeurer dans son écrin prestigieux mais il faudra en jouer régulièrement pour ne pas qu'il s'abîme. De quoi accompagner les travaux d'une belle façon. 

Le grand orgue de Notre-Dame
Le grand orgue de Notre-Dame Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Incendie à Notre-Dame Patrimoine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797442509
Incendie à Notre-Dame : quelles œuvres et reliques ont été détruites ou sauvées ?
Incendie à Notre-Dame : quelles œuvres et reliques ont été détruites ou sauvées ?
ÉCLAIRAGE - Statues, tableaux, reliques précieuses, objets liturgiques, instruments de musique... Les spécialistes font les comptes après l'incendie dévastateur du 16 avril 2019.
https://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/incendie-de-notre-dame-quelles-oeuvres-et-reliques-ont-ete-detruites-ou-sauvees-7797442509
2019-04-17 02:52:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/pXDtXPnMLzM6WUH6Ycnq5w/330v220-2/online/image/2019/0416/7797442630_des-objets-d-art-sauves-des-flammes-et-disposes-a-l-hotel-de-ville-le-16-avril-2019.jpg